vendredi 23 janvier 2009

Break de hockey. Parlons de lutte.


Ok, c'est le match des étoiles et comme c'est un peu inutile, pour être plus poète on peut dire qu'on s'en calisse, alors prenons un break de hockey et parlons de lutte! Qui n'aime pas la lutte? Lisez ou relisez Roland Barthes, le premier texte de ses "Mythologies" paru en 1957 s'intitule "Le monde où l'on catche" et parle de la lutte bien sûr! La première phrase donne le ton : La vertu du catch, c'est d'être un spectacle excessif. (p.13) Que dire de plus?

Extrait du deuxième paragraphe du texte : La vrai catch, dit improprement catch d'amateur, se joue dans des salles d'amateurs, se joue dans des salles de secondes zones, où le public s'accorde spontanément à la nature spectaculaire du combat, comme fait le public d'un cinéma de Banlieue. (p.13) Donc l'esprit de la lutte n'est pas à la télé mais bel et bien dans une salle de quartier où règne la lutte amateure. Inspiré par ce légendaire texte, nous (moi et quelques amis) sommes allés récemment voir la lutte NCW (Northern Championship Wrestling) dans Villeray et sérieusement, Roland Barthes aurait probablement eu autant de plaisir que nous en avons eu. Malgré le fait qu'ils ne vendent pas de bière, le spectacle est incroyable, il n'y a que 3 rangée de chaise et bien sûr ils entendent tout ce qu'on peut leur crier. Vous pouvez donc facilement faire parti du spectacle. Vous pouvez prendre pour les méchants et devenir le temps d'un moment l'ennemi de la foule... Bien qu'on se moquera de vous quand le bon va gagner, vous aurez du plaisir. Vous deviendrez le dindon de la farce, mais c'est le but, non?

Parce que c'est ce qui fait que la lutte est un spectacle qui est toujours un évènement où le plaisir est de mise, c'est son côté manichéen. C'est pas très compliqué, il y a les bons, il y a les méchant... Parfois les méchants peuvent être douteux, dans la NCW par exemple il y avait une équipe de méchants qui venaient du très evil Plateau Mont-Royal et un autre lutteur méchant était un «gai». Ouais, c'est pas par la lutte que la société change... Anecdote savoureuse, alors que le bon traitait son opposant de "fifi" et entrainait la foule, j'ai mis un superbe froid dans la salle en criant un gros "Homophobe"... Mais l'idée des méchant qui proviennent du Plateau était trop hilarante. Pour revenir au côté manichéen de la lutte, Roland Barthes affirme que ce qui est central c'est justement l'idée de justice : Mais ce que le catch est surtout chargé de mimer, c'est un concept purement moral : la justice. L'idée de paiement est essentielle au catch et le "Fais-le souffrir" de la foule signifie avant tout un "Fais-le payer." (p.19)

Et la lutte c'est un spectacle excessif que les québécois aiment et prennent au sérieux. Ma grand-mère par exemple interdisait à mon grand-père de l'écouter parce qu'il était cardiaque... Mais je l'écoutais en cachette en sa compagnie... En lui parlant de la superbe soirée passée à Villeray à mon père, il me parla même d'un monsieur qu'il a connu qui est mort d'une crise cardiaque en écoutant la lutte... Qu'il repose en paix, il n'a pas connu les tirs de barrages au hockey... Et les femmes aimaient également ce superbe spectacle, un de mes amis m'a déjà dit que sa grand-mère était une fan invétérée de Yvon Robert, personne était plus grand que lui. Ma sœur a été enseignante dans Pointe Ste-Charles pendant quelques années et elle m'a déjà dit que certains de ses élèves faisaient des présentations non pas sur 50 Cent ou 2-Pac, genre comme tout le monde, mais sur des lutteurs célèbres dans le quartier. Du temps que je travaillais à l'Alcan en tant qu'étudiant, j'ai déjà travaillé avec un gars qui faisait de la lutte dans les années 70 et il m'a bien sûr précisé qu'il était un méchant! C'est donc clair net et précis que la lutte est un spectacle que les québécois aiment...

En fouillant dans notre patrimoine cinématographique, j'ai trouvé un superbe film de Claude Jutra, Claude Fournier, Marcel Carrière et Michel Breault de 1961, La Lutte. Filmé lors d'un gala au Future Shop au coin Atwater - Ste-Catherine, ce film nous montre tout ce que Barthes dit dans son incontournable texte. Il s'agit d'un combat en équipe où Édouard Carpentier fait un combat 2 de 3 en équipe. La foule est déchaînée, remarquez seulement la femme qui est hystérique dont le mari retient, incroyable... Encore une fois, les cinéastes classiques du cinéma québécois nous dressent un portrait savoureux de la société québécoise. Pas de sang, pas d'explosion, pas de chaises, seulement de la justice!

Vous pouvez voir le film à cette adresse : http://www.onf.ca/film/La_lutte/

Vous pouvez également vous tenir informé à propos de la superbe NCW sur leur site officiel : http://ncw.qc.ca/
(Je vous conseille d'aller boire dans un bar aux alentours avant d'y aller parce qu'il n'y a pas de bière!)

Je vous recommande également si vous êtes au Saguenay l'incroyable JCW (Jonquière Championship Wrestling), c'est pas n'importe quoi, c'est "l'innovation de la lutte au Québec" : http://www.jcwlutte.ca/

En passant, si vous savez où il y a de la lutte de sous-sol d'église à Montréal, dites le moi, je veux savoir où il y en a... Surtout la World Titan Atlas...

Vous avez pas encore vu l'excellent film The Wrestler avec Mickey Rourke? C'est sérieusement un excellent film, vous pouvez le streamer ici : http://www.watch-movies.net/movies/the_wrestler/ .

On se voit autour du ring bientôt?

Bon, on retourne au hockey très bientôt!

2 commentaires:

Christ a dit…

HAHAH, j'ai vraiment rie sur le fait que t'as créé un froid dans la salle! Ca me donne le gout d'aller voir ca au moins une fois... parce que je me confesse, je trouvais ca drole quand j'étais jeune la lutte. Maintenant, je trouve que c'est l'équivalent de Virginie, mais pour hommes. Dire que pour certains, ce sont vraiment leur idole... j'ai deja frustré un de mes anciens coloc en lui disant: "C'est ca ton modele de virilité masculine? Des hommes musclés, huilés en speedo serrés qui se tapponnent... Ca serait peut-etre a revoir...". Il m'a jamais autant détesté hahaha!

Martin ITFOR a dit…

Ouais, mais l'avantage de la lutte amateur c'est que les histoires sont pas trop compliquées, tu peux y aller et tu vas tout comprendre! Non seulement c'est des "hommes musclés, huilés en speedo serrés qui se tapponnent", mais ils sont tous épilés en plus, même les plus "viriles"... Le monde ils aiment vraiment les personnages parce qu'ils ont tous des t-shirts des lutteurs et tout...

Non mais c'est un show super fun qui coute pas cher, mais y'a pas de bière...

Ah oui, je ne l'ai pas dit mais quand on est allé voir la NCW on a vu un gars qui s'est planté solide, genre les bénévoles ne savaient pas quoi faire et ils ont gossé pendant une demi-heure à se demander quoi faire... C'est assez développé côté sécurité!

Mais C'est du good clean fun la lutte!