dimanche 29 janvier 2012

Joe Malone, le premier marqueur de 50 buts en 50 matchs?

joe malone Pictures, Images and Photos

Comme vous le savez, il n'y a pas beaucoup de joueurs qui ont réussis l'exploit de marquer 50 buts en 50 matchs.

Officiellement, il y en a seulement 5 joueurs qui ont réussis l'exploit de marquer 50 butes en 50 matchs : Maurice Richard en 1944-45, Mike Bossy en 1980-81, Wayne Gretzky en 1981-82, 1983-84 et 1984-85, Mario Lemieux en 1988-89 et Brett Hull en 1990-91 et en 1991-92.

Il s'agit en vérité de ceux qui ont réussit l'exploit en 50 matchs de leur équipe et non pas de leur saison. Si on prend en considération les 50 matchs de leur saison, quelques joueurs de plus ont réalisé cet exploit :

-Jari Kurri marqua son 50e but en 1984-85 lors de son 50e match, mais au 53e match des Oilers.
-Alexander Mogilny récolta son 50e but en 1992-93 à son 46e match de sa saisons alors que c'était le 53e match des Sabres de Buffalo. Il termina la saison avec rien de moins que 76 buts. Il était bon, ce Mogilny...
-Mario Lemieux le fit également deux fois. En 1992-93, il marqua son 50e but à son 48e match mais le 72e de son équipe, il en marqua 19 lors des 12 matchs suivant pour terminer avec 69 buts en 60 matchs(!!!). En 1995-96, il enfila le but magique lors du 59e match de son équipe
-Cam Neely réussit l'exploit à son 44e match en 1993-94 alors que ce fut son 44e match mais le 66e de son équipe.

Mais je ne sais pas si on peut rajouter à cette liste le légendaire Joe Malone.

Bien avant Joe Sakic ou Michel Goulet, Joe Malone fut la grosse vedette de Québec. Ce natif de Sillery était, dans les années 1910, la figure de proue des Bulldogs de Québec de la NHA. Il se joint à l'équipe en 1907-08 alors que l'équipe évoluait dans la Eastern Canada Amateur Hockey Association. Il fit partie de cette équipe principalement constituée d'anglophones lorsqu'elle se joignit à la NHA en 1910-11. L'année suivante, les Bulldogs défirent les Victorias de Moncton pour remporter la première Coupe Stanley de leur histoire. L'exploit fut répétée l'année suivante alors que les québécois l'emportèrent sur les Millionnaires de Sidney.


joe malone Pictures, Images and Photos

Joe Malone évolua avec les Bulldogs jusqu'à la dissolution de l'équipe en 1917. Ayant des fonds insuffisants pour intégrer la nouvelle NHL, l'équipe de Québec suspendit ses activités afin de renflouer ses fonds. Malone, joueur canadien-français, prit alors le chemin de Montréal pour se joindre aux Canadiens.

Lors de cette première saison de la NHL, l'ancienne vedette des Bulldogs explosa avec le Canadien en récoltant pas moins de 44 buts en 20 matchs... Ce devint alors le records de la NHL, record presque aussitôt jugé imbattable jusqu'à ce qu'il fut battu en 1944-45 par Maurice Richard. Toutefois, la moyenne de buts par match, soit 2.2 buts par matchs. Ça prendrait 180 buts de nos jours pour égaler ce record, c'est donc dire qu'il est imbattable.

C'est ici que j'attire votre attention...

Si l'on considère que Malone récolta 44 buts en 20 matchs lors de cette saison qui en comptait 22. Si on prend les 7 buts récoltés lors de la saison suivante en seulement 8 matchs, Malone ratant la majeure partie de la saison, on peut donc dire que techniquement, Joe Malone est le premier marqueur de 50 buts en 50 matchs de l'histoire de la NHL.

À noter que Malone prit part aux séries éliminatoires qui mena le Canadien à Seattle pour cette fameuse finale de la Coupe Stanley qui sera annulée en raison de l'épidémie de grippe espagnole qui coûta la vie à un autre ex-joueur des Bulldogs évoluant avec le Canadien, "Bad" Joe Hall.

La saison suivante, en 1919-20, les Bulldogs de Québec furent de retour dans la NHL et Joe Malone retourna dans sa ville natale pour évoluer avec l'équipe. C'est lors de cette saison, le 31 janvier 1920 pour être plus précis, que Joe Malone récolta 7 buts en un seul match dans une rencontre contre les St-Pats de Toronto. Il s'agit d'un record qui tient toujours. D'ailleurs, Malone possède un troisième record qui tient toujours de nos jours, celui du plus grand nombre de match de plus de 5 buts en carrière avec 5, trois de 5 buts, un de 6 buts et un autre de 7 buts...

Malheureusement pour la ville de Québec, cette nouvelle édition de l'équipe des Bulldogs ne fut que de très courte durée, n'existant qu'une saison. L'équipe prit le chemin d'Hamilton pour devenir les Tigers. Malone fit le chemin avec l'équipe avec qui il évolua durant deux saisons. Il prit par la suite la route pour Montréal où il joua deux dernières saisons avec le Canadien alors qu'il n'était plus l'ombre de lui-même, ne marquant qu'un seul but lors de ces deux saisons.


Joe Malone Hamilton Pictures, Images and Photos

Alors qu'il se retira lors de la saison 1923-24, il est considéré comme un des joueurs ayant fait partie de l'équipe championne de la Coupe Stanley bien que son nom ne figure pas sur le trophée. Comme quoi, il n'y a pas que Mark Recchi qui se retire en champion pour une troisième fois...

Entre 1917 et 1924, Malone récolta pas moins de 143 buts en 126 matchs, ce qui donne une moyenne de 1,13 buts par matchs... Avec ses totaux de la NHA, ça donne 322 buts en 249 matchs, ce qui donne une moyenne plus astronomique, soit 1,29 buts par matchs... À titre comparatif, Wayne Gretzky a terminé sa carrière (WHA + NHL) avec une moyenne de 0,60 buts par matchs... Il faut dire que c'était une époque différente, les gardiens par exemple demeurant debout et n'ayant que des jambières de cricket comme équipement...

Il est décédé en 1969 à l'âge vénérable de 79 ans...

Il fut intronisé en 1950 au Temple de la Renommée du hockey...

Une bannière au Colisée de Québec honore cette ancienne vedette du début du XXe siècle...

mardi 24 janvier 2012

Les frères Bordeleau

(Texte et images de Benoît AKA KeithActon)


Dans l’histoire moderne de la LNH, il y a eu quelques familles qui ont vu plusieurs frères accéder à la LNH et y avoir des carrières significatives. Les plus connus sont bien sûr les Sutter (Brian, Darryl, Duane, Brent, Rich et Ron, texte du 3 février 2009). On pense aussi aux Hunter (Dave, Dale et Mark), aux Stastny (Peter, Anton et Marian), aux Miller (Kelly, Kevin et Kip) et plus récemment aux Staal (Eric, Marc et Jordan) et quelques autres.

Le Québec a aussi eu sa famille nombreuse et talentueuse : les Bordeleau, originaires de Rouyn-Noranda.


CBordeleau197273 001

CBordeleau197273endos 001

Christian

Après un stage avec les Canadiens Jr., Christian a poursuivi sa progression dans l’organisation du CH et y a joué en 1968-69 (gagnant au passage la Coupe Stanley) et en 1969-70. Il est par la suite échangé aux Blues. Au cours de l’année 1971-72, il a rejoint l’organisation des Black Hawks. Il y a côtoyé Bobby Hull et l’a suivi l’année suivante à Winnipeg pour la première année de l’AMH. De toute évidence, le changement de ligue lui a été bénéfique. En effet, il a entraîné une progression fulgurante de ses statistiques, passant de 31 à 101 points. (Le fait de jouer sur le même trio que Bobby Hull n'a sûrement pas nui non plus.)

Au cours de la saison 1974-75, il est échangé aux Nordiques, avec qui il a connu deux saisons de plus de 100 points et remporté la Coupe Avco en 1977.

Lors de la fusion LNH – AMH, les Blues (qui avaient réacquis ses droits pour la Ligue Nationale) l’ont réclamé. Il n’a toutefois jamais rejoué, ni pour eux, ni ailleurs dans la Ligue.

Il est devenu par la suite dépisteur pour la centrale de la Ligue Nationale.


JPBordeleau197778 001

JPBordeleau197778endos 001

Jean-Pierre

Jean-Pierre s’est joint aux Canadiens Jr. au moment où Christian venait de quitter. Il a fait partie de l’équipe gagnante de la Coupe Memorial en 1969, avant d’être repêché 13e au total par Chicago. En 1971-72, il a brièvement été rejoint par son frère Christian dans l’organisation. Ce n’est toutefois qu’en 1972-73 qu’il a fait définitivement le grand club. Il y est resté pour toute sa carrière, jusqu’en 1979-80, où il a eu l’occasion de jouer au fil des ans sur le même trio que Stan Mikita et Hubert « Pit » Martin. Sa fiche totale dans la LNH est de 97-126-223 en 513 matchs.

Par la suite, il s’est établi en Nouvelle-Écosse, où il a acquis une franchise Tim Horton.


PBordeleau197677 001

PBordeleau197677endos 001

Paulin

Paulin a également passé par les Canadiens Jr., arrivant au moment où Jean-Pierre venait de partir. Il y a aussi gagné la Coupe Memorial, en 1970 dans son cas. Il a toutefois complété son stage junior avec les Marlboros de Toronto, avec qui il a gagné une autre Coupe Memorial, en 1973.

L’été suivant, il a été sélectionné au deuxième tour (19e au total) par les Canucks. Il s’est taillé un poste immédiatement. L’année suivante, il a progressé au point de montrer une fiche de 17-31-48.

En 1976-77, il est allé rejoindre son frère Christian avec les Nordiques de l’AMH. C’est là qu’il a contribué à l’équipe championne de la Coupe Avco avec une fiche de 42-41-83. Comme Christian, il y a été jusqu’à l’arrêt des activités de la ligue à la fin de 1978-79. Il n’a pas non plus rejoué dans la LNH. Il a plutôt pris le chemin de la France, où il a joué plusieurs années et a même fait partie de leur équipe olympique en 1988.

Il a par la suite été entraîneur dans la LHJMQ, avec les Canadiens de Fredericton de la AHL et en Europe. Il a aussi été l’adjoint de Jacques Demers avec le Lightning en 1998-99.

Il est présentement entraîneur des Phénix du Collège Esther-Blondin, au niveau midget AAA.

Son fils Sébastien a aussi atteint la LNH, principalement avec Montréal et Nashville, avant de prendre le chemin de la Suisse. Comme son père, il possède la nationalité française.

Sources: greatesthockeylegends.com, legendsofhockey.net, wikipedia.org

mercredi 18 janvier 2012

Robert Picard et les Capitals

Les Capitals arboraient ce soir leur fameux chandail vintage que portait les Capitals lors de leur premières saisons. Si on fait une différence entre celui-là et les autres qu'ils portaient dans notre jeunesse, c'est en raison du pantalon rouge qu'ils ont porté seulement lors de cette saison d'horreur alors qu'ils ont porté le pantalon bleu lors des autres saison avec ce chandail...

Parlant des Capitals...

KeithActon parlait cette semaine de Robert Picard. Dans le courriel le remerciant d'avoir écrit ce texte, je lui ai affirmé que la carte de Picard de la série 1982-83 que voici était une de mes cartes préférée en disant que j'aimais beaucoup l'éclairage de celle-ci :


AAA -Caps - Robert Picard - Front

Rien de bien impressionnant vous direz, mais je dirais en plus qu'à l'époque où j'aimais beaucoup cette carte, Picard jouait pour les Nordiques... Un méchant Nordique dans l'uniforme du Canadien. La photo très éclairée vient mettre un peu de crémage sur le tout...

AAA -Caps - Robert Picard - Back


Mais...

KeithActon a répondu à mon courriel en disant qu'en effet cette carte était spéciale mais que selon lui ça tenait du fait que Picard porte le chandail blanc du Canadien. On se rappellera que les joueurs portaient le chandail blanc à domicile à l'époque. Imaginez aller voir le Canadien souvent et ne jamais les avoir vu avec leur mythique chandail rouge... Benoît a continué en disant que la plupart des cartes des séries de la fin des années 70 et 80 avaient pour la plupart des photos prises à Washington où le photographe devait être basé... C'est entre autre pourquoi la plupart des cartes de cette époque ont plus souvent qu'à leur tour des joueurs avec leur chandail de couleur.

Et bien si on regarde quelques autre cartes de cette série on voit bien la présence en arrière de joueurs des Capitals (et leur pantalon bleu) :

Celle de Bob Gainey avec pas de casque :


AAA -Caps - Bob Gainey - Front

AAA -Caps - Bob Gainey - Back

Rick Vauve "en action" avec... Euh... Je ne sais pas qui est ce mec, mais je veux le savoir... Un moustachu avec un gros casque àa la Lanny... Moi je dirais Howard Walker...

AAA -Caps - Rick Vaive - Front

Ah ces cartes qui nous rappellent des moments importants oubliés...

AAA -Caps - Rick Vaive - Back

Le légendaire Dave "Tiger" Williams avec son chandail en V a un joueur des Caps en blanc derrière lui, comme tout le monde...

AAA -Caps - Tiger - Front

AAA -Caps - Tiger - Back

Le fameux Don Maloney, actuel DG des Coyotes de Phoenix. Remarquez le "New York" à la place du "Rangers" que portait l'équipe à l'époque et le joueur des Caps derrière qui est l'ex-joueur du Canadien Ryan Walter. Une autre chose à remarquer, le bâton Canadien, est-ce qu'on en trouve toujours de ces bâtons? J'aimerais bien en avoir un!

AAA -Caps - Don Maloney - Front

Avis aux dames, Don est célibataire...

AAA -Caps - Don Maloney - Back

Finalement, pour les nostalgiques des Nordiques, le seul et unique Michel Goulet, sa moustache et Mike Gartner :

AAA -Caps - Michel Goulet - Front

Le derrière de la carte nous apprend un fait intéressant, qu'il exigea que son premier contrat fut en français. Un fait inusité qui ne se répétera probablement pas quant les Nordiques seront de retour en 2027...

AAA -Caps - Michel Goulet - Back

samedi 14 janvier 2012

Robert Picard

RPicard197879 001

RPicard197879endos 001

(Texte et image de Benoît AKA KeithActon)

Après un stage fructueux avec le Junior de Montréal, Robert Picard fut désigné meilleur espoir de la LHJMQ pour le repêchage de 1977. Il fut sélectionné troisième au total par les Capitals de Washington, une équipe qui baignait toujours dans une grande médiocrité depuis le début de ses activités, en 1974.

Après avoir signé un contrat avec les Caps, il fut convaincu par un agent qu’il pourrait faire plus d’argent en signant avec les Nordiques de l’AMH. Il parvint effectivement à signer un contrat de plusieurs saisons pour 625 000$. Réalisant toutefois qu’il en avait déjà signé un de la LNH, l’AMH refusa d’homologuer le contrat. (Il y avait la guerre entre les deux ligues, mais pas au point de faire exprès pour se retrouver en cour.)

Déçu, Picard affirma qu’il préférait livrer de la pizza à Québec plutôt que de jouer au hockey à Washington. L’art de se faire des amis… Il se rapporta tout de même aux Capitals et y connut trois bonnes saisons (participant d’ailleurs au match des étoiles en 1980), même si l’équipe ne progressait pas. À un de ses premiers passages à Québec, on lui lança de la pizza.

Il fut ensuite échangé aux Maple Leafs (principalement contre Mike Palmateer), mais aboutit à Montréal avant la fin de la saison, encore en échange d'un gardien, Michel Larocque.

En novembre 1983, il fut échangé aux Jets en retour d’un troisième choix au repêchage. Ce choix fut utilisé pour sélectionner un autre gardien, Patrick Roy, des Bisons de Granby.

C’est finalement en novembre 1985 qu’il se joignit aux Nordiques, alors que le capitaine Mario Marois emprunta le chemin inverse. Il fut membre au cours des années suivantes d’une équipe qui s’enfonçait de plus en plus.

En décembre 1989, au milieu d’une saison horrible pour les Nordiques, il fut échangé aux Red Wings, avec qui il termina sa dernière saison. Sa fiche en carrière est de 104-319-423 en 899 matchs.

Il est le neveu de Noël Picard, qui joua principalement avec les Blues à la fin des années 1960 et au début des années 1970 (texte du 25 décembre 2009).

Sources: « Gaborik and his five goals have some company » de David Amber, 21 décembre 2007 (espn.com), wikipedia.org

RPicard198485 001

RPicard198485endos 001

vendredi 13 janvier 2012

Un message pour Mike Cammalleri



Tiré de :
NIETZSCHE - AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA


De la guerre et des guerriers

Nous ne voulons pas que nos meilleurs ennemis nous ménagent ni que nous soyons ménagés par ceux que nous aimons du fond du cœur. Laissez-moi donc vous dire la vérité !
Mes frères en la guerre ! Je vous aime du fond du cœur, je suis et je fus toujours votre semblable. Je suis aussi votre meilleur ennemi. Laissez-moi donc vous dire la vérité !

Je n’ignore pas la haine et l’envie de votre cœur. Vous n’êtes pas assez grands pour ne pas connaître la haine et l’envie. Soyez donc assez grands pour ne pas en avoir honte !

Et si vous ne pouvez pas être les saints de la connaissance, soyez-en du moins les guerriers. Les guerriers de la connaissance sont les compagnons et les précurseurs de cette sainteté.

Je vois beaucoup de soldats : puissé-je voir beaucoup de guerriers ! On appelle « uniforme » ce qu’ils portent : que ce qu’ils cachent dessous ne soit pas uniforme !

Vous devez être de ceux dont l’œil cherche toujours un ennemi – votre ennemi. Et chez quelques-uns d’entre vous il y a de la haine à première vue.

Vous devez chercher votre ennemi et faire votre guerre, une guerre pour vos pensées ! Et si votre pensée succombe, votre loyauté doit néanmoins crier victoire !

Vous devez aimer la paix comme un moyen de guerres nouvelles. Et la courte paix plus que la longue.

Je ne vous conseille pas le travail, mais la lutte. Je ne vous conseille pas la paix, mais la victoire. Que votre travail soit une lutte, que votre paix soit une victoire !

On ne peut se taire et rester tranquille, que lorsque l’on a des flèches et un arc : autrement on bavarde et on se dispute. Que votre paix soit une victoire !

Vous dites que c’est la bonne cause qui sanctifie même la guerre ? Je vous dis : c’est la bonne guerre qui sanctifie toute cause.

La guerre et le courage ont fait plus de grandes choses que l’amour du prochain. Ce n’est pas votre pitié, mais votre bravoure qui sauva jusqu’à présent les victimes.

Qu’est-ce qui est bien ? Demandez-vous. Être brave, voilà qui est bien. Laissez dire les petites filles : « Bien, c’est ce qui est en même temps joli et touchant. »

On vous appelle sans-cœur : mais votre cœur est vrai et j’aime la pudeur de votre cordialité. Vous avez honte de votre flot et d’autres rougissent de leur reflux.

Vous êtes laids ? Eh bien, mes frères ! Enveloppez-vous du sublime, le manteau de la laideur !

Quand votre âme grandit, elle devient impétueuse, et dans votre élévation, il y a de la méchanceté. Je vous connais.

Dans la méchanceté, l’impétueux se rencontre avec le débile. Mais ils ne se comprennent pas. Je vous connais.

Vous ne devez avoir d’ennemis que pour les haïr et non pour les mépriser. Vous devez être fiers de votre ennemi, alors les succès de votre ennemi seront aussi vos succès.

La révolte – c’est la noblesse de l’esclave. Que votre noblesse soit l’obéissance ! Que votre commandement lui-même soit de l’obéissance !

Un bon guerrier préfère « tu dois » à « je veux ». Et vous devez vous faire commander tout ce que vous aimez.

Que votre amour de la vie soit l’amour de vos plus hautes espérances : et que votre plus haute espérance soit la plus haute pensée de la vie.

Votre plus haute pensée, permettez que je vous la commande – la voici : l’homme est quelque chose qui doit être surmonté.

Ainsi vivez votre vie d’obéissance et de guerre ! Qu’importe la vie longue ! Quel guerrier veut être ménagé !

Je ne vous ménage point, je vous aime du fond du cœur, mes frères en la guerre ! –

Ainsi parlait Zarathoustra

(En clair, bon débarras...)

dimanche 8 janvier 2012

Quelques histoires d'échanges...



-La semaine dernière, lors de la Winter Classics, Donc Cherry a mentionné le nom de Dennis O'Brien. Il a mentionné qu'à une certaine époque, O'Brien se promenait d'équipe en équipe et qu'il demanda au patron des Bruins d'aller le chercher alors que personne ne voulait de ce défenseur et qu'il savait comment le faire bien jouer. Et bien sachez que lors de cette saison 1977-78, O'Brien a joué pour pas moins que 4 équipes... Ce défenseur débuta cette saison avec l'équipe avec qui il évoluait depuis le début de sa carrière dans la NHL, les North Stars du Minnesota. En décembre 1977, l'équipe le mit au ballottage et il fut réclamé par les Rockies du Colorado. Un mois plus tard, les Rockies l'échangèrent aux Barons de Cleveland en retour d'un dénommé Mike Christie. Deux mois plus tard, les Barons le mirent à nouveau au ballottage et il fut réclamé par les Bruins. Il fit donc parti de cette brigade de Bruins qui atteignirent la finale de la Coupe Stanley au printemps de 1978, et ce, après avoir porté les couleurs de trois autres équipes durant la saison...




-Le record de Dennis O'Brien fut égalé en 1991-92 par Dave McLlwain. Ce dernier débuta cette saison avec les Jets de Winnipeg avec qui il jouait depuis deux saisons. Après trois matchs, il fut cédé aux Sabres de Buffalo avec qui il ne joua que 5 matchs avant d'être cédé deux cemaine plus tard aux Islanders dans l'échange qui envoya Pierre Turgeon, Uwe Krupp et Benoît Hogues également à Long Island. Après 54 matchs dans l'uniforme des Islanders, McLlwain fut cédé aux Maple Leafs lors de la date limite des échanges en compagnie de Ken Baumgartner en retour de Daniel Marois et celui qu'on anticipe ces jours-cis pour être le successeur de Pierre Gauthier, Claude Loiselle...

À ce jour, McLlwain et O'Brien sont les seuls à avoir joué avec 4 équipes durant une saison dans la NHL...

-Mike Sillinger est le champion voyageur dans la NHL. Ce joueur a joué pour pas moins que douze équipes dans la NHL entre les saison 1990=91 et 2008-09. Il possède également la distinction d'avoir été échangé à neuf reprises. Il partage par contre ce record avec Brent Ashton.

-J'ai déjà parlé de ce joueur ailleurs, mais il est toujours intéressant de rappeler le fait que Vic Lynn est le seul joueur qui, durant la période des 6 équipes classiques, a joué pour ces 6 équipes. Il a évolué sporadiquement dans la NHL entre les saisons 1942-43 et 1953-54. Sa contribution avec les équipes fut par contre assez inégale. Il ne joua par exemple que deux matchs avec le Canadien et un seul avec les Rangers alors qu'il remporta 3 Coupes Stanley avec les Maple Leafs à la fin des années 40...



-Dennis O'Brien est l'oncle de Shane O'Brien de l'Avalanche du Colorado...

jeudi 5 janvier 2012

Éloge de Norman Flynn...


On finit toujours par tomber dans le panneau et on s'intéresse toujours au Championnat mondial junior. À chaque année... Du moins, pour ma part, je me dis tout le temps que ça ne m'intéresse pas parce que le hockey junior normalement ça m'endors et j'écoute le premier match du Canada et je deviens accroc. Déjà, cette année, lors du premier match, avec la boucherie que le Canada a fait subir à la Finlande, j'étais conquis. Mais compris qu'une chose que j'aimais beaucoup avec ces tournois, c'est la description de Stéphane Leroux et surtout les commentaires de Norman Flynn en plus de voir des jeunes joueurs plein de talents jouer à haut niveau (ce que l'on ne voit pas souvent dans le hockey junior normal...)

Je m'explique...

J'avais récemment une discussion avec un de mes amis autour de quelques bières à propos de la description des matchs du Canadien. On était, comme tout le monde, d'accord sur le fait que Marc Denis était excellent dans le poste de commentateur des matchs du Canadien, surtout si on le compare avec ses prédécesseurs. Le poste de Marc Denis est probablement l'un des poste les plus important dans la culture québécoise, presque plus que celle de lecteur du Téléjournal. Avez-vous déjà vu un lecteur du Téléjournal se faire ramasser sur la place publique autant que Benoît Brunet se l'est fait faire? Probablement pas et pour la simple raison que les standards de Radio-Canada son certainement plus élevés que ceux de RDS... Néanmoins, Marc Denis parle bien, nous explique bien le jeu, notamment les très complexes gestes de gardien...

De toute façon j'ai toujours aimé Marc Denis depuis son passage avec les Saguenéens, surtout qu'il est un mec au coeur pur. Je ne sais pas si je l'ai déjà expliqué ici, mais à l'époque où il jouait avec les Blue Jackets de Columbus, Denis passait ses étés au Saguenay. La raison était assez simple, madame vient du Saguenay... Ce qui est surprenant c'est que Marc Denis passait son été à jouer à la balle molle dans les ligues de bières. Il arrivait avec sa BMW plaquée en Ohio à tous les matchs de son équipe pour jouer contre les équipes commandités par le Bar Machin ou Suspension Patente. C'est là que j'ai compris que Marc Denis était un vrai bon gars, pas un de ces empaffés de première que l'argent rend con (vous avez certainement quelques anciens Canadiens en tête...)

Par contre, pour revenir à cette discussion, on s'est mis d'accord sur le fait que Marc Denis était peut-être juste un baume sur une grosse plaie ouverte par ces prédécesseurs. Il est très bon pour sa job, mais il ne l'améliore pas, n'apporte rien. C'est toujours la même patente. Un bon parler, une analyse comme on le veut, bref, rien pour révolutionner la roue...

C'est là que dans notre discussion nous nous sommes dis qu'une manière de mettre un peu plus de punch à la job de descripteur et d'analyste, ça serait parfois d'intégrer des termes courants. Vous savez, il y a longtemps que la langue français possède son vocabulaire de hockey, le tout a été fait avec brio à l'époque par le grand René Lecavalier entre autre, mais depuis, on ne fait qu'imiter le style, lui donnant même un air vieillot. À part peut-être par la manière donc Pierre Houde prononce les Tchèque, rien de nouveau dans ce domaine... Ça fait même longtemps qu'on a intégré ces termes et même développé d'autres termes plus communs, venant d'une base populaire, et ces termes sont souvent splendides. Je ne parle pas de "puck", "net", "cross-check", "face-off" et compagnie. Je parle de termes comme "plomb" ou "garnotte" et ainsi de suite.

Ce sont des jolis mots en français qui, utilisés avec une dose raisonnable, peuvent colorer le la description des matchs de hockey. Vous savez, un peu comme l'utilisation d'un bon sacre, comme Pierre Foglia le fait par exemple. Pas pour paraître trop "vulgaire", mais pour mettre de la vie dans la langue. Une langue ça évolue et c'est normal que les médias utilisent de nouveau mots parfois, surtout s'ils sont en français, beaux, et couramment utilisé... Après tout, l'entrée de la langue du peuple ça s'est fait dans tous les domaines, en chanson, en théâtre, en journalisme, et depuis belle lurette. C'est comme si la description des sports se retenait pour ne pas passer pour des illettrés en demeurant dans sa bulle de l'époque du perlé radio-canadien... Comme si le sport avait un complexe d'infériorité en matière de langue... Suffit selon moi de savoir de quoi on parle, d'avoir de la verve et la manière dont on manie la langue va passer comme dans du beurre...

Tout ça pour dire que j'aime beaucoup Norman Flynn parce qu'il a une très bonne élocution, une très bonne verve et qu'il utilise parfois des expressions comme "c'était un méchant beau plomb sur ce jeu..." Ça met du puch et on a moins l'impression d'être en 1966 sur une TV en gros bois sculpté (malgré qu'on le sait par le rendement du Canadien...)

Un exemple à suivre selon moi...

Je dis ça de même!

lundi 2 janvier 2012

Bonne fête, Robbie Ftorek



C'est aujourd'hui le 60e anniversaire du seul et unique Robbie Ftorek!

Le première chose qui me vient à l'esprit en entendant le nom Robbie Ftorek, c'est cette carte de la série 1982-83. J'adore cette carte de Robbie Ftorek parce qu'on dirait qu'il est pris entre les deux gros protecteur de caoutchouc de son casque. À noter qu'il s'agissait de sa première saison avec les Rangers de New York. Il fut envoyé à New York de la part des Nordiques de Québec en décembre 1981. À son arrivée dans la Grosse Pomme, Ftorek fit une superbe impression en récoltant 32 points en 30 matchs. La saison suivante, il en récolta un de moins en 61 matchs...

Mais ce qui me marquait à l'époque, c'était son nom... Avez que quand on grandit dans une petite ville du Saguenay, on ne croise pas souvent de gens qui s'appellent Robbie Ftorek... On ne croise d'ailleurs pas souvent de Miko Makela ou de Jari Kurri...

C'est donc non pas parce qu'il fut l'un des meilleur joueur de l'histoire de la WHA, un des premiers joueurs américains à connaître une carrière significative ou en tant que premier capitaine des Nordiques dans la NHL que je me souviens de ce joueur... On n'est pas tous parfaits...

Comme je l'ai mentionné plus haut, Robbie Ftorek est un américain. Il est né le 2 janvier 1952 à Needham au Massachusetts. Tout comme le spectaculaire Jeff Skinner de nos jours, c'est au patinage artistique, sport mieux connu sous le nom de patinage de fantaisie, qu'il s'adonna originellement. Ce fait fit de Ftorek un patineur agile.

Ftorek se fit connaître pour la première fois lors de la saison 1971-72 alors qu'il s'aligna avec l'équipe nationale des États-Unis qui culmina en représentant son pays aux jeux de Sapporo en 1972. Contre toute attentes, les États-Unis s'inclinèrent face aux puissants soviétiques. C'était à une époque où le Canada boycottait les compétitions internationales en raison du refus de l'IIHF d'accepter les joueurs professionnels alors qu'on acceptait des équipes comme l'URSS dont les joueurs étaient considérés comme amateurs alors qu'ils étaient en soit des professionnels car la plupart jouaient au hockey à titre de soldats.

Mais suite à cette médaille d'argent des USA en 1972, Ftorek fut remarqué par la NHL à une époque où les américains n'étaient pas légions dans ses rangs. Il signa à titre d'agent libre avec les Red Wings alors qu'en simultané il fut sélectionné par les Whalers de la Nouvelle-Angleterre lors du repêchage de création de la WHA. Il prit alors la décision de s'aligner avec les Red Wings qui le cédèrent dans les mineurs, jugeant le jeune américain trop petit pour la NHL avec 5 pieds 10 et ses 155 livres...

Après quelques années à montrer de belles choses dans les mineures sans percer l'alignement des Red Wings, Ftorek prit la décision de tenter sa chance dans la WHA lorsque les Whalers cédèrent ses droits aux nouveau Roadrunners de Phoenix. Dès son arrivée avec l'équipe, Ftorek devint le coeur et l'âme de cette dernière. En trois saisons avec l'équipe, il récolta pas moins que 298 points en 213 matchs et fut même nommé meilleur joueur de la ligue en 1977, devenant ainsi le premier américain à se mériter un tel titre au hockey majeur. Malheureusement pour Robbie Ftorek, il fut en quelque sorte la seule flamme de l'équipe qui disparut suite à cette même année 1976-77.


Suite à la dissolution des Roadrunners en 1977, Ftorek prit le chemin de Cincinnati pour se joindre aux Stingers avec qui il continua sa prospère carrière dans la WHA pour les deux dernières saison de ce circuit. En 1979, il devint un membre d'une des quatre équipes ayant survécu à la fusion entre la WHA et la NHL, les Nordiques de Québec, l'équipe en faisant son premier capitaine dans la NHL. L'histoire ne dit pas s'il parlait français... Ftorek fut l'un des premiers bons joueurs des Nordiques dans la NHL mais comme il fut mentionné plus haut, il fut échangé aux Rangers en décembre 1981 lorsque l'équipe devint celle des Goulet, Hunter et Stastny. C'est avec les Rangers en voyant sa charge de travail diminuer que Ftorek termina sa carrière dans la NHL, en se promenant entre les mineurs et la NHL. Il fut d'ailleurs un des membres des fameux Oilers de Tulsa qui remportèrent le championnat de la CHL après que les propriétaires aient fermé les livres et que les joueurs aient refusé d'abdiquer, jouant leurs matchs sur la route...


En 1985-86, alors qu'il était entraîneur des Nighthawks de New Haven, club-école des Rangers de la AHL, Ftorek joua son dernier match en tant que joueur alors qu'il débuta sa carrière d'entraîneur. Il fit sa première apparition dans la NHL avec les Kings de Los Angeles en 1987 avec qui il demeura durant deux saisons. Alors qu'il fut entraîneur des River Rats d'Albany en 1995, il mena l'équipe à la Coupe Calder, réalisant le doublé Coupe Calder/Coupe Stanley avec le club parent des River Rats, les Devils du New Jersey. C'est avec ces mêmes Devils du New Jersey qu'il devint assistant-entraîneur (pour la seconde fois alors qu'il le fut au début des années 90) avant de devenir l'entraîneur-chef en 1998. Alors que l'équipe connaissait de bons moments, il fut remercier en 2000 alors qu'il ne restait que 9 matchs à la saison. Remplacé par Larry Robinson, l'équipe remporta la Coupe Stanley...

Le nom de Ftorek se retrouve sur la Coupe Stanley des Devils en 1995 à titre d'entraîneur du club-école et en 2000 à titre de dépisteur et d'entraîneur.

Après une court passage avec un certains succès avec les Bruins, il fut remercié en 2003 et ne revint jamais dans la NHL. Il a l'étrange distinction d'être le seul entraîneur à avoir été remercié deux fois avec une fiche gagnante, soit une fiche de 41–20–8–5 avec les Devils et de 33–28–8–4 avec les Bruins. Après son congédiement avec les Bruins, il prit la route d'Albany, retournant avec les River Rats jusqu'au départ de l'équipe pour Lowell alors qu'il ne prit pas part au déménagement. Depuis 2007, il est l'entraîneur des Otters d'Erie de l'OHL...