jeudi 13 octobre 2011

Wayne Maki




Wayne Maki fut reconnu pour avoir été l'un des joueurs les plus violent de son époque, mais pour les fans des Canucks, il fut l'une des premières vedettes de l'équipe, bien que son étoile ne brilla pas très longtemps avec cette jeune équipe de la Côte-Ouest canadienne...

Wayne Maki est né en 1944 à Sault-Ste-Marie. Son frêre ainé, Ronald "Chico" Maki, se joint aux Black Hawks en 1961, remportant la Coupe Stanley à sa première année. Wayne suivit les pas de son frère en s'alignant dans le système des Black Hawks, jouant son junior avec les Black Hawks de Ste-Catherines en 1964. La même année, il débuta sa carrière professionnelle avec les Braves de St-Louis de la Central Professional Hockey League. Maki devint un des joueurs préféré par un style agressif tout montrant qu'il était capable de marquer des buts. On aurait appelé ça un power forward de nos jours, mais à cette époque tous les bons joueurs étaient agressifs. C'est lorsque la NHL prit de l'expansion en 1967 que Maki eut la chance de jouer quelques matchs avec les Black Hawks dans la NHL, jouant 49 matchs en compagnie de son frère aîné.

L'année suivante, en 1968-69, Maki connut une moins grosse charge de travail avec les Black Hawks, ne jouant qu'un seul match avec l'équipe, passant la saison avec les Black Hawks de Dallas de la CHL, le nouveau club-école des Hawks après la disparition des Braves de St-Louis avec l'apparition des Blues...



C'est suite à cette saison justement que les Blues réclamèrent l'ancien joueur des Braves de l'endroit lors d'une chose qui n'existe plus de nos jours, le repêchage intra-ligue. Il s'agissait d'une sorte de repêchage où les équipes devaient protéger un nombre de joueurs précis et les autres pouvaient être sélectionnés par les autres équipes. C'était une coutume qui disparut avec la multiplication des équipes. Mais c'ets comme ça par exemple que Gerry Cheevers ne fut pas protégé par les Leafs qui préféraient les vétérans Johnny Bower et Terry Sawchuk et fut repêché par les Bruins pour devenir le grand gardien de l'équipe par la suite.

On attendait donc beaucoup de Maki lors de son arrivée à St-Louis, lui dont le public connaissait le talent. Or, un malheureux incident survint le 21 septembre 1969 vint changer le cours de la carrière de ce joueur. Lors d'un match pré-saison ayant lieu à Ottawa contre les Bruins, alors une puissance en ascension, Maki en vint aux coups avec Ted Green mais d'une manière inconcevable aujourd'hui, à coups de bâton. Maki asséna un coup assez violent à Green qu'il lui fractura le crâne. Ted Green aura besoin de deux opérations au cerveau lors de sa guérison. Le "Terrible" Ted des Bruins rata l'entièreté de la saison mais reçu toutes les récompenses données aux champions de la Coupe Stanley et eut même son nom sur la Coupe. Pour sa part, le retour de Maki fut raté et il fut ultimement envoyé au club-école des Blues, les Bisons de Buffalo.




C'ets à l'été 1970 que la carrière dans la NHL de Maki alla prendre un envol quand les Canucks le repêchèrent lors du repêchage d'expansion de 1970. À son arrivée avec les Canucks, Maki su saisir sa chance enfin de percer dans la NHL et devint non seulement un des joueurs préféré de la foule par son style bouillant mais également par sa production offensive. Il terminera deuxième pointeur de l'équipe derrière André Boudrias lors de la saison inaugurale et quatrième lors de la seconde saison... Les fans adoraient Maki et il savait répondre...




Malheureusement, une tragédie vint bousiller la carrière de Maki en décembre 1972 alors qu'on lui diagnostiqua une tumeur au cerveau. Il cessa alors de jouer au hockey pour se consacrer à son nouveau combat. Malheureusement pour lui, le combat fut de courte durée, il mourut de ce même cancer en mai 1974 à l'âge de 29 ans...

Pour certain il fut à l'origine d'un des gestes les plus salauds de l'histoire de la NHL, mais pour d'autres il fut l'une des belles choses que les fans d'une faible équipe d'expansion ont pu se mettre sous la dent. La mort de Maki vint marquer les fans et l'organisation des Canucks en faisant en sorte de souder l'équipe. Personne ne porta par la suite le chandail #11 porté par ce joueur jusqu'à ce que Mark Messier ne le porta. Certains lui ont reproché le geste mais il n'écouta pas... Peut-être que c'est pourquoi il ne connut pas de bonnes années à Vancouver...

Un chandail porté par Maki peut être vu à l'entrée du Rogers Arena...



Forever Canucks - Wayne Maki

1 commentaire:

Sébastian Hell a dit…

En fait, le repêchage intra-ligue existe encore sous une autre forme: quand les clubs donnent leur alignement de 23 joueurs protégés à la ligue, en début de saison, et que les joueurs en trop sont soumis au ballotage, ça revient au même, puisque l'équipe qui a terminé en dernière position l'année précédente choisit en premier...