vendredi 30 avril 2010

Intermède musical

En attendant le début de cette série...

t>

Les trésors de Simon #3

Voici une autre carte particulièrement intéressante venant de la collection que mon ami Simon m'a donné récemment, la carte 1983-84 de Murray Eaves... Je ne sais pas ce que mon ami Simon avait contre ce joueur des Jets de Winnipeg, mais il a coloré ses lèvres en noir, donnant à ce joueur un air un peu étrange...


Autre fait intéressant. À l'endos de la carte, on apprend que"Lorsqu'il prendra sa retraite, Murray aimerait devenir annonceur de radio."


Malheureusement, selon Wikipédia, ça ne s'est pas produit... Il serait coach de crosse et de hckey bantam à Shattuck - St. Mary's school à Faribault au Minnesota.

Lors de cette saison 1982-83, Eaves eut la chance de jouer 26 match avec les Jets. Ça sera son plus long voyage dans la NHL et incidemment,cette carte doit être la seule qu'il doit avoir à son actif en tant que joueur de la NHL. Donc quel geste blasphématoire de la part de mon ami Simon d'avoir souillécette carte...

En tout, il joua 57 matchs dans la NHL dans une période d'environ 10 ans, entre la saison 1980-81 et la saison 1989-90 avec les Jets et les Red Wings. Après sa longue carrière dans la ligue américaine, il Prit le chemin de l'Italie et de la Suisse. Il fit également parti de l'équipe Olympique du Canada aux jeux d'Albertville en 1992 et de Lillehammer en 1994. Il termina sa carrière en 1994-95 avec les Red Wings d'Adirondack, équipe avec lequel il évolua également à la fin des années 80...

Et comme sa carte le dit également, son frère Mike a joué pour les Flames et également pour les North Stars. Sa carrière fut plus courte mais plus stable que celle de son plus jeune frère, jouant 324 matchs dans la NHL échelonnés sur 8 saisons, récoltant en tout 226 points dont 83 buts...

Mais bon, c'est de Murray Eaves dont il était question ici...


jeudi 29 avril 2010

Un avant-gout de la série Sharks-Red Wings




Espérons que le requin gagne à la fin. Je veux savoir si un requin est plus fort qu'un épaulard par la suite...

Mes prédictions!
Sharks en 6
Canucks en 6
Philadelphie en 6
CANDADIEN en 3

Sherbrooke, here we come!

Salut sherbrookois et sherbrookoises! Petit message pour vous aviser que moi et certains autres hurluberlus de la blogosphère hockey-o-montréalaise nous rendons dans votre gentille ville afin d'assister au troisième match de la série entre le Saint-François de Sherbrooke et le CRS Express de St-Georges de Beauce en finale de la Coupe Futura, trophée ultime de la LNAH!!! Nous allons tourner un reportage de webtélé dedans votre bel aréna, alors si vous avez des choses importantes à nous dire à propos de la LNAH, essayez de nous agripper par le collet!

C'est un rendez-vous, mettez la bière au frette, Sherbrooke!

mardi 27 avril 2010

Contribution d'un lecteur #1

Patrick Piché a soumis cette merveilleuse carte de Petr Svoboda Bowman 1990-91 sur la page Facebook de La Vie Est Une Puck!



Merci!


Lego Sport Champions: Hockey

Il y a quelques temps, j'étais avec un ami à discuter avec d'autres amis anglophones et nous leur expliquions comment les émissions de notre enfance à Radio-Canada étaient entrecoupées de dessins animés et de films en "stop motion" venus des pays de l'Est tous autant fuckés les uns des autres. Il me semble sérieusement avec le recul que ce qui faisait que l'émission Bobino et toutes autres émissions qui suivirent avaient un cachet particulier, c'est qu'ils nous exposaient à de véritables chefs d'œuvre visuels et sonores... Mais sans exemples, nos amis anglophones ne comprenaient pas vraiment ce qu'on leur expliquait... Fin de l'anecdote...

J'étais avec ma copine hier en on cherchait des vidéos de Chapi Chapo, un de ces chefs d'oeuvres en "stop motion" avec de la musique de synthétiseur étrange. Il m'est venu à l'esprit qu'un petit film de hockey en Lego passait une fois de temps en temps quand j'étais petit pendant Bobino. Une petite recherche et trois clicks plus tard, bang, je suis tombé dessus :



Humour douteux, synthétiseurs et blocs Lego, que voulez-vous de plus?

Est-ce moi ou bien...

Mes deux cennes...

Dire aux partisans qu'il y a des américains dans l'équipe du Canadien de Montréal afin de leur demander de ne pas huer l'hymne national américain est probablement le geste le plus embarrassant que l'organisation de l'équipe a fait depuis belle lurette... Déjà de préciser qu'il faut écouter les hymnes dans la dignité et le respect était un geste paternaliste sans bon sens, mais cette mention faite avant les hymnes hier est un flagrant manque de confiance de la part de l'organisation du Canadien de Montréal envers ses fans...

Citation de la semaine...

Mon pote Sebastian Hell :

So... do we start Price on Wednesday?

Héhé!

lundi 26 avril 2010

Des trouvailles du Maine...

Comme je le disais vendredi dernier, je suis allé passer le week-end en Nouvelle-Angleterre question de faire quelques petits concerts avec mon groupe Incapables. Le spectacle de samedi avait lieu dans un magasin de disques, livres et jeux vidéos de Porltand dans le Maine nommé Strange Maine. Ce magasin est rempli d'objets étranges à vendre en plus d'être remplis de disques et de livre tout autant bizarres à prix surprenant. J'ai donc garni ma collection de disques de musique juive hassidique qui est déjà assez volumineuse (sans farce) en plus de m'acheter des disques de musique classique, de Devo et The Dwarves. En fouillant un peu partout dans ce superbe magasin, je suis tombé sur ceci :


Un magnifique paquet de cartes de la Première Guerre du Golfe Persique Topps non ouvert... Vous rappelez-vous à quel point les cartes "à échanger" (traduction libre de Trading Card) étaient populaires au début des années 90 que Topps et Pro-Set sont alléjusqu'à faire des cartes de la Guerre du Golfe. J'étais très content d'avoir trouvé ce petit paquet de carte pour des peanuts...

Mais mieux encore! Moi et mes amis Alex et Simon avons passé la nuit chez le propriétaire du magasin, un endroit remplis de choses étranges et d'objet rares. Avant de repartir du Maine en direction de Montréal en passant par les splendides montagnes blanches du New Hampshire pour aller se faire fouiller aux douanes canadiennes, mon ami Skot m'a remis ceci :

Et oui, c'est le "yearbook" de 1976-77 du Canadien de Montréal. On peut voir sur la couverture Guy Lafleur, Yvan Cournoyer et Pete Mahovlich célébrant la victoire de la première Coupe Stanley des quatre dela fin des années 70. On y apprend plein de choses comme le fait que Jacques Lemaire pratique le ski nautique comme hobby alors que Steve Shutt dont la femme s'appelle Ninon aime collectionner les antiquités et que Dough Risebrough et que Rick Chartraw, Doug Jarvis et Mario Tremblay sont célibataires... Il y a également des photos de la parade de la Coupe Stanley et de Ken Dryden avec sa petite fille. Et il y a bien sûr de très belles photos en action comme celle-ci de Mario Tremblay face à Bernard Parent :


Autre fait intéressant, à la fin du livre, on parle des "4 grands du Canadien" et comme à l'époque Guy Lafleur jouait encore (il avait à peine 25 ans), c'est Toe Blake qui était considéré comme l'autre des 4 grands du Canadien. Tout ça pour dire que j'attends toujours qu'on retire son numéro 6...


vendredi 23 avril 2010

Les Mariners du Maine

Je vais passer le prochain week-end en Nouvelle-Angleterre, question de faire quelques concerts. Je vais m'arrêter samedi dans la ville de Portland sans le Maine question de croiser le fer avec cette ville pour la première fois afin de littéralement faire du bruit. Portland est bien sûr le lieu où sévissent les Pirates de Portland de l'AHL, le club-école des Sabres de Buffalo. Mais en d'autres temps, la ville de Portland était le siège d'une des équipes les plus puissantes de son époque au sein de ce circuit, les Mariners du Maine.

L'histoire de cette équipe commence en 1977. à Cette époque, la American hockey League, deuxième plus vieux circuit de hockey professionnel en Amérique du Nord, connait probablement la pire période de son histoire. L'ère des expansions et l'avènement de la WHA ont volé à cette ligue beaucoup de joueurs d'impact relevant la qualité de ce circuit ainsi que des marchés qui lui étaient propres. Avec les expansion de la NHL et de la WHA, les gros marchés traditionnels de l'AHL comme Québec, Pittsburgh, Buffalo, Philadelphie et Cleveland avaient quitté la ligue et l'avait forcé à essayer de s'étendre dans des marchés pas toujours ouverts au hockey. Par exemple, lorsque les légendaires Barons de Cleveland quittèrent cette ville en raison de l'apparition des Crusaders de la WHA, l'équipe en fortes difficultés financières alla mourir à Jacksonville en Floride.

Et question de ne pas faciliter la chose, une autre ligue rivale, la North American Hockey League, tentait au milieu des années 70 de disputer le marché du hockey professionnel mineur à l'AHL, surtout en Nouvelle-Angleterre. La ligue avait des équipes comme les Jaros de Beauce, les Firbirds de Philadelphie, les Nordiques du Maine et surtout, les Jets de Johnstown, l'équipe qui inspira les Chiefs de Charlestown de Slapshot.

Ces deux facteurs firent en sorte de faire passer de 1974 à 1977 l'AHL de douze à six équipes : Les Voyageurs de la Nouvelle-Écosse (le club-école du Canadien), les Nighthawk de New Haven, les Reds de Providence, les Bears de Hershey, les Americans de Rochester et les Indians de Springfield. Et comble du malheur, les Reds de Providence, la seule équipe née avec la ligue en 1936, déclara forfait à la fin de la saison 1976-77, ce qui mit en péril le vénérable circuit...

Deux choses virent miraculeusement relancer subitement l'AHL. Premièrement, la North American Hockey League disparut après la saison 1976-77, ce qui fit en sorte que les Firebirds de Philadelphia et les Dusters de Binghampton se joignirent à l'AHL, les derniers en fusionnant avec ce qui restait des Reds de Providence. Les Gulls d'Hampton joignirent également le circuit suite à la disparition de la Southern Hockey League à la même époque. Et à la même époque, les Flyers de Philadelphie décidèrent également d'établir leur club-école dans la AHL et Portland dans le Maine semblait la destination idéale. À la même époque que les Flyers instaurèrent les Mariners du Maine dans la AHL, les Nordiques de Québec, toujours dans la WHA à l'époque, voulaient également déplacer leurs Nordiques du Maine de la NAHL vers l'AHL, mais à Lewiston et non à Portland. Le débat à savoir s'il y aurait deux équipes dans la même ligue venant du "Maine" ne dura pas très longtemps et les Mariners furent la seule équipe portant le nom Maine pour la saison 1977-78 de l'AHL.

Comme les Flyers de Philadelphie étaient une puissance de la NHL à la fin des années 70, beaucoup de joueurs de talent attendait l'appel du grand club, ce qui fit en sorte que les Mariners connurent automatiquement un franc succès à leur arrivée dans l'AHL. Les Mariners remportèrent la Coupe Calder lors de leur deux premières saisons dans la ligue. Deux ans plus tard, avec un jeune gardien suédois nommé Pelle Lindbergh, les Mariners s'inclinèrent en finale contre les Red Wings d'Adirondacks. (Ce n'est pas lui sur la photo mais bien Samuel St-Laurent.) En fait, les Mariners atteignirent la finale e la Coupe Calder à 5 reprises lors de leur 7 première saisons. À la saison 1983-84, bien qu'ils conservèrent leur couleurs oranges, les Mariners devinrent affiliés aux Devils du New Jersey. Même si leur club affilié dans la NHL en arrachait royalement à l'époque, les Mariners remportèrent la Coupe Calder pour la troisième fois de leur histoire au printemps 1984 en défaisant l'équipe qui les avait vaincus la saison précédente, les Americans de Rochester.

Après la saison 1985-86, les Devils décidèrent de déménager leur club-école dans la ville d'Utica dans l'État de New York. Mais aussitôt, les Bruins de Boston décidèrent de faire revivre les Mariners et d'en faire leur club-école. Les Mariners allaient dorénavant porter le noir, jaune et blanc des Bruins au lieu du orange, blanc et noir des Flyers. La période d'affiliation des Bruins fut un peu moins glorieuse que celle avec les Devils et surtout avec les Flyers. Les Mariners affiliés aux Bruins ne feront les séries éliminatoires qu'à 2 reprise durant les 6 saisons que dura cette affiliation. En effet, après 6 saisons à Portland, les Bruins de Boston déménagèrent leur club-école à Providence et en firent les Bruins de Providence que nous connaissons de nos jours. Un an plus tard, le marché de Portland fut à nouveau le théâtre du hockey de l'AHL alors que les Capitals de Washington établirent leur club-école dans cette ville et les nommèrent les Pirates de Portland. S'en était donc terminé des fameux Mariners du Maine...

Les Pirates de Portland sont de nos jours le club-école des Sabres de Buffalo...

Outre le grand Pelle Lindbergh, Ken Linseman, Dave Poulin, Alain Vigneault (oui!), Pete Peeters, Bob Froese, Craig Bilington, Chris Terreri, Greg Millen, Barry Pederson, Stéphane Quintal et Bill Ranford ont porté les différentes couleurs des Mariners du Maine...




jeudi 22 avril 2010

Ma "Chronique Vintage" sur 25stanley.com

Si vous ne le saviez pas, je fais depuis quelque temps et pour encore quelques temps une chronique quasi-quotidienne sur 25stanley.com à la manière des texte normaux de La Vie Est Une Puck

Si vous voulez réviser ce que j'ai fait depuis peu, allez à http://25stanley.com/lang/fr/category/chronique-vintage

Up Yours!

Une petite photo pour le plaisir #26

mercredi 21 avril 2010

Où est passé Paul Mara???




En juillet dernier, j'avais hâte de voir ce défenseur après avoir vu ce film :



Mais bon, il s'est avéré que Paul Mara finalement était un joueur qu'on peut considérer comme poche et je doute qu'on me contredise dans l'utilisation de ce superbe mot! Et comble du boutte de la marde, Mara est disparu en plein milieu de la saison et ce, dans l'indifférence totale. Il n'y a peut-être que les petits enfants qui portent les drapeaux auxquels Mara faisait un gimme-five parce qu'il entrait toujours en dernier qui doivent s'ennuyer de lui...

Mais la question me trotte dans la tête... Où est passé Paul Mara?

Voici les réponses possibles selon moi :

Hal Gill l'aurions probablement mangé. Ne vous demandez pas pourquoi il est grand comme ça, il mange des défenseurs poches pour déjeuner... Allez savoir pourquoi il ne s'est pas déjà auto-mangé...

Il est allé allumer des volcans en Islande. Au moins, il est loin du Centre Bell...

Il s'est fait attaquer par un tigre sur la rue Crescent. Ça ça fait plus mal qu'un tir de Roman Hamrlik. En fait pas mal tout fait plus mal qu'un tir de Roman Hamrlik, mais anyway... Et vous ne pouvez pas savoir quelle faune exotique, étrange et dangereuse il y a à 3h du matin sur Crescent... Probablement que le tigre s'est dit qu'avec une barbe comme ça il aimait se battre, mais bon...

Il jouait à un jeu vidéo et il est entré dedans et il se bat maintenant contre des virus. Mais pas la version qui s'en vient celle de 1982...

On s'en crisse... Dans le genre de...

mardi 20 avril 2010

Roller Derby : Ça recommence!

Enfin, le sport le plus punk rock en ville repart de plus belle à partir de la prochaine fin de semaine avec un évènement intense, le Beast of the East. Cet évènement est l'un des plus courus du calendrier annuel de Roller Derby. La ligue montréalaise de roller derby accueille des équipes provenant d'un peu partout au Canada et aux États-Unis pour un tournoi de deux jours impliquant 16 équipes. Les matchs durent 20 minutes, donc plus courts qu'à la normale, et l'action sera au rendez-vous. Les billets sont au prix de 15$ pour une journée ou 20$ pour les deux jours. C'est donc pas mal plus abordable qu'une soirée au Centre Bell et vous êtes certains de vous amuser, surtout que pour le prix d'une bière au Centre Bell, vous en aurez 4! Donc vous n'aurez pas l'ambiance terne d'un soir de semaine dans les rouges, c'est garanti!

Pour plus d'informations : http://beast.mtlrd.com/

Malheureusement je ne pourrais pas y assister car je m'en vais passer le week-end en Nouvelle-Angleterre, mais vous me verrez certainement aux prochains évènements de Montreal Roller Derby!

Roll on!


Votre verdict : Out!

Bon, vous avez voté et vous confirmez majoritairement ce que moi et mon ami JT Utah de 25stanley.com avons eu comme pressentiment. C'est out d'avoir un drapeau du Canadien sur votre voiture. D'ailleurs, je pense que le sentiment est pas mal plus étendu que les lecteurs de ce blogue, j'en ai vu une demi-tonne métrique chez Jean-Coutu hier en solde à 7,99$. Si je me rappelle bien, ça coutait un peu plus cher il y a quelques années... Anyway, c'est out! Enlevez ça de votre voiture...

Voici les résultats...

"Petit drapeau du Canadien sur son char, In ou Out?"

In
46 (34%)
Out
87 (65%)

Nombre de votes : 133

Citation de la semaine

Un de mes amis, Pierre, à propos de la chanson Maurice Richard reprise par Jérome Charlebois, le fils de Robert, dont le très ordinaire Jean-François Lisée fait signer une pétition sur son blogue afin qu'elle passe au Centre Bell et afin de vous inclure dans sa liste de diffusion de courriel...

Oh my gawd. C'est ÇA la fameuse toune Maurice Richard qu'il y a une pétition pour qu'elle joue au Centre Bell? Ouash. Je préfère écouter la discographie de Bon Jovi et Van Halen (avec Sammy Hagar) que d'entendre ça.

Sérieusement, il a raison, cette version-là fait pitié... Ça ne vaut pas la peine de vous faire spammer par Jean-François Lisée à tous les jours pour une chanson aussi mauvaise.



L'originale est bien meilleure... Ras le bol des reprises...

dimanche 18 avril 2010

Une petite photo pour le plaisir #25...


Louie Sleigher, mieux connu pour son rôle dans la célèbre bagarre du Vendredi Saint alors qu'il évoluait avec les Nordiques... Sur cette photo de la fin des années 70, Sleigher évolue avec els Bulls de Birmingham de la WHA.

Je m'ennuie de ces photos où la neige vole!

Le Viking Award 2009-10 : Henrik Sedin


Comme j'aime beaucoup les joueurs suédois, j'aime beauceaup le Viking Award. Il est un titre remis annuellement au meilleur suédois évoluant en Amérique du Nord. Le récipiendaire du titre est élu suite à un suffrage effectué auprès des joueurs suédois évoluant en Amérique du Nord. La plupart des récipiendaires dans le passé ont été des joueurs de la NHL, outre Ulf Nilsson des Jets de Winnipeg de la WHA en 1977-78. Mats Sundin est le plus grand récipiendaire du prix, l'ayant remporté 4 fois. Peter Forsberg, Markus Näslund et Börje Salming l'ont remporté pour leur part à trois reprise. Le seul joueur du Canadiens de Montréal à l'avoir remporté est bien sûr Mats Näslund consécutivement en 1984-85 ainsi qu'en 1985-86. Comment celui qu'on nommait le petit viking n'aurait pas pu mettre sa patte sur le Viking Award...

On ne se surprendra pas d'apprendre qu'Henrik Sedin est le récipiendaire du Viking Award pour la saison 2009-10. Faisant parti du cœur de ces surprenants Canucks qui connurent un certain succès en saison régulière pour se hisser en équipe favorite pour la Coupe Stanley, Henrik s'est lentement faufilé parmi les Crosby, Bäckstrom et Ovechkin pour terminer au premier rang des marqueurs de la NHL avec 112 points. C'est la seconde fois qu'un joueur d'origine suédoise terminait en tête des pointeurs de la NHL. L'autre occasion fut lorsque Peter Forsberg termina premier en 2002-03 avec un total de 106 points. Sedin devint cette saison seulement le quatrième Canuck à marquer plus de 100 points, les autres étant Pavel Bure, Markus Näslund et Alexander Mogilny. Au sortir de ce superbe saison, Henrik Sedin établit un nouveau record d'équipe pour les points et les passes en plus de remporter tous les trophées individuels de l'équipe : le Cyclone Taylor Trophy (Meilleur joueur de l'équipe), Cyrus H. McLean Trophy (meilleur marqueur de l'équipe) and la version Canucks de la Coupe Molson. On ne saura jamais si Henrik aurait pu connaître une saison encore plus explosive si son jumeau Daniel n'aurait pas manqué 19 matchs cette saison, mais ça a quand même montré que ces splendides joueurs suédois pouvaient se démarquer lorsqu'ils jouent séparément...

En parlant de manquer des matchs... Henrik Sedin n'a pas manqué un seul match depuis le lock-out... Avant le début de la saison 2009-10, Daniel n'avait manqué qu'un seul match...

Si vous aimez ces joueurs uniques que sont les jumeaux Sedin, Pucking Hliarious a lancé récemment un design de t-shirt avec eux...

Intermède musical #5 : RIP Peter Steele...


Peter Steele de Carnivore et Type O Negative est décédé à l'age 48 ans d'une défaillance cardiaque cette semaine...

Une bonne partie de la trame sonore de mon adolescence vient de disparaître...

RIP Petrus T. Ratajczyk (January 4, 1962 – April 14, 2010)


vendredi 16 avril 2010

L'importance du catalogue...

Le hockey est définitivement un sport moderne. Il est né dans les loisirs de salon des gens aisés comme la plupart des sports d'équipes modernes. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'on interdisait la rénumération des joueurs à l'origine, il fallait qu'il demeure un sport de gens ayant de la classe... Mais "un jeu si simple" comme le grand Gilles Groulx l'a qualifié, un sport si bien adapté à notre climat comme le hockey ne pouvait pas demeurer un sport de bourgeois de Westmount. Le hockey s'est rapidement développé à la grandeur du Canada, d'un étang à l'autre en passant par les derrière de grange des rangs reculés et les parcs des grandes villes. Bien avant que la télévision nous montre l'action de ce sport intense, bien avant que la radio nous décrive les gestes de ces géants sur glace en décrivant les matchs comme s'il s'agissait de combats de titans, le hockey était déjà implanté partout au Canada... Déjà les journaux faisait des descriptions des matchs avec une prose remarquable et méticuleuse. Mais outre par les médias, il fallut bien des moyens de propager le hockey à une époque où l'on n'avait pas accès aux médias de la manière dont on a droit de nos jours, à une époque où apprendre une nouvelle deux semaines plus tard n'avait pas d'importance... On était loin du temps réel de Twitter...

Un bon moyen de propager la bonne nouvelle fut notamment par le moyen du catalogue postal. Développer un service postal uniforme fut au sein des États modernes fut l'un des moyens les plus symboliques d'unifier un pays. Développer un système unifié où peu importe où l'on se situe dans ce grand pays nous avons droit aux mêmes tarifs et aux mêmes services est une belle manière d'unifier symboliquement un pays. Rappelez-vous de cet infecte film avec Kevin Costner... Encore de nos jours, une des fièrté de l'union du Canada est la poste. Partout dans notre pays, on peut poster des choses de n'importe quel endroit au Canada vers n'importe où au même prix. Et en passant, si vous trouvez que la poste canadienne coûte un peu plus cher qu'ailleurs, c'est justement en raison de cette uniformité du réseau. Quand vous envoyez un coli de Montréal à Longueuil et que ça vous coûte cher, c'est parce que vous payez pour les colis qui vont de Dawson City à Kuujjuaq...

Mais dans cet ordre d'idée, les catalogues de vente par correspondance comme le catalogue Eaton aida énormément à propager et à unifier le hockey au Canada. En commandant des bâtons ou des patins par la poste dans le catalogue Eaton, les jeunes, qu'ils soient de Moose Jaw, de Rouyn ou de Fredericton, ils pouvaient avoir droit à une uniformité de l'équipement. Cette uniformité de l'équipement a beaucoup aidé au début du siècle à faire en sorte que les jeunes avaient la même chance de développer leurs talents au hockey peu importe d'où ils venaient. Et en bout de ligne, ça a beaucoup aidé à développer le hockey partout au Canada. Une bon exemple... Rappelez-vous le Chandail de Roch Carrier, probablement le conte de hockey le plus connu. L'histoire est quand même basée sur une erreur de livraison de la part des gens du catalogue Eaton...

Une bonne histoire relative au catalogue Eaton, elle est relié à l'un des gardien les plus sous-estimés de l'histoire, Rogatien Vachon. Avant de devenir le cerbère du Canadien et des Kings, Vachon a été un enfant... Je vous surprend... Vachon habitait la ville de Palmarolle, petite ville de l'ouest de l'Abitibi. Comme la plupart des jeunes de sa génération qui vivaient en Abitibi, Vachon était un passionné de hockey, mais la position où il voulait jouer était celle de gardien. Et tout comme à notre époque, l'équipement de gardien de but était une dépense assez grande pour les parents de joueurs de hockey. Le parents de Vachon refusant de lui acheter des jambières de gardien, une dépense un peu exorbitante pour une famille nombreuse québécoise, notre futur moustachu utilisa son système D. Il alla voir tous les membres de sa famille et voisins afin de recueillir les anciens catalogues Eaton et Simpsons et en fit des jambières en les attachant avec de la broche... Très rapidement, Vachon développa un style qui lui fit un nom partout en Abitibi qui le rendra plus tard au championnat de 3 Coupes Stanley dans l'uniforme du Canadien et à une brillante carrière avec les Kings de Los Angeles qui retireront son chandail en 1985. Et moi je dis qu'il a sa place au Temple de la renommée... Et tout ça est parti d'une pile de catalogues...

Une petite photo pour le plaisir #24...

mercredi 14 avril 2010

Update sur les Serpents!

Il est 22h40 et les Coyotes viennent d'égaler la marque et quelques personnes ont lancé des serpents! Aucune pénalité...

La remise des prix de La Vie Est Une Puck 2009-10

Je parie que vous avez vu ce débat cette saison à propos de renommer les trophées de la NHL. Moi je dit qu'on devrait garder ces trophées intacts, mais que nous devrions ajouter de nouveau trophées qui rejoignent vraiment le gout des fans de hockey. Et c'est pourquoi dorénavant, La Vie Est une Puck va remettre annuellement ses propres prix... Les voici :

Le Dave Schultz Memorial Award

Un Joueur aussi mémorable mérite d'avoir un trophée digne de sa réputation. La Vie Est Une Puck est très fier de vous présenter le Dave Schultz Memorial Award remis annuellement dorénavant au joueur ayant accumulé le plus de minutes de pénalités durant la saison régulière. Si comme moi vous vous ennuyez du temps où les meneurs au chapitre des minutes de pénalité avaient droit à une carte de hockey soulignant cet exploit, voici votre revanche. Et quoi de mieux que de nommer un tel trophée en lui donnant le nom de celui qui détient toujours le record de minutes de pénalités en une saison dans l'histoire de la NHL, Dave "The Hammer" Schultz. Ce grand matamore des Broad Street Bullies passa 472 minutes au banc de pénalité lors de la saison 1974-75, deuxième année où les Flyers remportèrent la Coupe Stanley à coup de dents pétées et de côtes arrachées! Ce n'est donc pas un enfant de cœur qui va se mériter ce trophée.

Et le récipiendaire 2009-10 est nul autre que Zenon Konopka des Lightnings de Tampa Bay. Konopka s'est mérité 265 minutes de pénalités cette saison. Donc la prochaine fois que vous insultez Zenon à propos du fait qu'il est laid comme je l'ai récemment fait, regardez quel type de joueur il est avant de l'insulter. Il pourrait vous attendre devant votre porte pour vous péter la gueule, surtout qu'il est présentement en vacance...

La Vie est Une Puck te félicite, Zenon!


Le Bill Mikkelson Award

Voici enfin le trophée que la NHL attend depuis longtemps, le Bill Mikkelson Award. Ce trophée sera remis dorénavant par La Vie Est une Puck au joueur ayant accumulé le pire différentiel durant la saison régulière, donc du joueur le plus mal sur-utilisé de la NHL. Ce trophée est nommé en l'honneur du célèbre Bill Mikkelson qui, lors de la saison inaugurale des Capitals de Washington en 1974-75, termina la saison avec un impressionnant différentiel de -82. Ce résultat est d'autant plus impressionnant en sachant que Mikkelson ne joua que 59 matchs lors de cette saison. Sachez également que deux saisons auparavant, en 1972-73, mais cette fois avec un autre club d'expansion, les Islanders de New York, Mikkelson accumula un autre bon différentiel de -54 en 72 matchs. Il a donc réussi a améliorer son score. Il faut dire qu'il évoluait en 1974-75 avec la pire équipe de l'histoire du hockey moderne, les Capitals de Washington de cette saison... Cherchez un record de médiocrité en une saison, les Capitals de Washington de 1974-75 le possèdent... Mikkelson était donc au bon endroit au bon moment!

Le vainqueur de ce merveilleux trophée pour la saison 2009-10 est Patrick O'Sullivan des Oilers d'Edmonton. O'Sullivan a terminé sa saison avec un différentiel de -35. Il devance son coéquipier Shawn Horcoff de -6. Sérieusement, ce qui est triste avec la saison des Oilers, c'est que contrairement au tremblement de terre en Haïti, on ne peut pas trop aider pour la reconstruction. On a juste à se croiser les doigts pour qu'un jour cette équipe retrouve ses lettres de noblesse. Mais en attendant, quand on voit que deux de leur centres sont les derniers et avant-derniers au chapitre du différentiels dans la NHL sur un total de 879 joueurs, disons que c'est un signe que le séisme a frappé fort dans le nord de l'Alberta...

Bravo Patrick! Profites-en parce que je crois que Rod Brind'Amour l'aurait bien aimé ce trophée...

Le Gary "Suitcase" Smith Award

J'aime beaucoup les trophée de l'AHL parce que plusieurs portent le surnom du joueur envers lequel le trophée est dédié. Alors pourquoi ne pas le faire dans les trophée de La Vie Est Une Puck avec le Gary "Suitcase" Smith Award qui sera remis annuellement au gardien ayant enregistré le plus de défaites en saison régulière. On ne se mérite pas le surnom "Suitcase" pour rien, ça veut dire qu'on s'est promené beaucoup. Et on ne se promène pas beaucoup quand on est un bon gardien de but, à moins d'être un vrai connard. Et c'est ce que Gary Smith fut, un mauvais gardien de but à bien des mauvais endroits à bien des mauvais moments. Lors de la saison 1970-71, alors qu'il évoluait pour les Golden Seals de la Californie, Smith établit un record de rien de moins que 48 défaites en saison régulière... Il faut dire que jouer pour les Golden Seals de la Californie, l'un des plus risibles équipes de l'histoire de la NHL, au début des années 70 n'aide pas à faire de vous un grand gardien, mais 48 défaites en une saison... Vous serez content par contre d'apprendre que lors de la saison suivante, en 1971-72, il remporta le trophée Vézina en compagnie de Tony Esposito à une époque où ce trophée était remis au(x) gardien(s) ayant la plus basse moyenne durant la saison régulière...

Vous serez contents d'apprendre que non pas un, non pas deux, mais trois gardiens sont les récipiendaires du Gary "Suitcase" Smith Award. En effet, Tomas Vokun, Miikka Kiprusoff et Jeff Drouin-Deslauriers sont les co-récipiendaires de ce titre, ayant tous les trois accumulés un total de 28 défaites cette saison. Je tiens entre autre à féliciter Miikka Kiprusoff pour avoir remporté autant le Vézina et le Jenning dans le passé et de maintenant se mériter le Gary "Suitcase" Smith Award. Encore plus surprenant que bien des gens (comme moi) imaginaient au début de la saison que Kipper allait aider son équipe à se rendre loin en séries... Mais bon...

Voilà, c'est tout pour les prix La Vie Est Une Puck 2009-10. Félicitation aux récipiendaires!

D'ailleurs, vous remarquerez que tous les récipiendaires des prix de La Vie Est Une Puck sont présentement en vacance...

Les serpents du déserts...

Je vais encore revenir sur le fait que les Coyotes de Phoenix font les séries éliminatoires cette saison. Une histoire que je trouve sympathique est ressortie cette semaine de la blogosphère hockey. Un blogueur de Phoenix nommé Travis Hair (oui, vous avez bien lu, un blogueur de hockey de Phoenix) a suggéré sur son blogue nommé Five For The Howling de créer une nouvelle tradition bien arizonienne de célébrer le hockey sur glace en lançant des serpents en plastique sur la glace avant la partie afin de tenir tête à la fameuse tradition de lancer des pieuvres que les fans de leurs adversaires de Detroit font depuis 58 ans demain (sérieusement). Hair est un fan des Coyotes depuis l'arrivée des chiens sauvages en Arizona et il en a connu des années de misères à voir son équipe locale en arracher dans leur aréna étrangement éclairée, il en a vu des rumeurs de déménagement et il en a vu des bancs vide... Mais voilà, après s'être léché les plaies depuis trop d'années, son équipe de chiens du déserts préférée fait maintenant partie de l'élite de l'Ouest de la NHL et il a décidé de vouloir souligner le succès des Coyotes...

Il n'en fallait pas plus pour qu'à l'aide des médias de communication comme Facebook, Twitter et le télégramme chanté, l'idée de lancer des serpents sur la glace de l'aréna de Glendale a fait boule de neige, même dans le désert de l'Arizona. Si bien que les fans des Coyotes se sont pris d'enthousiasme à l'idée de lancer des serpents sur la glace en se ruant dans les magasins de jouets à l'aube de ce match. Après tout, la seule tradition des séries des Coyotes en est une d'une autre époque. En effet, cette seule tradition consiste à inviter les fans à s'habiller en blanc, geste hérité du temps des très regrettés Jets de Winnipeg. À l'époque où les équipes locales portaient le blanc, et Dieu (ou peu importe) sait comment il était beau le jersey blanc des Jets, la tradition avait du sens car on portait la couleur de l'équipe locale... Mais de nos jours, le geste est un peu ringard... Et c'est pourquoi en s'inspirant de la tradition des Red Wings et de ses dérivés (Poisson-Chat à Nashville, Crabe à Boston...), Hair proposa de lancer des serpents et l'idée a fait long feu...

Mais voilà! La direction des Coyotes de Phoenix, une équipe pas trop habituée à voir ses fans avoir de l'entrain, a décidé de condamner le geste anticipé. Il l'ont fait en rappelant ce petit règlement de la NHL inspiré du célèbre printemps des rats en plastiques des Panthers de la Floride de 1996 et bien sûr en ne voulant pas que leur fans leur crée du tort :

63.4 Objects Thrown on the Ice - In the event that objects are thrown on the ice that interfere with the progress of the game, the Referee shall blow the whistle and stop the play and the puck shall be faced-off at a face-off spot in the zone nearest to the spot where play is stopped. When objects are thrown on the ice during a stoppage in play, including after the scoring of a goal, the Referee shall have announced over the public address system that any further occurrences will result in a bench minor penalty being assessed to the home Team. Articles thrown onto the ice following a special occasion (i.e. hat trick) will not result in a bench minor penalty being assessed.


En plus donc de rappeler ce règlement, la direction des Coyotes a menacé les gens qui allaient se faire prendre à lancer des objets sur la glace non seulement d'expulsion, mais d'être bannis des matchs des Coyotes dans le futur...

Ce que je trouve étrange dans ce truc, c'est que pour une équipe qui n'attire presque pas de gens dans ses estrades, l'idée de potentiellement créer une tradition qui non seulement émerge de sa base, et non de son département marketing, et qui peut créer un sentiment d'appartenance envers l'équipe, est balayée du revers de la main. Si par exemple l'équipe avait entériné le geste et réservé un temps entre l'échauffement des joueurs et la zamboni pour ramasser les serpents sur la glace, elle aurait créé certainement un intérêt de la part des gens de l'Arizona, un endroit où le hockey est suivi par une bande de geek dont le dévouement ne peut qu'être salué de ma part. Ces gens suivent depuis assez longtemps une équipe sur lequel on chie et dont on se fout éperdument, dans un environnement contraire aux lieux où ce sport a fleuri. Voir que cette équipe du désert ait des difficultés financière ne me surprend guère, voir qu'elle ignore les idées de ses fans qui veulent créer un engouement à l'approche des séries éliminatoires, ça c'est choquant...

On ne crée pas les traditions avec des départements marketing, elle émerge de nulle part et il faut les entretenir, les façonner... Voilà une occasion manquée...

Et alors que la planète hockey supporte les fans des Coyotes à l'idée de les voir lancer des serpents en caoutchouc sur leur patinoire du désert, le blogueur à l'origine de l'idée s'est malheureusement rétracté et a invité les fans à continuer la morne tradition de vêtir du blanc en portant ce t-shirt :


Espérons que c'est un leurre et que tout bon fan des Coyotes ou simple badaud voulant voir un bon spectacle emportera avec lui une couple de serpent pour lancer sur la patinoire de Glendale...

THROW THE FUCKING SNAKES!

mardi 13 avril 2010

Intermède musical #4 : Elegy For Gump Worsley

Voici un vidéo du sympathique groupe canadien The Weakerthans avec la chanson intitulé Elegy For Gump Worsley. Quoi de mieux qu'une chanson à propos de notre gardien préféré? Ce petit vidéo est monté avec des images du dernier match de Gump Worsley, lors de la saison 1973-74 alors que son équipe, les North Stars du Minnesota, affrontaient les Flyers de Philadelphie, équipe qui remporta la Coupe Stanley cette saison...



Si vous ne voyez pas le vidéo, voici l'adresse :
http://videosift.com/video/The-Weakerthans-Elegy-for-Gump-Worsley

Voici les paroles :

He looked more like our fathers
Not a goalie, player, athlete period
Smoke, half-ash, stuck in that permanent smirk

Tugging jersey around the beer gut
"I'm strictly a whiskey man"
Was one of the sticks he taped up
And gave to a nation of pudgy boys in beverage rooms

Favorites from Plympton's list
Of objects thrown by Rangers fans
Soup cans, persimmon, eggs, a folding chair and a dead rabbit

The nervous breakdown of '68 and '69
After Pan Crap flights from LA, the expansion
A shrink told me to change occupations, I had to forget it

He swore he was never afraid of the puck, we believe him
If anyone asks, the inscription should read
"My face was my mask."

Les gagnants du pool de LVEUP

Bon, la saison régulière est terminé, ça veut dire que le pool de La Vie Est Une Puck est terminé!

Voici les 5 gagnants sur les 29 brutes qui ont participé au pool :

1- Daniel Sarrazin 2219 points
2- Philippe Toupin 2205 points
3- Frédéric Guindon 2157 points
4- Jeff Giguere 2117 points
5- Annie Theriault 2104 points

Félicitation. Vous vous méritez donc un beau bravo. Ici, pas de pick ups, pas de cossins, on se bat pour l'honneur!

Pour ma part, j'ai terminé 21e... Pas fort...

On se revoit l'an prochain... Maintenant, place aux séries!!

Canadien en 6!


lundi 12 avril 2010

Les Coyotes en séries...

Pourquoi pas un peu d'analyse avant le début des séries...

Je vais être très franc, je ne comprend pas le succès des Coyotes de Phoenix cette saison. Je n'ai pas suivi l'ascension de cette équipe, mais ça fait parti du plaisir de la chose je crois. Cette équipe que l'on croyait pleine de poux dont personne (comme moi) ne prêtait attention outre le fait qu'on voulait qu'elle déménage un peu partout s'est relevée à la grande surprise de 99,9% des fans de hockey. Le déménagement à Hamilton ne s'est pas fait et quand la saison a débutée on dirait que les joueurs voulaient prouver qu'ils formaient avant tout une équipe de hockey et que c'est sur la glace que ça se joue, même en Arizona devant des bancs vides...

Je dirais pour ma part que ma théorie sur les succès des Coyotes est le départ de Wayne Gretzky en tant qu'entraîneur. Il ferait parti de cette catégorie de joueurs ayant des talents naturels n'étant pas capable de transmettre leur sens du jeu à des joueurs moins doués qu'eux tandis qu'un joueur qui était moyen comme Dave Tippett, un ancien moustachu des Whalers de Hartford, peut mener une équipe plus loins qu'un joueur exceptionnel comme le grand Wayne... C'est tout ce que je peux dire des Coyotes, je ne les ai vu qu'un seule fois cette saison quand ils ont affronté le Canadien. c'était un jeudi soir de novembre et les Canadiens l'avaient emporté par la marque de 4-2 grâce à un boost en fin de troisième d'un match qui avait débuté à 9h. On a donc pas eu une bonne démonstration de ce qu'étaient ces mystérieux Coyotes de Phoenix...

Donc depuis ce jeudi de novembre, les Coyotes se sont non seulement taillé une bonne place en séries avec un gros doigt d'honneur qui leur prévoyaient une place en fond de classement tout en étant très actifs sur le marché des échanges, mais ils ont terminés 4e dans l'Ouest avec 107 points. C'est à partir de là que les Coyotes ont tout à construire. L'équipe n'a pas faite les séries depuis 2002. Donc l'expérience des Red Wings face à cette équipe mystérieuse équipe du Sud-Ouest peut s'avérer une compétition plus qu'intéressante. Mais pour la cause, je mets les Coyotes en 7 juste pour le kick et que je suis tanné de la domination des Red Wings. Et vous saurez que les Coyotes de Phoenix n'ont jamais connu la deuxième ronde des séries. La dernière fois que cette franchise a battu une autre équipe en série fut lorsque les Jets de Winnipeg vainquirent les Flames de Calgary en 1987 avant de se faire démolir par les Oilers de leur futur entraîneur, Wayne Gretzky, en 4... Donc tout est à construire...

Bonne chance aux Coyotes...

dimanche 11 avril 2010

La Vie Est Une Puck sur 25stanley.com

J'ai accepté l'invitation de mon ami JT Utah à publier des textes semblables à ceux publiés ici sur 25stanley.com pendant une petite période de temps et d'une manière assez constante. Vous pourrez donc me suivre sur ce célèbre blogue durant quelques semaines... Il y a longtemps qu'on voulait collaborer ensemble et voilà, ça va être fait. Dites-vous qu'on a scellé la collaboration sur une carte d'Esa Tikannen... Je vais toutefois continuer à poster ici, chez moi, donc soyez alertes!

Les ti-drapeaux du Canadien...

J'ai eu une discussion avec un ami qui a un blogue de hockey très populaire à propos des petits drapeaux du Canadien sur les voitures... On se demandait si porter un petit drapeau sur sa voiture en 2010 est une chose ringarde. Le mode des drapeaux fut à son comble lors des séries de 2008, vous savez, la dernière fois où on y a cru, et il semble que cette mode qui était déjà un peu de mauvais goût est passée du côté du "don't" dans le do and don't de la vie...

Petite question sondage des séries : "Petit drapeau du Canadien sur son char, In ou Out?"

Citation de la semaine...

Mon ami Fabien Loszach sur twitter :

Canadien en 3

Ça sent la coupe!

La réalité versus mes pronostics...

La saison régulière est maintenant terminée et il est maintenant temps de comparer mes prédictions pour le classement dans l'Est que j'ai faites en août dernier et le résultat réel...
Voici le résultat final en date d'aujourd'hui :

01- Capitals de Washington
02- Devils du New Jersey
03- Sabres de Buffalo
04- Penguins de Pittsburgh
05- Senators d'Ottawa
06- Bruins de Boston
07- Flyers de Philadelphie
08- Canadiens de Montréal
09- Rangers de New York
10- Thrashers d'Atlanta
11- Hurricanes de la Caroline
12- Islanders de New York
13- Lightning de Tampa Bay
14- Panthers de la Floride
15- Maple Leafs de Toronto

Voici ce que j'avais prédit en août :

01- Flyers de Philadelphie
02- Capitals de Washington
03- Bruins de Boston
04- Canadiens de Montreal
05- Penguins de Pittsburgh
06- Devils du New Jersey
07- Hurricanes de la Caroline
08- Sabres de Buffalo
09- Rangers de New York
10- Lightning de Tampa Bay
11- Thrashers d'Atlanta
12- Panthers de la Floride
13- Islanders de New York
14- Senators d'Ottawa
15- Maple Leafs de Toronto

J'ai donc fait deux prédictions exactes avec celles des Rangers et des Leafs. J'ai quand même été capable de prédire preques toutes les équipes qui allaient faire les séries à l'exception des Hurricanes et des Senators. Je ne comprend toujours pas comment les Senators ont pu avec une si bonne saison. Je les avaient mis aussi bas en raison du fait qu'ils semblaient ne pas avoir de défense et que je me posais des questions à propos des gardiens... C'était un peu l'inverse pour les Hurricanes. Je ne me doutais pas qu'ils allaient avoir autant de problèmes en début de saison qui allaient leur coûter une place en série. Ils venaient de se rendre en demi-finale, donc je croyais qu'ils allaient se rendre plus loin. Et comme tout le monde, je croyais que les Flyers allaient être une machine de destruction massive, mais bon... Il reste les séries...

Et tant qu'à y être, comparons avec le Hockey News et le Mckeen...

Commençons avec le Hockey News :

01- Bruins de Boston
02- Capitals de Washington
03- Penguins de Pittsburgh
04- Flyers de Philadelphie
05- Devils du New Jersey
06- Hurricanes de la Caroline
07- Sabres de Buffalo
08- Canadiens de Montréal
09- Senators d'Ottawa
10- Lightning de Tampa Bay
11- Maple Leafs de Toronto
12- Panthers de la Floride
13- Rangers de New York
14- Thrashers d'Atlanta
15- Islanders de New York

Ils avaient donc prédit que la place du Canadien.

Voici donc le McKeen :


01- Capitals de Washington
02- Flyers de Philadelphie
03- Bruins de Boston
04- Penguins de Pittsburgh
05- Canadiens de Montréal
06- Devils du New Jersey
07- Thrashers d'Atlanta
08- Hurricanes de la Caroline
09- Sabres de Buffalo
10- Rangers de New York
11- Senators d'Ottawa
12- Maple Leafs de Toronto
13- Panthers de la Floride
14- Lightning de Tampa Bay
15- Islanders de New York

Ils avaient donc deux bonnes prédictions avec les Penguins et les Capitals...

Conclusion : Je n'étais pas si pire...

samedi 10 avril 2010

L'après-incident de Clint Malarchuk

Vous savez tous de quel incident je parle. Clint Malarchuk était à l'époque un gardien assez respecté dans la NHL. Les Sabres de Buffalo venaient de faire son acquisition le 7 mars 1989 en l'obtenant des Capitals de Washington. Quelques jours plus tard, le 22 mars, après une course entre Uwe Krupp des Sabres et Steve Tuttle des Blues qui se termina en colision avec le gardien dans le but, le patin de Tuttle sectionna la gorge de l'ancien gardien des Nordiques et lui coupa la carotide. Si vous avez le coeur solide, allez sur Youtube pour voir le reste. Beaucoup de sang gicla alors de la gorge de Malarchuk. Le soigneur de l'équipe se précipita sur ce dernier et lui appliqua une serviette qui stoppa temporairement l'hémorragie. Quelques seconde de plus et Malarchuk aurait pu devenir le premier joueur depuis Bill Masterton à mourir sur une patinoire de la NHL. Il fut transporté aussitôt à l'hoipital où il reçu pas moins de 300 points de suture. Il reçut son congé de l'hôpital le lendemain et quatre jours plus tard il effectuait un retour impressionnant à l'entraînement. La semaine d'après, Malarchuk fit un retour au jeu en affrontant lors du dernier match de la saison les Nordiques de Québec.

Le geste marqua profondément Malarchuk. Déjà atteint de troubles obsessionnels-compulsifs depuis sa jeunesse, Malarchuk fut désormais hanté par l'évènement au même type que nous le reconaissons de nos jours que par cet évènement de mars 1989. Peu après ce dramatique incident, Malarchuk développa un problème d'alcoolisme qui eut pour des répercussions sur ses performances sur glace. À cette époque, alors que ses performances diminuèrent, Malarchuk devint le substitut d'un Darren Puppa dont la carrière atteint des sommets à cette époque, lors de la saison 1989-90. Même s'il fut à cet époque un très bon gardien substitut, la carrière de Malarchuk dans la NHL se termina en 1992. À cette époque, Malarchuk se retrouva médicamenté afin de surpasser ses problèmes de troubles obsessionnels-compulsifs qui s'aggravèrent depuis l'incident.

Après une saison 1992-93 avec les Gulls de San Diego, Malarchuk passa au Thunder de Las Vegas de l'IHL en 1993-94. C'est environ à cette période que Malarchuk lutta fortement avec ses problèmes avec l'alcool, ce qui une influence positive sur son rendement. À sa saison avec les Gulls, il remporta en compagnie de Rick Knickle le trophée James Norris remis au joueur ayant accordé le moins de buts. C'est en 1996-97 après avoir joué 3 matchs avec le Thunder qu'il mit un terme à sa carrière. Il devint entraîneur des gardiens pour différentes équipes par la suite, notamment avec les Panthers de la Floride lors de la saison 2002-03 et avec les Blue Jackets de Columbus lors de la saison 2006-07.

Les problèmes que Clint Malarchuk connut après son incident ne le quittèrent jamais vraiment, ils ne furent que maîtrisés. Le tout atteint un paroxysme le 8 octobre 2008. Ce jour-là, Malarchuk se blessa au menton à partir d'un coup de fusil. C'est sa femme qui le retrouva couché sur un banc dans une marre de sang et qui appela aussitôt les autorités. Au moment de l'accident, Malarchuk, qui réside au Nevada, chassait le lapin. Il aurait posé son fusil au sol et l'arme chargée aurait déclenchée. Au moment de l'accident, Malarchuk aurait consommé de l'alcool, chose qui lui était proscrite non seulement en raison de ses problèmes passés, mais en raison du fait qu'il prenait des médicaments pour ses troubles obsessionnels-compulsifs. Ça rend l'histoire un peu plus étrange et c'est pourquoi les soupçons de tentative de suicide ressortirent de l'histoire. L'enquête du shérif de Douglas County au Nevada conclut, après enquête, que le coup fut "accidentel mais avec circonstances suspectes"... L'histoire demeure très mystérieuse...

Espérons qu'il se porte bien...

Intermède musical... Vive Kovalev pour le clip d'Helmet

Je cherchais le fameux but de Kovalev sans casque et j'ai écrit "Kovalev No Helmet" sur youtube et cette merveilleuse chanson d'Helmet m'est apparue...



Le pire c'est qu'Helmet est un de ces rares bands qui a bien vieillit...

Pourquoi pas un autre classique de ce groupe New Yorkais :



Et un autre...

vendredi 9 avril 2010

Nouvelle publicité de Reebok avec Sidney Crosby

Voici une nouvelle pub pour les horribles chaussures Zik Tech de Reebok avec Sid The Kid...



J'aime mieux cette bonne vieille pub de Coca-Cola avec Denis Savard... Surtout que le joueur des Canadiens au Temple de le Renommée dont les la raison de son intronisation est la moins reliée à ses performances à Montréal porte un mini-mullet...

jeudi 8 avril 2010

Moi j'aime McDonald et Kalamazoo


J'aime beaucoup ces chandails alternatifs des ligues mineures. Une fois de temps en temps on voit sur ces forums américains ces chandails tous le splus débiles les uns des autres qui servent souvent à amasser des fonds pour des œuvres de charité ou simplement pour attirer l'attention dans certaines villes où l'on considère le hockey comme un sport de weird provenant du Grand Nord. J'aime particulièrement celui-ci...

Le 31 janvier 2009, alors que les Wings de Kalamazoo de l'IHL recevaient les PrairieThunder de Bloomington, l'équipe revêtit cet horrible uniforme à la Ronald McDonald pour cette soirée qui fut nommée la Golden Ice Game et qui fut commanditée par le fast-food au gros M jaune. Ces chandails furent vendu aux enchères peu de temps après le match et les profits allèrent aux oeuvres des Manoirs Ronald McDonalds comme celui à quelques pas d'ici à côté de l'hôpital Ste-Justine...

Comme de raison, quand vous avez une équipe avec un uniforme aussi laid, vous voulez leur foutre une baffle. Suivant cette logique, les PrairieThunder de Bloomington l'emportère 4 à 2...

Les Wings de Kalamazoo sont reconnus pour peinturer leur glace locale durant la saison. Ils peignent la patinoire en vert vert depuis 1982 (alors qu'ils évoluaient dans la vieille IHL) à l'occasion de la St-Patrick et depuis ils la mettent en rose pour la St-Valentin et en orange ou Halloween.
Les Wings sont depuis la saison 2009-10 dans la ECHL et ils ont refait un "Golden Ice Game" le 30 janvier dernier. Pour l'occasion, ils ont vaincus les Cyclones de Cincinatti, équipe affiliée au Canadien de Montréal, par la marque de 6 à 3. Probablement qu'ils ne voulaient pas mange du clown...