mardi 30 juin 2009

La famille de Mac Bennett

Mac Bennett ne partage pas seulement le même prénom qu'un légendaire boxeur qui connut ses belles années alors qu'il eut de solides rivalités dans les années 80 avec le boxeur japonnais Piston Honda et avec le redoutable turc Bald Bull, il a également un nom de famille qui retentit dans l'histoire du hockey. Samedi dernier, en repêchant au 3e tour et 79e au total ce jeune défenseur américain de 6" 3 et 205 livre, les Canadiens ont repêché un jeune qui vient d'une longue lignée de joueur de hockey.

Son grand père se nommait Harvey Bennett. il ne disputa qu'une seule saison dans la NHL, dans l'uniforme des Bruins de Boston. Ce fut lors de la saison 1944-45 et il passera à l'histoire pour avoir été le gardien de but que déjoua Maurice Richard pour marquer son légendaire 50e but en 50 matchs, le 18 mars 1945. Ce fut le dernier match du grand-papa Bennett dans la ligue nationale. Apparemment que ce but l'aurait marqué toute sa vie... Il passa par la suite la majeure partie de sa carrière dans la AHL avec les Reds de Providence, alors une puissance de la ligue. Il les aidera notamment à remporter la coupe Calder en 1949. Il prit sa retraite en 1959 après une très longue carrière dans les ligues professionnelles mineures. Rappelons qu'à l'époque des six équipes classiques les ligues professionnelles mineures comme la Ligue Américaine avaient un calibre de jeu un peu plus élevé que de nos jours. Grand-papa Bennett, décédé en 2004, n'aurait peut-être pas aimé voir son petit-fils devenir membre d'une équipe pour laquelle il prit part sans le vouloir à sa glorieuse histoire...

Des enfants d'Harvey Bennett, 3 eurent la chance d'évoluer dans la NHL.

Curt Bennett est le plus vieux des frères Bennett et celui qui connut la carrière la plus significative dans la grande ligue. Il est né en 1948 en Saskatchewan mais passa sa jeunesse au Rhodes Island lorsque son père évolua pour les Reds. Il fut repêché par les Blues de St-Louis en 1968 avec lesquels il évolua durant deux saisons en alternant entre les ligues mineures et la grande ligue. Après un court passage pour les Rangers en début de saison 1972-73, il passa aux Flames d'Atlanta où sa carrière prit son envol. À la saison 1974-75, il devint le premier joueur américain à dépasser la marque des 30 buts, chose qu'il répéta la saison suivante. Il représenta d'ailleurs les Flames au match des étoiles de 1975 et 1976. À cette saison 1975-76 il connut sa meilleure production en carrière, récoltant 65 points, ce qui lui valut une invitation sur l'équipe américaine pour la Coupe Canada 1976. Sa carrière allait toutefois aller en déclin par la suite. Il fut échangé en 1977 à l'équipe qui l'eut repêché 9 ans plus tôt, les Blues de St-Louis, avant d'être ré-échangé aux Flames en 1979. Il terminera sa carrière dans la NHL lors de cette saison 1979-80 après seulement 21 match. Il évoluera par la suite quelques années au Japon à titre de joueur entraineur du Furukawa Denko avant de prendre définitivement sa retraite après la saison 1981-82. Il termina sa carrière dans la NHL avec 334 points en 580 matchs dont 152 buts.

Voici une entrevue avec Curt Bennett relativement à son après carrière

Harvey Bennett Jr est le second frère Bennett a avoir atteint la NHL. Il signa à titre d'agent libre avec les Penguins en 1974. Il évolua deux saisons avec ces derniers en alternant avec les Bears de Hershey de la Ligue américaine, équipe pour laquelle son père évolua près de 30 ans plus tôt. Il fut échangé en décembre 1975 à Washington où il devint un joueur respectable malgré le fait qu'il évoluait pour une équipe moribonde, ce qui lui valut toutefois une invitation pour représenter les États-Unis en compagnie de son frère Curt pour la Coupe Canada de 1976. Il évolua par la suite avec les Flyers de Philadelphie, les North Stars du Minnesota et les Blues de St-Louis avec lesquels il joua ses derniers match dans la NHL en 1978-79. Après un court passage dans la Central Hockey League, il prit avec son frère Curt le chemin du Japon pour évoluer avec le Furukawa Denko. Il prit définitivement sa retraite en même temps que son frère, après la saison 1981-82.

Bill Bennett est le troisième frère Bennett a avoir évolué dans la NHL. Il signa à titre d'agent libre en octobre 1976. Il passa toutefois le plus clair de son temps avec les Americans de Rochester de l'AHL. Il eut la chance d'évoluer pour la même équipe que son père à la saison 1978-79 sous les ordres de Don Cherry durant 7 matchs où il termina toutefois avec un respectable différentiel de +4 et 5 points. Il fut réclamé par les Whalers d'Hartford lors du repêchage d'expansion de 1979 avec qui il évolua durant seulement 24 matchs en 1979-80. Il termina sa courte carrière professionnelle avec les Komets de Fort Wayne et les Bears de Hershey en 1981-82.

Deux autres frères Bennett jouèrent au hockey professionnel

John Bennett est le deuxième garçon de la famille, il joua une saison avec les Blazers de Philadelphie dans la WHA lors de la saison 1972-73.

Jimmy Bennett, le père de Mac, fut repêché en 8e ronde par les Flames d'Atlanta en 1977. Il ne jouera qu'une seule saison au niveau professionnel, avec les Mohawks de Muskegon en 1979-80 avec qui il récolta 29 points en 43 matchs.

Espérons que Mac sera à la hauteur, sinon plus, de ses oncles et de son grand-père...

mercredi 17 juin 2009

Les Pioneers de Plattsburgh

En faisant quelques recherches sur certains évènement s'étant déroulés dans la Ligue junior majeure du Québec au début des années 1980 pour un autre projet, j'ai fait la connaissance d'une équipe très éphémère dans cette ligue, les Pioneers de Plattsburgh. Il s'agit de la première expérience de la ligue en terrain américain. On se retrouve en 1984. À l'époque, La ligue de l'Ouest avait déjà eu des aventures en au sud avec plus ou moins de succès, quelques équipes éphémères comme les équipes de Great Falls et de Billings et quelques réussites. comme celles de Seattle et de Portland. La coupe Memorial prit d'ailleurs le chemin des États-Unis pour la première fois l'année précédente alors que les Winter Hawks de Portland remportèrent les honneurs. Rappelons que le trophée fut créé afin de couronner le meilleur club amateur canadien. Petit fait en passant, la Coupe Memorial tient son nom en mémoire des soldats canadiens morts lors de la Grande Guerre. La ligue de l'Ontario pour sa part attendra jusqu'en 1990 avant d'essayer la voie des États-Unis avec les Compuware Ambassadors de Detroit, franchise qui est de nos jours les Whalers de Plymouth.

C'est donc en 1984 qu'un investisseur de Trois-Rivières nommé Denis Méthot obtint une franchise de la LHJMQ et décida non pas de l'installer dans certaines villes comme Rimouski, Sherbrooke ou Victoriaville qui n'avaient pas d'équipe à l'époque, mais bien vers Plattsburgh dans l'État de New York. Le premier geste qui aurait une incidence sur la crédibilité de l'équipe, la ligue n'a pas cru bon de tenir un repêchage d'expansion, préférant que l'équipe se garnisse dans sa grosse cour arrière américaine. Les Pioneers ont donc fait des pieds et des mains pour inviter plusieurs joueurs américains n'ayant pas été sélectionnés pour les collèges américains. On raconte même qu'un certain Brian Leetch aurait refusé l'invitation.

C'est donc avec un line-up de joueurs américains médiocres que les Pioneers de Plattsbugh entamèrent la saison 1984-85. Le résultat fut plus que catastrophique, le match le plus acceptable fut une défaite de 6 à 7 en prolongation contre Hull lors de leur match inaugural le 15 septembre 1984. Donc si je dit que le match le plus acceptable fut une défaite en prolongation, imaginez le reste. Des résutlats catastrophiques inclurent une défaite de 13 à 0 contre les voisins de Laval lors de leur second match, un match qui se termina 17 à 1 contre Granby et de 16 à 2 contre les Draveurs de Trois-Rivières. C'est donc après 17 matchs sans aucune victoire que l'équipe cessa ses activités sans tambours ni trompettes. Le seul point que l'équipe obtint fut en raison d'un match qui fut techniquement le dernier match à domicile de l'équipe contre les Castors de St-Jean qui fut apparemment annulé et dont les deux équipe obtirent un point de match nul. Le dernier match des Pioneers de Plattsburgh eut lieu le 28 octobre 1984 à Drumondville où l'équipe locale eut raison de cette moribonde équipe américaine par la marque de 9 à 3.

L'équipe fut donc dissoute après seulement un mois et demi d'activités. Il s'agit d'ailleurs de la seule équipe dans l'histoire de la LHJMQ qui dut cesser ses activités durant une saison. Les statistiques accumulées lors des 17 matchs des Pioneers furent éliminés des livres de statistiques de la ligue. Par exemple, les 8 points en deux matchs dont 6 buts que Martin Boulianne, capitaine des Bisons de Granby, récolta contre les Pioneers furent effacés de sa fiche personnelle...

Des joueurs figurants dans la formation de Plattsburgh, peu de joueurs connurent une carrière au niveau professionnel. Seul John Torchetti connut une certaine carrière au niveau professsionnel. Il sera toutefois connut plus pour son travail derrière le banc, il est présentement assistant entraineur pour les Black Hawks de Chicago.

R.E.P. CHIEFS de St-Hyacinthe...

Bien triste nouvelle.

Si vous lisez ce blogue depuis un petit bout, vous savez que j'aime beaucoup le hockey de la LNAH, Ligue Nord-Américaine de Hockey. Si vous êtes un détracteur de cette ligue, je suis certain que vous n'avez jamais vu aucun match de cette ligue, je n'ai jamais connu une personne déçue de l'expéience de la LNAH. J'ai passé beaucoup de vendredi et de dimanche cet hiver à quitter avec mes amis de notre bonne petite île pour aller voir les Chiefs de St-Hyacinthe, équipe la plus près de Montréal dans cet incroyable circuit. Nous sommes même allé voir l'équipe jouer à différents endroits au Québec durant la saison. Nous nous sommes donc beaucoup attaché à cette équipe. Mais j'ai appris que l'équipe avait été dissoute, je ne connais pas les raisons de la disparition de l'équipe, j'ai entendu des rumeurs et j'ai lu des trucs, mais je ne veux pas trop pointer parce je n'y connais rien dans le dossier. Je suis seulement triste que la redoutable équipe de Ste-Hyacinthe disparaisse en silence... La plupart des joueurs ont été sélectionnés dans un repêchage de dispertion, Yann Joseph se retrouvant par exemple avec Sherbrooke et Olivier Michaud avec Thedford-Mines. C'est donc officiellement fini...

Donc maintenant la LNAH est de plus en plus loin de Montréal...

J'airai quelque fois voir des matchs au Saguenay cet hiver...


lundi 15 juin 2009

Les premiers choix au repêchage du Canadiens de 1994 et 1999

Tout comme Youppi ici, nous sommes tous un peu anxieux à l'approche du repêchage qui se déroulera à Montréal dans quelques semaines. Comme tout fan des Canadiens, on tremble à l'approche de cet évènement en se remémorant les choix étranges du Canadiens par le passé. Et quoi de mieux que de se remémorer beaucoup de bon coups des Canadiens entre 1994 et 1999, soit entre le repêchage de Saku Koivu et Ron "Hollywood" Hainsey. Donc voici la question sondage pour la fin de juin : "Quel est votre premier choix du Canadiens préféré entre 1994 et 1999?"

Voici les choix :

1994 - Brad Brown : Défenseur originaire de Terre-Neuve, Brown fut sélectionné 18e au total en 1994. Il ne joua que 13 match en 3 saisons avec le Canadiens sans récolter aucun point avant d'être impliqué dans l'échange qui envoya Jocelyn Thibeault et Dave Manson à Chicago contre Jeff Hackett, Alain Nasreddine et Eric Weinrich en novembre 1998. En plus du Canadiens et des Hawks, il porta également les couleurs des Rangers, du Wild et des Sabres de Buffalo avant d'aller poursuivre son parcours dans la ECHL et la AHL. Lors de la saison dernière, il a évolué avec les Flames de Quad City, club-école des Flames de Calgary. Il a joué en tout 330 matchs dans la NHL, ne récoltant que 29 points au total et 746 minutes de pénalité en tout.

1995 - Terry Ryan : Un autre natif du rocher à l'extrême est du Canada, Terry Ryan fut repêché 8e en tout en 1995. Il ne joua que 8 match en 3 saisons avec le CH. Cela constituera sa seule expérience dans la NHL.



1996 - Matt Higgins : Un gros boeuf de l'ouest, le centre Matt Higgins fut repêché 18e au total. Échelonnée sur 4 saisons entre 1997 et 2001, Higgins joua 57 matchs avec les Canadiens, ne récoltant que 3 points et 6 minutes de pénalité. Il évoue présentement en Allemagne avec le Ingolstadt ERC.

1997 - Jason Ward : Choisi 11e au total, Jason Ward joua 104 match avec le Canadiens entre les saisons 1999-2000 et 2003-04, terminant sa carrière à Montréal avec un différentiel de +8. Il évolua par la suite avec les Rangers de New York, les Kings de Los Angeles et les Lightnings de Tampa Bay. Il ne joua qu'un seul match avec eux l'an dernier, évoulant avec les Admirals de Norfolk dans l'AHL.

1998 - Eric Chouinard : Dernier québécois à avoir été repêché par les Canadiens. Le fils de Guy Chouinard arriva à Montréal après une carrière remarquable avec les Ramparts de Québec. Il ne joua que 13 matchs en tout avec les Canadiens, ne récoltant que 4 points en tout. Il fut échangé en 2003 aux Flyers de Philadelphie en retour du choix de seconde ronde qui servit à repêcher Maxim Lapierre. Il évolua par la suite avec le Wild du Minnesotta avant de poursuivre sa carrièr en Allemagne avec Straubing Tigers.

1999 - Aucun choix de première ronde : Les Canadiens avaient échangés leur choix aux Islanders de New York qui repêchèrent un certain Branislav Mezei qui joua avec cette équipe et avec les Panther de la Floride. À noter que de tous les joueurs repêchés en 1999 par les Canadiens, un seul joueur, Matt Crakner, joua dans la NHL. Deux match en tout, un avec les Sharks et un avec les Senators.

And the winner is : Peter Popovic

Vous avez facilement choisi Peter Popovic comme votre votre joueur suédois préféré depuis 1990, soit depuis le départ de Mats Näslund. Peter fut peut-être le seul suédois digne de ce nom. Je suis très fier de dire que je suis le seul à avoir voté pour Patrick Kjellberg parce qu'il avait sa carte O-Pee-Chee Premier de 1993. Vous avez manifesté également votre adoration pour Niklas Sundstrom, probablement que vous oubliez déjà sa performance durant les séries de 2004 contre les Lightnings... Malheureusement personne n'a voté pour Johan Witehall...


Patrik Carnback
1 (1%)
Patric Kjellberg
1 (1%)
Peter Popovic
25 (47%)
Jonas Hoglund
7 (13%)
Johan Witehall
0 (0%)
Niklas Sundstrom
14 (26%)
Andreas Dackell
5 (9%)

Nombre de votes : 53

dimanche 14 juin 2009

Les Ours sont plus forts que les Origaux!

Pendant que les Penguins s'affairaient à remporter la troisième Coupe Stanley de leur histoire, une autre équipe de la Pennsylvanie était occupée à devenir l'équipe avec son nom revenant le plus souvent sur la Coupe Calder. En effet, les Bears de Hershey ont maintenant dépasser les plus que défunts Barons de Cleveland de l'AHL pour le nombre de titre de la AHL en défaisant les Mooses du Manitoba et leur capitaine Mike Keane. Oui, Mike Keane joue encore... Donc les Bears de Hershey, club école des Capitals de Washington, nous ont prouvés que les ours sont plus fort que les orignaux... Celà vient nous montrer également qu'on devrait avoir peur des Capitals de Washington dans un avenir proche si les deux clubs-école de cette équipe ont remportés leur championnat respectif. Ce dixième championnat de la Coupe Calder est d'ailleurs le second championnat d'affilé. Moi du moins j'ai peur des Capitals à partir d'aujourd'hui...

Vous pouvez voir les faits saillants ici :
http://ahl.neulion.com/team/console.jsp?catid=2&id=2275

Comme je l'ai souvent dit, les Bears de Hershey est la septième plus vieille équipe de hockey professionnelle en Amérique du Nord après les 6 équipes "originales" de la NHL. L'équipe fut fondée en 1932 et évoluait dans des petites ligues de la Pennsylvanie. L'équipe portait à l'origine le nom B'ars et était la propriété de la compagnie de chocolat qui porte le nom de la ville. Vous voyez le lien? Bears, B'ars, chocolat... Je suis déjà allé à Hershey en Pennsylvanie et sérieusement c'est impressionnant comme ville parce que ça sent le chocolat partout. C'est mieux que l'odeur de cigarette et de bière d'Hochelaga... L'aréna où les Bears jouaient à l'époque, de 1936 à 2002, était d'ailleurs situé au centre de la ville dans un parc d'attraction nommé Hersheypark et se nomme d'ailleurs le Hersheypark Arena. Les Bears sont entrés dans l'AHL en changeant leur nom de B'ars à Bears en 1939. L'équipe n'a depuis pas changé ses couleurs chocolat et leur nom malgré toutes les intempéries qui s'abbatirent sur la ligue...

Donc bravo à cette équipe légendaire...

L'intraitable Don Cherry a d'ailleurs joué pour les Bears de 1954 à 1957. Il évoluait d'ailleurs pour les Bears lorsque les Bruins firent appel à ses services et qu'il connut son seul match dans la NHL à vie. Ce fut durant les séries éliminatoire de 1955 contre les Canadiens...

samedi 13 juin 2009

Bon ben bravo les gars!

J'ai manqué la plupart du match hier parce que je faisais un spectacle, mais j'ai pris les 10 dernières minutes du match... Mai j'ai pas grand chose à dire sauf de féliciter les champions.

Ah oui, Maxime Talbot, rase ta barbe dret là, tu ressemble à un gars qui quête sur Ste-Catherine... Toutefois, félicitation pour ton match de la mort!!


(première photo sur Google quand on tape "Penguins Stanley Cup")

mercredi 10 juin 2009

On va l'avoir notre permis de bière!

Quelques petites informations...

-Premièrement, j'ai déposé mon offre pour acheter le Canadiens. Je suis certains que je suis devant Québécor anyway dans la course. Au moins j'ai jamais dit en public que je voulais acheter les Canadiens... Il y en a qui devraient avoir peur que je prenne les reines de grand club, mais pas la fille qui est à l'entrée de la section 118... Je regarde vers toi, numéro 11...

-Deuxièmement, nous sommes maintenant 21 sur Facebook à supporter la candidature de Lyle Odelein pour le Temple de la renommée. Si vous n'étiez pas au courant de mon combat pour l'intronisation du célèbre numéro 24 du Canadiens. Je vous invite à lire mon manifeste pour l'introduction de Lyle Odelein que j'ai publié en janvier dernier et bien je vous invite à le lire... Un jour nous vaincrons!

-Troisièmement, dans le même ordre d'idée facebookien, nous somme maintenant 41 à être des fans des légendaires Barons de Cleveland, je ne vois pas pourquoi vous n'en êtes pas un si vous lisez ce blogue... Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous suggère de lire le texte-témoignage avec une ancienne fan des Barons.

mardi 9 juin 2009

Et dites-vous qu'il avait un foulard...

Le lecteur nommé Bazz faisait état dans les commentaires du texte sur Brian Spencer qu'on voyait dans le film (que je cherche toujours!) Gross Misconduct d'Atom Egoyan à propos de ce joueur des vrais images de Hockey night in Canada où il trouvait ridicule d'avoir été échangé dans une équipe qui porte un nom de "moumoune" d'un oiseau trop stupide pour voler. Et bien si vous avez toujours trouvé le logo des Penguins pas très virile, dites-vous que le pingouin du logo avait un foulard au cou au début... Il n'a jamais figuré sur un chandail car les Penguins avaient lors de leur première saison en 1967-68 un chandail bleu poudre avec Pittsburgh écrit à la manière des Rangers. au devant La saison suivante, l'équipe modifia son logo qui est le logo que l'équipe possède toujours...

Au début les Penguins voulaient avoir un chandail noir et jaune comme ils l'adoptèrent en 1980 après la victoire des Steelers au Super Bowl XIV. Nous avons vu précédemment que le noir et or est la couleur traditionnelle des équipes sportives de Pittsburghs comme les Pirates au baseball et les Steelers au football. Il s'agit également de la couleur du drapeau de la ville. Mais lorsque les Penguins entrèrent dans la NHL en 1967 et voulurent adopter ces couleurs, les Bruins de Boston en revendiquèrent l'usage unique. Sans vouloir s'obstiner, Jack Riley, le premier directeur général des Penguins et natif de Toronto, adopta les couleurs des Argonauts de la CFL et du Collège St-Michael, deux équipes sportives classiques de la région torontoise. À noter que les Penguins plaidèrent l'usage des couleurs noir et jaune en 1980 en rappelant que les Pirates de Pittsburgh de la NHL utilisèrent ces couleurs dans les années 20 lorsque les Bruins contestèrent de la même manière le changement de couleur du bleu et blanc vers le noir et jaune en 1980.

Voici le chandail d'origine des Penguins :


Les Stingrays de la Caroline du Sud, champions de la Coupe Kelly

Hey oui, c'est vendredi dernier que les Stingrays de la Caroline du Sud ont vaincu les Aces de l'Alaska (oui, de l'Alaska!) pour devenir les champions de la ECHL. Ils ont donc succédé au club affilié du Canadiens de Montréal, les Cyclones de Cincinnati, le championnat de la ligue de hockey professionnelle AA.

Pour ceux qui sont toujours un peu mélangés dans les ligues, la ECHL était anciennement connue sous le nom East coast hockey league, mais comme elle s'étend partout, de la Floride à l'Alaska en passant par la Californie et le Midwest. Il s'agit d'une ligue de troisième division si on peut se référer à la classification du football. Il s'agit d'une ligue où chaque club est affilié à une ou plusieurs équipes de la ligue américaine qui sont alliées pour leur part à des équipes de la NHL. Il s'agit donc des clubs écoles des clubs écoles... Les Stingrays de la Caroline du Sud sont par exemple affiliés aux Bears de Hershey et donc au Capitals de Washington. Les finaliste, les Aces de l'Alaska, sont affiliés pour leur part aux Riverman de Peoria dans l'AHL et aux Blues de St-Louis. Les coûts d'opération de cette équipe doivent être assez incroyable considérant les déplacements potentiels de cette équipe pour aller par exemple en Floride ou en Californie... Ça doit selon moi coûter plus cher d'avoir une équipe dans cette ligue, considérant la distance entre les équipes, que pour les clubs de l'AHL qui sont moins éloignés...

Il s'agit d'une ligue où l'on retrouve du hockey assez robuste. C'est également une ligue de hockey qui a beaucoup misé pour le meilleur et pour le pire dans l'établissement d'équipe dans les sud des États-Unis. Il y avait par exemple une rivalité assez forte à la fin des années 90 entre deux équipes de la Louisianne, les IceGators de la Louisianne et les Kingfish de Bâton-Rouge. À cette époque, ces deux équipes jouissaient d'une certaine popularité et attiraient plus de spectateurs que certaines équipes de la NHL. Mais le tout est une question de mode et les équipes viennent et disparaissent souvent dans le temps de le dire. Comme je l'ai dit plus haut, le style de jeu est robuste et on mise souvent sur le penchant violent du hockey pour le vendre. Le calibre de jeu est nottamment analogue à celui de la Ligue nord-américaine de hockey ici au Québec sauf que les équipes sont affiliées à des équipes de la NHL...

Juste pour dire comment on mise sur le côté aggressif de la ligue, une de mes amies a déjà vu un match de la ECHL à Birmimgham en Alabama et elle m'a dit qu'on donnait à l'entrée des dépliants avec les réglements du hockey sur glace. Les gens dans le Sud vont souvent voir des matchs de hockey pour les baggarres...

Selon mes observations, l'équipe la plus proche est à Elmira dans le sud de l'État de New York. Les Jackals d'Elmira sont affiliés aux Senators de Bighampton et donc des Sens d'Ottawa. La plus vieille équipe ayant toujours gardé le même nom sont les Chiefs de Jamestown, affiliés autant aux Avalanches et aux Blue Jackets. On notera le nome des Chiefs de Jamestown, les Chiefs de Slapshot ayant été influencé des Jets de Jamestown de la défunte NAHL des années 70. Comme on vient de le voir, les équipes se partagent souvent des équipes de la ECHL, les Canadiens se partagent justement les Cyclones de Cincinnatti avec les Predators de Nashville et leur club école, les Admirals de Milwaukee.

Donc encore une fois bravo aux Stingrays, les nouveaux souverains de cette incroyable ligue...

Amenez-moi une équipe dans la région de Montréal, on aurait du fun!

samedi 6 juin 2009

Brian Spencer (Recherché : Gross Misconduct d'Atom Egoyan)

Et non, ce n'est pas ce classique du thrash metal de M.O.D. qui se nomme Gross misconduct que je cherche, je l'ai déjà, mais bel et bien le film du grand réalisateur Atom Egoyan du même nom. Ce film a été réalisé en 1993 pour la CBC et relate la vie du joueur de hockey Brian "Spinner" Spencer. Comme la vie de Spencer fut très mouvementée, le film doit sûrement être assez impressionnant. Comme ce fut un film fait pour la télévision, la CBC doit probablement posséder les droit et cela fait en sorte que le film n'existe pas en DVD. Si vous avez une copie, je vous demande si il serait possible d'en avoir une...

Brian Spencer est un peu l'exemple typique que les parents prennent parfois la carrière de leur rejeton à un sérieux qui approche le ridicule. Roy Spencer, papa de Brian, a beaucoup misé sur la carrière se son fils, n'hésitant jamais à investir pour envoyer son fils apprendre son art au sein d'école de hockey. Ce qui porta fruit parce que son fils fut repêché par les Maple Leafs de Toronto en 1969. C'est à son premier match diffusé à Hockey Night In Canada que survenut un drame. Alors que le match était diffusé à la CBC, la CBC de la Colombie-Britannique décida de ne pas mettre en onde le match entre les Black Hawks et le Maple Leafs de Toronto, mais un match de la nouvelle équipe de l'Ouest, les Canucks de Vancouver, qui affrontaient pour l'occasion les Golden Seals de la Californie. Rappelons-nous qu'à l'époque le seul moyen de voir votre joueur préféré était lors de la sacrosainte émission du samedi soir.

Donc Roy Spencer, de sa mansarde de Fort St-James en Colombie-Britannique, ne put assister aux débuts télévisés de son fils. En beau tabernacle comme on dit ici, Roy sauta dans sa voiture pour aller à Prince George pour aller à la station de la CBC le plus près pour leur demander de mettre le match Leafs-Hawks. Après avoir roulé au dessus de 100 kilomètres, il arriva au poste de télévision de Prince George et menaça avec une arme à feu les employés afin de mettre le match désiré. Ironiquement, pendant que papa Spencer faisait des pieds et des mains afin de voir son fils à la télé, ce dernier fut interviewé à la CBC à propos de sa première expérience à Hockey night in Canada. Après plusieurs minutes dans les locaux de la CBC, Roy Spencer sortit dehors, où il fut attendu par des agents de la GRC qui s'abattirent sur le coup...

L'un de ces policiers se nommait Arnold Nylund, il était le père du futur défenseur Gary Nylund.

Au match suivant qu'il disputa sur les ondes de la CBC et qui fut cette fois diffusé à Hockey night in Canada, Brian Spencer marqua un tour du chapeau. Il joua dans la NHL jusqu'à la saison 1978-79 avec les Leafs, les Islanders, les Sabres et les Penguins. il fut un bon élément dans l'accession des Sabres à la finale de la Coupe Stanley en 1974.

Après son retrait du jeu, Spencer entra dans un gouffre sans fond. En 1987, alors qu'il habitait à Palm Beach en Floride, Spencer fut accusé d'avoir assassiné en 1982 un restaurateur local nommé Michael Dalfo. Il faut dire qu'à l'époque il vivait au sein du milieu interlope de la Floride où drogue et autres crimes sont au centre de tout. il aurait même longtemps partagé sa vie avec une prostituée, ça serait d'ailleurs elle qui l'aurait dénoncé à la police. Après 10 mois de procès, Spencer fut toutefois acquitté de ses accusations de meurtre.

c'est peu de temps après, en juin 1988, alors qu'il se déplaçait en voiture avec un ami, Spencer fut victime d'un meurtre. Alors qu'il était arrêté à un coin de rue, un homme qui leur demanda d'ouvrir la fenêtre exigea leur monnaie. Alors qu'il ne lui donnèrent que quelques billets, l'homme tira Spencer en plein cœur. Il avait 38 ans...

Vous comprenez donc pourquoi je veux voir le film d'Atom Egoyan à tout prix?

Ce film est d'ailleurs basé sur un livre d'un auteur nommé Martin O'Malley. Inutile de dire que j'aimerais également mettre la patte dessus...

mardi 2 juin 2009

Petite photo pour le plaisir...

Remonter un déficit de 2-0 en finale de la Coupe Stanley

Tout comme l'an dernier, les Penguins de Pittsburgh tirent de l'arrière 2-0 face aux Red Wings de Detroit. Et si on se fit à l'histoire, ce n'est pas arrivé souvent qu'une équipe a eu l'occasion de remonter un tel déficit en finale de la Coupe Stanley. Ce n'est arrivé que trois fois en tout. Les deux dernières occasions furent orchestrées par le tricolore. Les Canadiens le firent pour la première fois en 1966 alors qu'il remontèrent un déficit de 2-0 face aux Red Wings.

La seconde fois que les Canadiens remontèrent un déficit de 2-0 pour remporter les grands honneurs fut en 1971. À cette occasion, les Canadiens et leur jeune gardien Ken Dryden vainquirent les Black Hawks en 7 pour donner à Jean Béliveau son dernier championnat.

La troisième occasion où une équipe remonta un déficit de 2-0 fut lors de cette fameuse finale de 1942 où les Maple Leafs remontèrent un déficit non pas de 2-0 mais de 3-0 pour devenir la première des deux équipes à remonter un tel déficit dans l'histoire de la NHL.

Donc une grosse tâche psychologique attend Sid et sa bande...

lundi 1 juin 2009

Jacques Martin, un gardien...

Je ne m'étirerai pas trop longtemps sur ce que je pense de Jacques Martin comme nouveau chef derrière le banc du Canadiens., tout le monde le fait. Je ne trouve pas l'idée mauvaise et contre ceux qui reprochent à notre nouveau franco-ontarien de nouveau coach de se dégonfler en série, disons que l'époque où il dirigeait les Senators appartient déjà à une autre ère du hockey... Donc moi je donne la chance au coureur et on verra ce que ça donnera...

Anyway, Jacques Martin ne fut pas un grand joueur de hockey, il ne connut que deux saisons en tant que gardien dans la NCAA pour St-Lawrence University avant d'accrocher ses patins...

Voici ses statistiques :

Season Team Lge GP A PIM Min GA EN SO GAA


Svs Pct
1972-73 St. Lawrence University NCAA 22 0 16
87 0 0 4.10


608 0.875


1973-74 St. Lawrence University NCAA 6 0 0
25 0 0 5.40


127 0.836

Les suédois post-Mats Näslund

Vous êtes peut-être écœurés de le lire, mais je vais le redire encore une fois, Mats Näslund était mon joueur préféré quand j'étais jeune. Quand même, à bien y penser, nous avions probablement l'un des plus grand joueurs suédois de tous les temps. En plus d'être un excellent marqueur et un gentilhomme sur glace, il était un leader dans le vestiaire. Ce n'est pas pour rien que le petit Viking est de nos jour le sélectionneur de l'équipe suédoise. C'est lui qui a assemblé l'équipe suédoise médaillée d'or aux Olympiques de Turin. Il est présentement le 12e rang des marqueurs de tous les temps du Canadiens avec 612 points en 617 matchs. Dans ma tête, quand on a une carrière avec une moyenne de près d'un point par match, on en a fait un belle... J'aimais tellement Näslund dans ma jeunesse que lors d'un match des étoiles du hockey mineurs où on faisait un match Canadiens-Nordiques, je représentais fièrement le numéro 26...

Mais depuis que le Viking est reparti en Suède avant de revenir brièvement en tant que méchant Bruins, les Canadiens n'ont pas trop misés sur la filière jaune et bleu à la triple couronne... Et la signature la semaine passée de Mikael Johnasson m'a fait réfléchir sur les joueurs suédois ayant évolué avec le CH depuis le départ de cette légende du hockey internationale. Légende? Mats Näslund fait parti et depuis longtemps du très sélect club de la triple couronne, ayant remporté la Coupe Stanley en 1986, le Championnat du Monde en 1991 et la médaille d'or Olympique en 1994. Mats est d'ailleurs membre du temple de la renommée de la IIHF comme le prouve cette photo que j'ai prise au Temple... Mais pour en revenir aux suédois ayant évolué pour les Canadiens, voici donc la question pour le début de juin : "Quel est votre joueur suédois ayant évolué pour les Canadiens depuis le départ de Mats Näslund en 1990?"

Voici les choix :

Patrik Carnback (1992-93) : Carnback ne joua que 6 matchs avec le Canadiens lors de la saison 1992-93, ne récoltant qu'une seule pénalité. Malheureusement, son nom ne figure pas sur la Coupe Stanley... Carnback évoluera 3 saisons à Anaheim avant de retourner en Suède évoluer avec le Västra Frölunda HC.



Patric Kjellberg (1992-93) : Un autre étoile filante de la saison 1992-93, Kjellberg ne joua que 7 matchs en tant que joueur du Canadiens. Lors de son long passage à Montréal, Kjellberg récolta la même chose que son compatriote Patrik Carnback, c'est à dire 2 minutes de pénalités. Il retourna en Suède pour les 5 saisons suivante avant de revenir dans la NHL avec les Predators de Nashville où il devint un joueur régulier. Il termina sa carrière en 2003 après deux saisons à Anaheim.

Peter Popovic (1993-98) : Probablement plus yougoslave que d'origine viking mais né en Suède, Popovic passa 5 saisons à Montréal. Ce défenseur termina sa carrière à Montréal avec un différentiel de 24, recoltant 55 points en 303 matchs. Après des passages à Boston, New York et Pittsburgh, Popovic retourna en Suède pour évoluer avec le Sodertalje SK.


Jonas Hoglund (1997-99) : Jonas Hoglund est arrivé à Montréal en en provenance de Calgary en compagnie de ZARLEY ZALAPSKY en retour de Valeri Bure et d'une choix de première ronde. En 104 matchs avec le Canadiens, cet ailier droit marqua un maigre 29 points. Il prit le chemin de Toronto à l'été 1999 à titre d'agent libre.


Johan Witehall (2000-01) : Réclamé au balottage lorsque les Rangers ne voulaient plus de lui, Witehall n'évolua que 26 matchs en bleu blanc rouge. Cet ailier droit ne récolta qu'un miséreux deux points lors de ces matchs. Il prit le chemin de la Suisse à la saison suivante.



Niklas Sundstrom (2002-06) : En voilà un qui me fit sacrer... En trois saisons avec le Canadiens, Sundtrom récolta 49 points en 154 matchs. Il termina sa carrière à Montréal avec un différentiel de 0... Il évolue présentement avec le Modo Hockey Ornskoldsvik dans la ligue d'élite suédoise.


Andreas Dackell (2002-04) : Dackell fit le chemin sur la 417 en retour d'un choix de 8e ronde, simplement pour donner la valeur que les Senators d'Ottawa lui donnait quand ils l'ont envoyés ici... En 3 saisons avec les Canadiens, il marqua 70 points en 212 matchs,. Il terminera également son voyage à Mojntréal avec un différentiel de 0... il évolue présentement en Suède avec le Brynas IF Gavle.


Je crois qu'on est mur pour un bon joueur suédois à Montréal...

And the winner is : Martin Gélinas

Comme si c'était une surprise, vous avez voté Martin Gélinas comme votre québécois préféré ayant évolué avec les Hurricanes de la Caroline. Comme il s'agit en fait du seul québécois qui obtint un poste régulier sur plusieurs saisons avec les Canes, le fait de voter pour ce dernier n'est pas une surprise. Dix fidèles fans de Chico ont votés pour lui et une poignée de fans d'Eric Bélanger (4) et de l'ancien cerbère des Sags Eric Fichaud (3) ont donné leur vote à leur préféré. Steve Martins et Bruno St-Jacques ont également probablement voté pour eux...

J'ai toujours aimé Martin Gélinas, il me semble que ça a toujours été un joueur solide qui fait sa job. Je me demande si le Canadiens a déjà essayé d'avoir ses services. Il joue d'ailleurs toujours au hockey en Suisse avec Berne en compagnie de Christian Dubé et de l'ancien Canadiens Sébastien Bordeleau. Gélinas a marqué 22 points dont 15 buts en 27 matchs cette saison. Il doit y avoir pire dans le monde que de jouer au hockey en Suisse...

Gélinas a été repêché en 1988 en première ronde et septième au total par les Kings de Los Angeles. Il a d'ailleurs été repêché juste devant 3 marqueurs de 1000 points dans la NHL, Jeremy Reonick, Rod Brind'Amour et mon meilleur, Teemu Selanne. Gélinas ne joua toutefois pas avec les Kings. L'été de son repêchage, il fut impliqué dans l'un des échanges les plus volumineux de l'histoire de la NHL, celle qui envoya Wayne Gretzky à Los Angeles. Gretzky était d'ailleurs propriétaire de son équipe junior à Hull à cette époque. C'est avec les Oilers que Gélinas remportera son unique Coupe Stanley à sa saison recrue en 1989-90. Il évoluera durant 3 saisons avec les Oilers avant d'être échangé aux Nordiques en 1993 contre un choix de repêchage.

Son passage dans la vieille capitale fut très brefs, étant soumis au ballotage en janvier pour être réclamé pour les Canucks de Vancouver. C'est avec ces même Canucks lors de cette même saison que Gélinas atteindra la finale de la Coupe Stanley pour la seconde fois de sa carrière avec une seconde équipe. Gélinas connut les meilleures saisons de sa carrière avec les Canucks avant d'être envoyé en Caroline en compagnie de Kirk McClean en janvier 1998 en retour de Sean Burke, Enrico Ciccone et Geoff Sanderson. Comme je l'ai mentionné dans un autre article, Gélinas fut un joueur d'impact lors du voyage des Hurricanes en finale de la Coupe Stanley en 2002. Après 5 saisons en Caroline et après sa troisième présence avec une troisième équipe en finale, Gélinas prit le chemin de Calgary avec qui il se rendra en finale de la Coupe Stanley pour la 4e fois en carrière avec une 4e équipe en 2004. Gélinas passera deux saisons en Floride après le lock-out qu'il passa en Suisse et terminera sa carrière dans la NHL en 2007-08 avec les Predators de Nashville. Comme je l'ai mentionné plus haut, il évolue présentement avec Berne dans la première division de Suisse. En 1270 matchs dans la NHL, il marqua 660 points dont 309 buts.














Voici donc les résultats du vote :
Eric Bélanger
4 (7%)
Enrico Ciccone
10 (18%)
Eric Fichaud
3 (5%)
Martin Gélinas
35 (64%)
Steve Martins
1 (1%)
Bruno St-Jacques
1 (1%)

Nombre de votes : 54