dimanche 11 septembre 2011

Garnet "Ace" Bailey





Je crois qu'il n'aura pas de meilleure journée pour parler de Garnet "Ace" Bailey et je ne serai certainement pas le seul... Vous me pardonnerez pour une fois d'être un "suiveux"... Cet ancien joueur est décédé le 11 septembre 2001 alors qu'il prenait place dans le vol 175 qui alla s'écraser sur la tour sud du World Trade Center.

En tant que joueur, Ace Bailey a également la distinction d'avoir évolué certaines des équipes les plus puissantes de l'histoire du hockey ainsi que pour les pires, donnant à chaque fois le meilleur de lui-même...

Garnett Bailey est né en 1948 en Saskatchewan. C'est avec les Oil Kings d'Edmonton qu'il fit son junior entre 1964 et 1967. En 1966, il fut repêché par les Bruins au troisième tour, treizième au total. (On avait pas les repêchage qu'on a de nos jours.) Bailey avait contribué lors des deux derniers printemps (1965 et 1966) à mener son équipe à la finale de la Coupe Memorial, remportant ce précieux trophée en 1966. Après une saison de plus en 1966-67 avec les Oil Kings, Bailey fit le saut dans le hockey professionnel lors de la saison 1967-68, années de l'expansion, avec les Blazers d'Oklahoma City de la Central Hockey League, club-école des Bruins.



Lors de la saison suivante en 1968-69, Bailey fut envoyé aux Bears de Hershey de l'AHL. Ce fut lors de cette saison que son talent explosif à l'attaque fut non seulement remarqué mais récompensé par une place temporaire avec les Bruins. Il devint ainsi le second Ace Bailey à avoir évolué dans la NHL. Le premier fut bien sûr cette vedette des années 20 et 30 des MAple Leafs dont la carrière fut écourtée dramatiquement par un coup salaud du légendaire Eddie Shore en 1933. C'est d'ailleurs afin de ramasser des fonds pour aider Ace Bailey des Leafs que fut tenu le premier match des étoiles de la NHL en 1934. Mais bien que j'ai déjà lu des sites pas trop "scientifiques" qui disaient le contraire, Garnet Bailey n'avait aucun lien de parenté immédiat avec l'autre Ace Bailey des Leafs d'antan. Il n'avait également aucun lien avant Blaze Bayley, le très mauvais chanteur d'Iron Maiden des années 90 qui remplaça Bruce Dickinson d'une très médiocre manière, leur nom ne s'écrit d'ailleurs pas pareil...

(Si vous voulez plus d'informations sur l'autre Ace Bailey, j'ai écrit une Chronique Vintage à cet effet en novembre 2010.)

Si Bailey (Garnet) n'a donc joué que 8 matchs lors de la saison 1968-69 avec les Bruins, il connut se joint à temps plein à l'équipe la saison suivante. J'ai également oublié de mentionner que Bailey fit partie de l'édition 1969 des Bears de Hershey quiu mit la main sur la Coupe Calder lors de cette saison. Il montra donc qu'il était de la trempe des champions et il ne manquait que la Coupe Stanley à son tableau...

L'équipe des Bruins de 1969-70 était alors une redoutable machine qui semblait destinée à remporter coupes sur coupes avec les Bobby Orr, Phil Esposito, Ken Hodge, Johnny Bucyk et Derek Sanderson. Un jour Phil Esposito affirma que si l'équipe n'avait pas été autant "sur la go", ils auraient peut-être eu plus de succès, mais cette redoutable brigade de nounours du début des années 70 a quand même remporté la Coupe Stanley à 2 reprises. (T'as compris le message, Brad Marchand?) Durant la saison 1969-70, Garnet Bailey fut confiné à un rôle de soutient et bien qu'il récolta un respectable 22 points en 58 matchs, il ne disputa aucun match avec les Bruins lors des séries éliminatoire, si bien que son nom ne figure pas sur la Coupe Stanley... Ce ne sera par contre pas la seule fois qu'il sera oublié...

Lors de la saison suivante, en 1970-71, les Bruins étaient l'équipe à battre. Ils battirent de nombreux records d'équipe et individuels, Bobby Orr était une comète sur la glace, 4 joueurs de l'équipe terminèrent 4 premiers au classement des marqueurs de la NHL et comme prévu, les Bruins se firent battre par les Canadiens en série éliminatoire. Pour sa part, Bailey fut encore une fois utilisé sporadiquement au point tel qu'il connut un voyage à Oklahoma City où il joua quelques matchs avec les Blazers. La saison suivante par contre, son jeu s'éleva d'un cran et Bailey connut un plus gros rôle au sein de l'équipe, prenant une part active à la conquête de la Coupe Stanley de 1972 des Bruins. Cette fois, son nom allait être sur la Coupe...

Cette conquête de la Coupe Stanley fut par contre la dernière apparition de Bailey dans les séries éliminatoires des la NHL. Lors de la saison suivante, en 1972-73, il fut échangé aux Red Wings au beau milieu de la saison. Il faut dire que les Red Wings étaient une équipe dans les années 70 qui faisait assez pitié, rien `voir avec la puissance des années 50 et celle que l'on connaît de nos jours. L'équipe était mal gérée et faisait de la cave.

Au milieu de la saison suivante, en 1973-74, il fut cédé à une équipe qui en arrachait tout autant, les Blues de St-Louis. Ces derniers lui réservèrent le même sort lors de la saison auivante en l'envoyant cette fois à LA pire équipe de la NHL et probablement de l'histoire du hockey, les Capitals de Washington. J'aime souvent mentionner à quel point les Capitals de Washington étaient une équipe médiocre non seulement lors de leur première saison, mais durant presque leur première décennie. Bailey essaya d'apporter tant bien que mal une sorte de leadership à cette jeune et mauvaise équipe mais sans trop de succès. Après 4 saisons avec l'équipe et ne pouvant trouver meilleur adresse dans la NHL, Bailey prit le chemin de la WHA avec l'équipe qui l'avait repêché en 1972 lors du repêchage de fondation de la ligue, les Oilers d'Edmonton.



Bailey disputa une dernière saison dans le "hockey majeur" lors de la saison 1978-79. Il était alors en terrain connu, lui qui avait fait une très remarquée carrière junior dans la capitale de l'Alberta. C'est d'ailleurs son passé de star des Oil Kings qui intéressa à priori les Oilers en 1972. Lors de cette saison, Bailey eut la chance d'évoluer sur un trio avec un jeune joueur de 17 ans nommé Wayne Gretzky.

La saison suivante, après quelques matchs avec les Appolos de Houston, club-école des Oilers, Bailey se retira du jeu. Il devint par la suite entraîneur de l'équipe et se retira quelque temps plus tard en 1981 pour devenir dépisteur au niveau professionnel des Oilers., poste qu'il occupera jusqu'en 1994 Il fit donc parti du staff des Oilers lors de la dynastie de l'équipe, aidant à développer l'une des plus redoutable équipe de tous les temps. Bien qu'il ait reçut des bagues de la Coupe Stanley pour les 5 conquêtes des Oilers, son nom ne figurera sur la Coupe Stanley que pour les conquêtes de 1985, 1987 et 1990 à titre de dépisteur.


Au moment de son décès le 11 septembre 2001, Bailey était directeur du dépistage professionnel pour les Kings de Los Angeles. Alors qu'il demeurait au Massachusetts il prit le vol 175 entre Boston et Los Angeles pour retourner au boulot quand la tragédie dont nous connaissons tous eut lieu... Il était en compagnie d'un autre dépisteur de l'équipe nommé Mark Bavis.

Afin de rendre hommage à leur employé décédé dans la tragédie, les Kings portèrent une patch avec les lettres AM sur leur chandail. Ils nommèrent également leur nouvelle mascotte Bailey. Sa famille mit également sur pied une fondation à son nom afin de venir en aide aux enfants hospitalisés...




Ancien joueur des Bruins, Ace Bailey est mentionné dans la chanson Your Spirit's Alive de Dropkck Murphy's :

1 commentaire:

keithacton a dit…

Suiveux ou pas, je pense que ce texte est tout à fait de circonstance.