mercredi 13 février 2013

Jarmo Kekäläinen


On a vu au fil des ans l’arrivée progressive de joueurs européens à partir des années 1970.  (Voir texte du 19 août 2011)  L’expérience au niveau des entraîneurs-chefs est venue beaucoup plus tard et est beaucoup plus limitée.  Dans la LNH, le finlandais Alpo Suhonen a pris en charge les Blackhawks de Chicago en 2000-01, après un passage comme adjoint à Winnipeg.  La même année, le tchèque Ivan Hlinka s’est amené à Pittsburgh, lui qui avait mené son pays à la médaille d’or aux Jeux de Nagano.  Toutefois, dans les deux cas, l’expérience n’a pas duré.

Jarmo Kekäläinen vient donc de franchir un autre seuil, en devenant le premier DG européen, avec les Blue Jackets.  Il est néanmoins loin d’être un inconnu dans les cercles de la ligue et sa nomination n’est pas si étonnante.
C’est en 1987 que Kekäläinen débuta son parcours nord-américain, en se joignant à l’équipe de l’Université Clarkson, dans l’état de New York.  Par la suite, il ne fut pas repêché, mais attira suffisamment l’attention pour se voir offrir un contrat par les Bruins en 1989.
Pendant deux ans, il fit la navette entre les Bruins et les Mariners du Maine, dans la Ligue Américaine, avant de passer deux autres saisons dans sa Finlande natale.
En 1993-94, ce fut au tour des Sénateurs (dans leur deuxième saison dans la LNH) de lui faire signe.  Encore une fois, il partagea son temps, entre Ottawa et Charlottetown cette fois.  Il passa ensuite une dernière saison en Suède.  Au total, il joua 55 matchs dans la LNH.
Il devint en 1995 directeur-gérant du IFK Helsinki, en plus de faire du dépistage pour les Sénateurs.  En 1999, il revint en Amérique du Nord pour devenir directeur du personnel.  Pendant cette période, Ottawa s’est constituée une filière européenne importante au fil des années (Hossa, Havlat, Arvedson, Dackell, Salo, Volchenkov, etc.).
 
En 2002, il devint directeur-gérant adjoint à St-Louis, où il travailla entre autres avec John Davidson, l’actuel président des Blue Jackets.  C’est au cours de ces années que les Blues repêchèrent les Backes, Oshie, Perron, Berglund et Pietrangelo.

En 2010, il retourna à Helsinki pour gérer le prestigieux club de Jokerit, là où ont déjà joué Jari Kurri, Teemu Selanne et même… Tim Thomas (l’année du lock out, en 2004-05).




Kekäläinen a donc fait ses classes.  Davidson le connaît bien et il sait à qui il a affaire.  Reste à voir maintenant s’il parviendra à faire ce que personne n’a encore réussi, soit de faire des affreux Blue Jackets un club respectable.  On lui souhaite bonne chance et surtout du temps, car le revirement ne se produira pas du jour au lendemain.  Il part de loin…

Sources : blues.nhl.com, wikipedia.org.

Aucun commentaire: