jeudi 12 février 2009

Les Renfrew Creamery Kings, les Millionaires...



Les Canadiens disputaient hier leur 3000e matchs à l'étranger. À l'occasion, ils se sont inclinés misérablement 7 à 2 contre les Oilers d'Edmonton. Quoi de mieux que de célébrer avec une défaite crève-cœur une longue série qui débuta par une autre défaite crève-cœur. En effet, 2999 matchs à l'étranger avant le piteux match d'hier, les Canadiens se firent démolir par les Renfrew Creamery Kings 9 à 4 à l'occasion de leur premier match sur la route, le 10 janvier 1910. Les Creamery Kings de Renfrew sont une équipe très intéressante dans l'histoire du hockey. Peut-être que leur passage dans le monde du hockey professionnel fut court, mais il fut unique...

L'histoire de l'équipe de Renfrew est intimement liée à la formation de la National Hockey Association, l'ancêtre de la NHL actuelle. Le tout tourne autour d'un millionnaire ayant fait sa fortune dans le domaine minier nommé Ambrose O'Brien. Ce dernier acheta une équipe semi-professionnelle provenant de sa ville natale de Renfrew dans le nord-est de l'Ontario nommé les Creamery Kings dans une ligue nommée la Federal Hockey League. Après avoir remporté le championnat de la ligue, O'Brien demanda l'inclusion de son équipe à la Canadian Hockey League, nouvelle ligue où les Senators d'Ottawa et la première équipe professionnelle de canadiens-français, Le National de Montréal, devaient évoluer. Suite au refus d'incorporer l'équipe de Renfrew dans la CHL, O'Brien décida de former sa propre ligue, la National Hockey Association. Le 2 décembre 1909, la ligue rebelle fut formée avec 3 équipes propriétés d'O'Brien, les Renfrew Creamery Kings et deux équipes formées pour des villes minières où il avait des intérêts, les Haleybury Comets et les Silver Kings de Cobalt. Se joignirent également les Wanderers de Montréal, équipe de la Eastern Canadian Hockey Association. Deux jours plus tard, O'Brien fonda une autre équipe pour rivaliser avec Le National de l'autre ligue, une équipe qui sera formée seulement de canadiens-français, Le Canadiens de Montréal. Les Senators d'Ottawa et les Shamrock de Montréal de la CHL se joindront à la ligue quelques jours après les débuts de la ligue suite au peu de succès de l'autre ligue.

C'est donc avec 5 équipes que ligue d'O'Brien débuta ses activités le 5 janvier 1910 alors que Le Canadien l'emportèrent contre l'équipe de Cobalt. Mais ce qui nous intéresse ici est l'histoire de l'équipe de Renfrew. Comme l'équipe de Renfrew était l'équipe qui allait représenter sa ville natale, O'Brien décida de mettre le paquet dans la formation de son équipe qu'il voulait mener au championnat de la Coupe Stanley. Il engagea alors les joueurs les plus importants de son époque. Il engagea la vedette Frederick Whitcroft pour 2000$ par année, soit un peu mieux que le 700$ qu'il gagnait avec son équipe, les Thistles de Kenora, qu'il aida à mener à la coupe Stanley en 1907. O'brien réunit également les frères Frank et Lester Patrick pour un salaire de 2000$ par année. Newsy Lalonde, future vedette du Canadiens de Montréal, s'amena également dans la petite ville ontarienne attirés par l'odeur de l'argent Mais le plus gros coup d'O'Brien fut d'attirer le plus grand joueur de l'époque, Fred "Cyclone" Taylor (5e à partir de la droite), dans ses rangs pour un salaire incroyable de 5250$ par année.

C'est donc avec une bonne somme d'argent qu'O'Brien forma une équipe avec la plupart des meilleurs joueurs de hockey du monde (lire du Canada) dans le but de remporter la Coupe Stanley. Cela leur attira le surnom de Renfrew Millionaires. C'est dirigé par Alf Smith, une ancienne vedette des Sliver Sevens d'Ottawa, que les Creamery Kings entreprirent les 12 matchs de la saison. L'équipe ne termina toutefois pas champion de la ligue. Avec une fiche de 8-3-1, les Creamery Kings terminèrent au troisième rang du classement de la NHA. L'équipe qui terminait en première position du classement remportait le championnat de la ligue et le trophée O'Brien, nommé en l'honneur du très humble fondateur de la ligue... Le trophée fut utilisé de cette manière jusqu'à la formation de la NHL qui conserva le trophée afin de couronner le champion de la ligue jusqu'à ce que la Coupe Stanley devienne l'unique trophée de la NHL en 1923. Le trophée allait servir à couronner les champions de la section canadienne de NHL de 1927-28 à 1937-38 pour devenir ensuite une sorte de trophée de consolation pour les perdants de la finale de la Coupe Stanley jusqu'en 1949-50.

Les champions de la NHA pouvaient également challenger les champions de la Coupe Stanley qui étaient les Senators d'Ottawa lors de la première saison de la NHA. Rappelons qu'à l'époque, les champions de la Coupe Stanley étaient mis au défi et jusqu'en 1912 les défis pouvaient survenir à tout moment. Les Senators défendirent d'ailleurs la coupe deux fois lors de la première saison de la NHA. Les Wanderers de Montréal furent les champions de la NHA à la saison 1910 et ils purent grâce à ce championnat mettre en défi les Senators d'Ottawa. Les Wanderers reussirent d'ailleurs à vaincre les Senators pour mettre la main sur la précieuse coupe pour la dernière fois de leur histoire.

Donc la stratégie d'O'Brien d'attirer les plus gros noms du hockey de l'époque dans la petite ville de l'Ontario n'a pas connu le succès escompté. À la seconde saison de la NHA, par soucis d'équité, les autres équipes exigèrent un plafond salarial à la ligue. Comme quoi il ne s'agit pas d'un débat récent dans le hockey. Le plafond fut fixé à 5000$, ce qui eut pour effet de pénaliser l'équipe de Renfrew. Plusieurs joueurs virent leurs salaires coupés en deux en raison de ce plafond salarial. Les droits de Newsy Lalonde furent vendus aux Canadiens de Montréal. La transaction allait également officialiser le transfert de propriété du Canadiens à un certain George Kennedy. Il s'agirait de la première vente de joueur de l'histoire du hockey. En effet, O'Brien, se départit de la plupart de ses autres équipes de la ligue, l'équipe de Cobalt déménagea à Québec pour devenir les Bulldogs et l'équipe d'Haileybury et les Shamrocks de Montréal ne revinrent pas dans la ligue. C'est donc à 5 équipes que la NHA débuta sa seconde saison qui comportait un certain lot de changements, comme le fait de jouer 3 périodes de 20 minutes au lieu de deux de 30 minutes.

La saison 1910-1911 des Renfrew Creamery Kings ne fut pas aussi explosive que la saison précédente, terminant également au 3e rang du classement, mais cette fois avec une fiche de 8-8-0. L'équipe allait terminer avec le plus gros total de buts alloués de la ligue, avec 101 buts accordés en 16 matchs. Le gardien Bert Lindsay, le père du légendaire "Terrible" Ted Lindsay, termina bon dernier de la ligue avec une moyenne de 6,3 buts par match. Les Senators remportèrent le championnat et reprirent alors possession de la Coupe Stanley. Don Smith et le futur joueur des Canadiens Odie Cleghorn menèrent l'équipe au niveau des buts avec respectivement 26 et 20 buts. Il faut dire qu'à l'époque la position de gardien de but n'était pas tellement ce qu'elle est maintenant, les buts pleuvaient de partout.

Le dernier match à vie des Creamery Kings de Renfrew fut disputé à Renfrew le 7 mars 1911 alors que les Creamery Kings défirent les Wanderers de Montréal par la marque de 7 à 6.

Ambrose O'Brien ferma les livres des Creamery Kings de Renfrew après avoir réalisé le peu de potentiel de maintenir une équipe de niveau professionnel de ce calibre dans une si petite ville. C'est ainsi qu'après deux saisons, l'équipe la plus puissante sur papier de son époque fut dissoute.
La plupart des joueurs prirent des chemins différents suite à cette disparition.

Les frères Lester et Frank Patricks partirent vers la Côte Ouest où ils fondèrent leur propre ligue, la Pacific Coast Hockey League. C'est à cette ligue que l'on doit l'apparition de la ligne bleue, des tirs de pénalités et des punitions pour avoir donné de la bande. Ils allaient attirer énormément de joueurs de l'est dans leur ligue grâce à la même technique qu'O'Brien, l'argent. Les Patrick et leur équipe nommée les Milionnaires de Vancouver remportèrent la Coupe Stanley en 1915. Leur ligue allait rivaliser pour la finale de la Coupe Stanley avec la NHA et avec la NHL jusqu'à ce que la NHL s'appropria le trophée pour son unique usage en 1923. Lester Patrick revint dans l'est au milieu des années 1920 pour aider à mettre sur pied les Rangers de New York. On lui reconnaît d'ailleurs pour avoir mis l'équipement de gardien lors de la finale de la Coupe Stanley en 1928 à l'âge de 44 ans afin de remplacer le gardien Lorne Chabot pour aider son équipe à remporter la première coupe de l'histoire des Rangers. Il demeura avec l'équipe jusque dans les années 1940. Les Patrick sont en quelque sorte une des familles royales du hockey. Lynn, le fils de Lester, et son petit-fils Craig ont également connu de brillantes carrières dans la NHL et en tant qu'administrateurs et sont de nos jours membres du Temple de la Renommée... Craig était d'ailleurs le coach des États-Unis lors de la médaille d'or aux Olympiques de 1980, le Miracle on ice...

Fred "Cyclone" Taylor fut réclamé par les Wanderers de Montréal mais refusa de se rapporter à cette équipe. Il préféra se joindre aux Senators d'Ottawa, l'équipe avec lequel il évoluait avant son passage à Renfrew. Les Senators avaient d'ailleurs assuré sa présence à Ottawa à l'époque en lui garantissant un poste dans la fonction publique. Il ne joua qu'un seul match avec les Senators à la saison 1911-12 qui ne fut pas reconnu par la ligue en raison du fait que Taylor était la propriété des Wanderers. Le match fut repris plus tard sans Taylor sur la glace. Taylor allait donc se retirer du jeu, lui qui ne voulait pas jouer à Montréal. Ses anciens coéquipiers Frank et Lester Patrick l'invitèrent par la suite à se joindre à leur nouvelle ligue dans l'Ouest en lui garantissant son transfert dans la fonction publique. Taylor se joint donc au Millionnaires de Vancouver avec qui il allait briller jusqu'au début des années 20, aidant d'ailleurs l'équipe à remporter la Coupe Stanley en 1915. Taylor devint par la suite une icône du hockey de l'Ouest, il assistait régulièrement aux matchs des Canucks qui nommèrent suite à son décès en 1979 un trophée à son nom remis au meilleur joueur de l'équipe.

Des membres de l'organisation des Creamery Kings de Renfrew, Newsy Lalonde, Frank Patrick, Lester Patrick, Cyclone Taylor, Didier Pitre, Newsy Lalonde, l'entraineur Alf Smith et le propriétaire Ambrose O'Brien sont maintenant membre du Temple de la Renommée...

Une plaque commémorative dans la ville de Renfrew fait de nos jours mention du passage de cette équipe unique...



2 commentaires:

Philippe a dit…

Les Colbats ne sont pas devenu les Bulldogs de Québec car cette équipe aura faite partie de l'histoire de Québec de 1889 à 1920. Je te conseillerait d'allez consulter se site internet avant d'inventé ou de déduire de tel mensonge sur les Bulldogs de Québec

http://quebecbulldogs.wordpress.com

Martin ITFOR a dit…

Ok, à ce que j'ai lu c,est la franchise (le droit d'être une équipe dans la NHA) qui fut transféré aux Bulldogs... Ce n'est donc pas que Cobalt est devenu les Bulldogs, mais simplement la franchise de Cobalt qui a été transféré aux Bulldogs...