Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mercredi 2 novembre 2011

Léo Dandurand


LDandurandMagazine 001


Né en 1889, à Bourbonnais, en Illinois, Léo Dandurand déménage au Canada avec sa famille à l’âge de 16 ans. Pendant ses études au Collège Sainte-Marie, il joue au hockey, au baseball et à la crosse. Après sa graduation, il s’implique d’abord dans l’immobilier et le commerce de gros du tabac. Il est toutefois aussi fasciné par le monde du sport et décide d’y investir. Son premier investissement sera la piste de course de Kempton Park de La Prairie. Avec ses partenaires Joseph Cattarinich (un ancien joueur des Canadiens) et Louis Létourneau, il a aussi acheté la piste de course De Lorimier et une autre à Cleveland.

En 1921, il se porte acquéreur, toujours avec les mêmes partenaires, des Canadiens de Montréal. Pour mettre la main dessus, le trio verse la somme de 11 000$ à la veuve de George Kennedy. S’impliquant à fond dans la gestion de l’équipe, cet ancien arbitre de la National Hockey Association (NHA) occupe le poste d’entraîneur jusqu’en 1926 et de directeur-gérant jusqu’en 1935. Sous sa gouverne, les Canadiens remportent trois Coupes Stanley (1923-24, 1929-30, 1930-31). C’est d’ailleurs Dandurand et ses partenaires qui ont suggéré de créer le Trophée Vézina, pour honorer la mémoire de Georges Vézina, le gardien des Canadiens qui venait de mourir de la tuberculose. Il est aussi à l’origine de la signature d’Howie Morenz avec Montréal.

En 1932, c’est la piste de Blue Bonnets qu’ils achètent. À un moment, ils ont possédé jusqu’à 17 hippodromes, au Québec, en Ontario et un peu partout aux États-Unis. Dandurand a aussi été promoteur de lutte et de boxe à Montréal, en plus d’être impliqué au baseball, en étant directeur des Royaux.

Toutefois, les temps sont durs durant les années 1930, où on tente péniblement de se relever de la grande dépression. Létourneau vend ses parts de l’équipe en 1930. En 1934-35, les pertes des Canadiens s’élèvent à 40 000$ pour cette seule saison. Dandurand et Cattarinich décident de vendre à un groupe de propriétaires qui comprend Ernest Savard, un courtier en valeurs mobilières et actionnaire des Royaux, pour la somme de 165 000$.

(Décidément, le monde financier du sport est tissé serré à Montréal dans ces années. Un des partenaires de Savard avec les Royaux est Athanase David, avocat, membre du gouvernement Taschereau à Québec et futur grand-père de Françoise David de Québec Solidaire. C’est ce même David que Dandurand et compagnie ont nommé président des Canadiens lors de l’acquisition de l’équipe en 1921. Il occupera ce poste jusqu’à la vente en 1935.)


Alouettes1946

En 1946, « Monsieur Léo » (comme on l’appelle souvent) se lance dans un nouveau projet. Après une période d’instabilité dans le football montréalais, où plusieurs équipes tentent leur chance sous divers noms (Indians, Bulldogs, Royals, etc.), Lew Hayman est abandonné par ses partenaires propriétaires des Hornets (la dernière version du club de football). Reconnaissant qu’il devait conquérir le marché francophone pour finalement avoir du succès (le football était jusque là très anglophone), il convainc donc Dandurand de s’associer au projet (avec également Eric Cradock). Monsieur Léo devient donc fondateur des Alouettes (à noter le nom francophone). Ce sera d’ailleurs Dandurand qui décidera d’établir l’équipe dans l’est, au Stade De Lorimier. Il conserve ses parts de l’équipe jusqu’en 1952 et est donc là lors de la conquête de la Coupe Grey de 1949.

Il est devenu membre du Temple de la Renommée du Hockey comme bâtisseur en 1963. Il est décédé d’une crise cardiaque en 1964, à l’âge de 74 ans.

Depuis 1974, la LCF remet annuellement le Trophée Léo Dandurand au meilleur joueur de ligne de la division est.

Sources : Lemay, Daniel, Montréal Football, Un siècle et des poussières, Les Éditions La Presse, 2006.

« Léo Dandurand, Sports équestres » (rds.ca/pantheon), « Léo Dandurand (1892-1964), Homme d’affaires » (bilan.usherbrooke.ca), wikipedia.org, sportslogos.net


LDandurand

Aucun commentaire: