dimanche 12 décembre 2010

Le plus beau chandail de Markus Näslund


Les Canucks de Vancouver ont procédé hier au retrait du chandail de leur ancien capitaine, le sympathique Markus Näslund. Vous direz ce que vous voulez du retrait de ce chandail, que c'est un peu l'équivalent de retirer celui de Saku Koivu ici ou bien qu'il n'était pas un joueur exceptionnel, bref, comme je pense, on ne niera pas le fait par contre qu'il fut un joueur très apprécié par les fans des Canucks... Les chiffres sont là pour le dire et la mémoire est là, mais est-ce que Markus Näslund est un joueurs VRAIMENT exceptionnel? Cela revient encore à une chose que je dis souvent, que les Canucks n'ont réellement jamais eu de véritable joueur légendaire... Näslund est dorénavant en compagnie de Stan Smyl et Trevor Linden au plafond du "Change toujours de nom" Place. Quoi penser d'une équipe qui célèbre des 40 ans et qui n'a pas de joueurs de la trempe de Gilbert Perreault, de Marcel Dionne ou de Lanny McDonald parmi les numéros retirés? Poser la question c'est y répondre...

On revient toujours à un fait que je cite souvent, les seuls joueurs des Canucks intronisés au Temple de la Renommée, Igor Larionov, Mark Messier et Cam Neely, n'ont pas connu le summum de leur carrière dans l'uniforme de ces derniers...

N'empêche que j'aimais beaucoup Markus Naslund. Il est entré dans la NHL avec un nom de famille qui a beaucoup attiré ma curiosité, étant le même que mon joueur préféré d'enfance, et avec une équipe spectaculaire à cette époque, les Penguins. Je ne peux seulement que m'imaginer le duo qu'il formait dans sa jeunesse avec Peter Forsberg avec le club de MODO., duo qu'il a malencontreusement reformé l'an passé presque 20 ans plus tard et sans trop de flamèche. Et comme j'aime beaucoup regarder les matchs des Canucks à CBC, voir un bon joueur suédois ne me déplaît jamais, surtout que les Canadiens n'ont jamais eu de bons suédois depuis l'autre Näslund et qu'il était souvent accompagné de deux jumeaux identiques incroyables et tout autant suédois... Mais de là à ce qu'on retire son chandail... J'aimais beaucoup Guy Carbonneau ou Saku Koivu, mais est-ce qu'ils ont eu la stature d'un immortel pour qu'on retire à jamais leur numéro? J'en doute...

Au fait, si on veut y aller dans la polémique, je serais pour le retrait du 5 de Guy Lapointe et le 6 de Toe Blake... Après, c'est fini... Mais ça c'est une autre histoire...

Revenons à nos moutons... Je veux ici rendre un hommage à ma manière à Markus Näslund, joueur que j'ai toujours bien aimé jusqu'à temps qu'il fasse comme n'importe quel joueur en fin de carrière qui veut faire le motton, c'est-à-dire qu'il signe avec les maudits Rangers que j'aime pas...

Voici une carte Classic Four Sports 1991-92 de Markus Näslund. Lors de cette saison au paroxysme de la mode des cartes de hockey, beaucoup de compagnies ne voulant pas payer les frais exorbitants des licences de la NHL et de la NHLPA et surfant sur la popularité des jeunes joueurs repêchés et des cartes de sports ont fait des séries étranges avec ces prospects... Classic était la plus scrupuleuse de ces compagnie...

Classic a poussé la patente un peu loin cette saison-là en lançant non seulement une série de prospects de la NHL, mais en combinant ses 4 séries des 4 gros sports nord-américains pour en faire une grosse série de plus... Les joueurs étaient pratiquement les mêmes quand dans les autres séries, les photos parfois les mêmes, seulement qu'on avait affaire à une série qui incluaient également des prospects de football, de basketball et de baseball... Elle se vendait en paquets alors que la série de hockey par exemple ne se vendait qu'en série complète pour environ 8-10 dollars.

La carte d'Eric Lindros qui se trouvait dans la série de hockey avait pour sa part été substitué par une carte où les autres premiers choix du sport faisaient une photo à 4 avec le gros 88... Le premier choix du basketball était Larry Johnson, joueur qui connut une très bonne carrière selon moi. Celui du football fut Russel Maryland qui aida les Cowboys à remporter 3 Super Bowl. Et comble du ridicule de l'affaire, le lanceur Brien Taylor qui fut le premier choix du baseball n'a jamais au grand jamais jouédans les ligues majeures...

La carte de Näslund pour sa part était cool :

Classic Markus Naslund front

Quand je dis cheap, c'est cheap. En plus de ne pas vouloir payer pour avoir le droit de mettre un logo d'une équipe de la NHL, on prend une photo du mec avec une chandail SANS logo aux couleurs de son équipe... Remarquez également les pantalons assez laid de Näslund et je trouve qu'il a l'air un peu gras, mais bon...

Le derrière est tout autant cheap...

Classic Markus Naslund back

On mentionne le fait que Näslund fut un des trois suédois repêché en première ronde lors de ce repêchage, et bien le troisième après Forsberg et Näslund fut nulautre que Niklas Sundblad :

Classic Niklas Sundblad front

Et oui, Niklas Sundblad a reçu le même traitement que Markus Näslund dans cette horrible collection. Malheureusement pour lui, il n'a pas connu une aussi longue carrière que Forsberg et Näslund, ne jouant que deux matchs dans la NHL et dans l'uniforme de l'équipe de la NHL qui l'a sélectionné en 1991. Ces deux matchs sont toutefois deux de plus que le seul joueurs de l'encan de 1991 qui n'a pas connu la NHL, le seul et unique Brent Bilodeau des Canadiens... Bilodeau est peut-être de nos jours connu comme l'idéal-type du choix de repêchage moche du Canadien à une époque où ils ne repêchaient que des gros joueurs de l'Ouest qui n'ont jamais rien donné...

Classic Niklas Sundblad back

À noter que c'était les mêmes photos pour la collection de hockey... Je vais essayer de les trouver et de les mettre sur le blogue...

L'année suivante, dans l'optique de peut-être être le premier à découvrir une star du hockey venant de nulle part et de l'avoir mis sur une carte de hockey en premier, Classic avait fait une assez grosse série de prospect avec entre-autre Manon Rhéaume dont ils avaient l'exclusivité, mais a fait également une vaste série de carte complète de la AHL et de la IHL avec 7 cartes de plus de Manon... Je vais essayer de voir si j'ai encore des cartes de ces séries quand j'irai chez mes parents pour les fêtes... Mais cette série est hilarante pour le nombre de joueurs éternels de la AHL qu'elle contient, avec Keith Gretzky à l'avant-plan...

Chose certaines, j'ai des cartes des séries de merdes de prospects mentionnées plus haut... Elles ne coutaient pas cher à l'époque, parfait pour le budget d'un kid de 11 ans, et ne valent certainement rien de nos jours... La série Classic hockey 1991-92 qui est semblable aux cartes plus haut fait partie du lots... C'est à suivre...

12 commentaires:

Claude a dit…

What about Pavel Bure 'sti?
Me semble qu'il était pas mal plus trippant que Naslund. Les frères Sedin vont donner un peu de lustre à leur palmarès historique.

P.s. les lettres qu'il faut que je transcrive sont d'accord avec moi, ça dit: rusnesti, ou, le russian esti!

keithacton a dit…

Le #5 de Guy Lapointe? Je ne sais pas. Le #6 (et non le #8) de Toe Blake? Oui, en considérant sa contribution après sa carrière de joueur (un peu comme pour Serge Savard). Mais il ne faudrait pas oublier de réparer l'oubli du #4 d'Aurèle Joliat. On a réparé l'oubli du #16 d'Elmer Lach l'an dernier (le numéro avait été autant retiré pour lui que pour Henri Richard), mais pas celui d'Aurèle Joliat.

Martin ITFOR a dit…

Et le 4 de Newsy Lalonde, mais selon moi doubler Jean Béliveau ça se fait pas...

Si Savard et Robinson sont accrochés, Lapointe doit être là...

Martin ITFOR a dit…

Et oui, le 6, je m'étais penchésur la quesiton dans le temps où Kostopoulos et Komisarek jouaient, je savais que c'téait un de ces deux là qu'il fallait éliminer...

Anyway...

Je vais revenir sur mes théories du 5 et du 6 du Canadien bientôt...

Claude a dit…

Faudrait qu'ils enterrent le 17 aussi, ce numéro est possédé de l'esprit de Jean-Guy Talbot qui ne l'aurait pas pris pentoute quand Carol Vadnais l'a pris en 68, tout de suite après qu'il l'aille porté pendant 12 ans de suite. Depuis? Que de la dèche pour les pauvres gars qui l'ont essayé.

Parlez-en à Lucien Grenier, Benoît Brunet, BGL, Dale Hoganson, Dustin Boyd maintenant, et j'en passe.

monsieur seb a dit…

craig ludwig a porté le 17 pendant sept saisons, et me semble qu'il était pas pire...

Martin ITFOR a dit…

Ouais, il était bon en sacrement Ludwig, Jean Perron en parle encore tout le temps...

Claude a dit…

Ludwig a été l'exception qui confirme la règle. Il ressemble à Chuck Norris, c'est pour ça.

Sébastian Hell a dit…

Ah, CLassic, els carets minces comme du papier!

J'ai quelques exemplaires des cartes de Manon Rhéaume, si ça t'interesse...

bharbec a dit…

Sauf que je ne parle pas ici de doubler Jean Béliveau. Le #4 avait été retiré pour lui ET Aurèle Joliat, comme le #16 l'avait été pour Henri Richard ET Elmer Lach. C'est ce que dit le livre de Camil Desroches (relationniste du CH pendant des décennies) qui trace l'histoire des Canadiens jusqu'au début des années 80, date de sa publication.

Sébastian Hell a dit…

Ah, et:

Koivu > Markus Naslund

Naslund a pu jouer avec Bertuzzi, la meilleure brute de son époque, le fils illégitime de Lindros et Cam Neely. C'est normal de faire un point par match dans une ligue de clutch-n-grab quand t'as cinq monstres de 6'14 et 525 lbs sur la glace en même temps qui terrorise l'adversaire.

Saku a réussi à faire de Zednik et Brian Savage des presque-marqueurs de 30 buts, faut le faire. Il a été capitaine du club pendant 11 ans (10 saisons) et, au niveau international, a mené son club à tellement de médailles, plus que le Canada, la Russie et les States combinés aux tournois auxquels il a participé. Dans n'importe quelle autre équipe, son chandail serait déjà au plafond même si sa carrière n'est pas encore finie.

keithacton a dit…

RE: "Dans n'importe quelle autre équipe, son chandail serait déjà au plafond même si sa carrière n'est pas encore finie."

Justement, il a joué pour le Canadien et ce qu'il a fait (aucune Coupe, seulement un trophée Masterton) n'est pas suffisant pour en faire une légende de cette équipe. On honore les héros qu'on a. Pour Vancouver, c'est Stan Smyl. Pour Washington, c'est Yvon Labre, mais pour Montréal, c'est Guy Lafleur et compagnie, pas Saku Koivu (même s'il a été un très bon joueur).