dimanche 25 janvier 2009

Le triste destin d'Evgeny Belosheikin



L'histoire du gardien de but soviétique Evgeny Belosheikin (Евгений Белошейкин) est peut-être une des histoires les plus tragiques que je connaisse en termes de hockey "off ice". C'est comme une histoire presque digne d'un film triste où le destin s'abat sur le personnage principal... Je ne connais pas beaucoup de choses sur ce gardien parce qu’il n’y a pas beaucoup d’information au sujet de ce gardien dans la langue de Molière et de Shakespeare. Et comme je ne parle pas la langue de Dostoïevski, mes informations sont très limitées. Donc voici ce que je sais sur le tragique destin d’Evgeny Belosheikin…

Evgeny Belosheikin est né en 1966 dans l'Ile Sakhaline, une île située à l'extrême orient de la Russie. Il commença à jouer au hockey très tôt dans sa vie et devint gardien de but à l'âge de 6 ans alors que sa famille déménagea à Leningrad. Il commença sa carrière internationale en représentant l'URSS lors du Championnat mondial junior de 1984. Il devint très tôt un joueur du redoutable club CSKA, équipe que l'on connait mieux ici sous le nom Armée Rouge. C'est à l'occasion du championnat mondial junior de 1986 qui se tint à Hamilton que Belosheikin montra à l'Occident tout son talent. Le gardien de 20 ans fut invaincu en sept matches à l'occasion de ce tournoi. Il fit parti de la redoutable équipe nationale de l'URSS pour la première fois en 1986 à l'occasion du Championnat du monde que les soviétiques remportèrent facilement grâce à une performance incroyable du jeune gardien qui fut désormais considéré comme le prochain Vladislav Tretiak, rien de moins...


L'Amérique du Nord allait revoir le brio de ce jeune gardien soviétique à l'occasion à quelques autres reprises. À la fin de l'année 1986, il devint le gardien de l'URSS à l'occasion d'un tournoi préolympique nommé la Calgary Cup qui se tint bien sûr dans la ville albertaine. Ayant été suspendu auparavant par son équipe en raison de ses problèmes d'alcool qu'il trainera jusqu'à sa mort, il entreprit le tournois avec force. Il offrit une remarquable performance lors de ce tournoi, blanchissant les tchécoslovaques et n'accordant jamais plus qu'un but par match. Il en accordera toutefois 3 lors de la défaite des soviétique en finale. Il sera nommé meilleur gardien du tournoi.

Belosheikin fut devant le filet de l'équipe soviétique lors de Rendez-Vous 87, la célèbre série de deux matchs tenus à Québec en 1987 qui opposaient les étoiles de la NHL à l'équipe nationale soviétique. Lors de ce qui fut reconnu comme un des plus grands matches des étoiles de l'histoire de la NHL, Belosheikin obtint une victoire et une défaite en accordant seulement que 7 buts contre une redoutable équipe de marqueurs. Belosheikin fit également parti de l'équipe soviétique à l'occasion de la Coupe Canada (très laid trophée en passant) où il offrit une performance lamentable de 2 défaites et une nulle pour une moyenne de 4.00 et fut remplacé par Sergei Mylnikov, le même qui jouera plus tard quelques matchs avec les Nordiques, qui termina la compétition avec un total de 5-1-0. On se souviendra de tournois pour le fameux but de Mario Lemieux avec une passe incroyable de Gretzky qui allait donner la victoire au Canada 6-5 lors de la finale.

Mais c'est peu de temps après la Coupe Canada que le malheur tomba sur Belosheikin. Lors d'une soirée très arrosée comme seuls des russes peuvent faire (désolé pour le stéréotype gratuit), Belosheikin et le futur joueur des Nordiques Alexei Gusarov rencontrèrent deux gentes demoiselles qu'ils ramenèrent chez le défenseur. On les retrouva tous les deux inconscients le lendemain dans un appartement sans dessus dessous. Les deux femmes avaient drogué les hockeyeurs pour ensuite dévaliser l'appartement de Gusarov. Ce dernier s'en remis mais ce ne fut pas le cas du jeune gardien de but. Belosheikin développa de sérieux problèmes au foie suite à l'incident qui affecta également très sévèrement sa vision. Ce qui allait porter sa carrière dans une folle pente descendante où se mélangèrent alcoolisme et dépression...

Belosheikin fut toutefois repêché par les Oilers d'Edmonton en 1991 en 11e ronde et 232e au total, mais il était trop tard, le jeune gardien n'était plus le joueur prometteur qu'il avait été 5 ans auparavant. Il se reporta au camp des Oilers pour être retranché rapidement au club-école de l'équipe au Cap Breton où il ne participera qu'à 3 matchs accumulant une moyenne de 3,93 buts par matchs et une moyenne d'efficacité de .864. Il retourna en Russie afin de passer quelques autres saisons dans des clubs de deuxième et de troisième division avant de mettre un terme à sa carrière à la saison 1996-97 après seulement 15 matchs.

Evgeny Belosheikin se pendit en novembre 1999, il avait 33 ans...

Je ne sais pas si on se souviendra de lui par ses exploits de jeunesse et des promesses qu'elles inspiraient à l'époque ou par la fin tragique qu'il connut, mais l'histoire d'Evgeny Belosheikin vaut selon moi la peine d'être remémorée...

1 commentaire:

b-92 a dit…

C'est la première fois que je visite ce blof et vraiment... Cette histoire est vraiment triste. Je ne connais pas ce joueur et je ne sais pas comment il se comportait dans la vie, mais une chose est sûre, c'est que personne ne mérite un tel sort. C'est dans des histoires comme celle là qu'on se rend compte qu'on vit dans un monde de fous et sa vie aurait sans aucun doute été très différente si ce n'était pas de cette soirée.

Dans le fond, une soirée de 2 heures lui aura coûté la vie, à long terme. C'est désolant.