mercredi 16 décembre 2009

Qu'est-ce qu'un arrêt clé?


Tel homme est la conscience de tel autre : et ceci est particulièrement important quand, d'autre part, l'autre n'en a aucune.
Nietzsche - Aurore

J'écoutais le match du Canadien tout à l'heure alors que ma tendre épouse lisait calmement sur le divan. Jusqu'ici tout va bien... Tout à coup, tel un puma sorti d'un buisson qui vous saute dessus pour faire des sushis avec votre derrière, elle me pose cette question assassine : "C'est quoi un arrêt clé?" Après une bonne demie-douzaine de "euh" et de "mmmm" parce que je me suis toujours quand même assez foutu de me demander qu'est-ce que ça veut dire et ne voulant pas perdre la face devant ma blonde à répondre n'importe quoi, j'ai googlé "arret clé" pour me retrouver sur le site de l'Office de la langue française qui me donne cette définition : "Arrêt important effectué par le gardien de but lorsque son équipe se trouve en difficulté." Eh oui, le Gouvernement du Québec y avait pensé...

Un arrêt clé est donc ce moment où les joueurs cafouillent comme des piochons et où le gardien devient un héros en vous gardant dans le match comme tout bon guerrier devrait le faire. Je pense en toute humilité qu'une équipe joue bien au hockey quand on remarque le jeu d'un gardien le moins possible. Donc le moins d'arrêt clé que vous voyez de la part du gardien de votre équipe préféré et le moins de buts de la part de l'équipe adverse il y a, et bien le mieux votre équipe joue. Mais dans le cas contraire, c'est toujours bien d'avoir un gardien de but qui fait dans arrêts clé quand c'est le temps d'en faire... Ça peut même vous rendre loin...

Donc vous, lecteurs de ce blogue qui n'écoutez pas le hockey (comme ma tendre épouse, elle m'aime comme ça), la prochaine fois que vous prêtez attention à un match de hockey et que vous voyez l'équipe dont vous êtes supposé prendre pour dans sa zone et que vos ami sacrent comme des bûcherons, dès que le gardien fera un arrêt et que le jeu sortira de la zone, vous pourrez dire "quel arrêt clé". Vous êtes maintenant à deux expressions de pouvoir être en mesure de remplacer Benoît Brunet! Vous avez encore plus de chances si, comme par hasard, vous ne dites pas de "rais" après un bon "si". Bonne Chance! Vous me remercierez alors ainsi que le Gouvernement du Québec pour cet aide! Du vrai travail d'équipe qui ne nécessitera pas d'arrêt clé.

5 commentaires:

Sébastian Hell a dit…

Pour constituer un arrêt-clé, faut aussi que le gardien bouge un tant soit peu pour ''rendre l'arrêt important''.

Comme quand Roy gobait un tir facile de sa mitaine mais faisait quand même le moulinet avec son bras après l'avoir attrapée.

Par contre, le premier but des Devils hier où Price a eu l'air fou: même s'il l'avait arrêtée, la puck, vu qu'il n'a pas bougé, et même si, à 1-0 contre les Martin de Brodeurtown, il aurait été important qu'il l'arrête, vu qu'il faisait le légume debout devant le filet sans son bâton sur la glace, ça n'aurait pas constitué un arrêt-clé.

Au plaisir.

Martin ITFOR a dit…

Hahaha

Christ a dit…

C'est la 2eme fois en 2 semaines qu'il aurait dû laisser passé la puck...

Anonyme a dit…

Un autre but poche pour Price hier...et un but de Cal Clutterbuck!!!

Enquête donc sur ce joueur de la région de Niagara Falls dont les grands-parents viennent de Sorel!

Méchant beau nom pour un grinder en tout cas!!!

Sébastian Hell a dit…

Ouais, bon, j'suis pas le plus grand fan de Price, mais en 91 et 93, les années où Belfour a gagné ses trophée Vézina avec les Black Hawks (devançant Roy au scrutin par pas beaucoup les deux fois), il donnait un mauvais but par match, en moyenne.

Mais ses joueurs en scoraient un de plus que l'adversaire, presque toujours (sauf en finale de la Coupe contre Lemieux et Jagr); faut dire que ça aide quand t'as Goulet, Larmer, Chelios et Roenick dans ton club.

La seule chose avec les mauvais buts, c'est choisir son moment pour les donner (premier but sur premier tir, but de la ligne rouge quand tu mènes 5-1) pour ne pas décourager ton équipe ni changer le cours du match).