Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 6 janvier 2014

Frank Boucher


 

Natif d’Ottawa, François-Xavier Boucher était issu d’une famille de sportifs.  Son père, Tom, joua plusieurs saisons dans les années 1890 avec les Rough Riders d’Ottawa (avant la création de la Coupe Grey).  Des huit enfants de Tom (six garçons et deux filles), quatre jouèrent dans la Ligue Nationale. 
 
D’abord, Georges (surnommé Buck) eut une longue carrière, principalement avec les Senators d’Ottawa et les Maroons de Montréal.
 
William (Bill), joua quant à lui principalement avec les Canadiens.  En 1922-23, ses 23 buts en 24 matchs lui valurent le sommet de l’équipe et la deuxième place dans la ligue.  C’est au cours de cette même saison que Bill devint le seul joueur pendant longtemps à porter le numéro 13 chez le tricolore.  Il faudra attendre en 2008 avant qu’un deuxième joueur (Alex Tanguay) ne le porte.
 
Robert (Bobby) eut de son côté une brève carrière avec les Canadiens.
 
Pour ce qui est de Frank, il se joignit d’abord à la Gendarmerie Royale.  Stationné dans l’ouest, il participa au tournoi de la Coupe Allan (hockey senior) et attira éventuellement l’attention des Senators, qui achetèrent sa décharge.  Par contre, comme il avait joué au hockey senior dans l’ouest, ses droits appartenaient à la PCHA (Pacific Coast Hockey Association).  Les Millionaires de Vancouver, qui détenaient ses droits, acceptèrent alors de le prêter aux Senators pour la saison 1921-22, lui permettant ainsi de jouer avec son frère Buck.
 
Il prit ensuite la direction de Vancouver, où il joua quatre saisons et fit partie de l’équipe d’étoiles à trois reprises.  En 1924, son équipe participa à la demi-finale de la Coupe Stanley (qui n’était pas encore propriété exclusive de la LNH) contre les Canadiens, où jouaient Bobby et Bill.  Le 20 mars, Montréal remporta le match ultime de la série 2-1, alors que tous les buts furent marqués par la famille Boucher (deux par Bill et un par Frank).
 
Par la suite, autant son club que la ligue cessèrent leurs activités.  Ses droits furent alors acquis par les Bruins de Boston.   Par contre, les frères Bill et Bun Cook, qui avaient aussi joué dans l’ouest, venaient d’être signés par les tout nouveaux Rangers de New York.  Connaissant Boucher, ils insistèrent auprès de Conn Smythe pour qu’il fasse son acquisition.  Moyennant une somme de 1500$, Boucher se retrouva donc avec la nouvelle équipe d’expansion.
 
Au centre des frères Cook, Boucher forma la Bread Line (en référence au surnom de « Bun ») qui ne prit que deux ans à amener la Coupe à New York.  Boucher marqua d’ailleurs le but gagnant lors du cinquième et décisif match.  Les Rangers répéteront leur exploit en 1933, en plus de se rendre en finale en 1929 et en 1932.
 
 
La Bread Line avait un style de jeu très élégant, montrant beaucoup de finesse.  Boucher termina d’ailleurs régulièrement parmi les meilleurs pointeurs de la ligue.  Il atteignit son sommet en 1929-30, avec 62 points, pour le deuxième rang du circuit.  Il fut également choisi sur la première équipe d’étoiles en 1933, 1934 et 1935.  Mais c’est surtout pour sa gentilhommerie et son élégance qu’il attira l’attention.  En 1925, Lady Byng (l’épouse du Maréchal Byng, Gouverneur général du Canada) décida de faire don d’un trophée pour honorer le joueur le plus gentilhomme.  De son côté, son époux passera à l’histoire en 1926 comme étant le seul Gouverneur général à refuser à un premier ministre (Mackenzie King) la dissolution de la Chambre. 
 
En 1928, Boucher remporta cet honneur, qui devint pratiquement sien.  Tellement qu’après s’être mérité le trophée sept fois en huit ans, Lady Byng lui donna le trophée et fit don d’un autre à la LNH pour le remplacer.  Encore aujourd’hui, personne ne s’est mérité cet honneur plus souvent que Boucher.  Malheureusement, le trophée original fut détruit dans un incendie en 1962.
 
 

Suite à sa retraite comme joueur en 1937-38, il fut engagé par les Rangers comme entraîneur de leur club-école.  En 1939, lorsque Lester Patrick laissa le banc pour se concentrer sur ses tâches de directeur-gérant, c’est Boucher qui prit sa place.   Celui-ci les mena immédiatement à une troisième Coupe Stanley. 
 
La suite fut moins intéressante.  Boucher resta plus de dix ans derrière le banc des Blueshirts, mais comme l’équipe entrait dans une période creuse (voir texte du 19 août 2013), les résultats furent médiocres.  Intimement lié aux trois premiers triomphes de la Coupe Stanley des Rangers, il n’en vit pas le quatrième (et dernier), puisqu’il ne vint qu’en 1994.
 
En 1943-44, ayant perdu plusieurs joueurs partis se battre sous les drapeaux, Boucher réenfila l’uniforme l’espace de 15 matchs.  Il amassa quand même 14 points. 
 
En 1946, Patrick se retira comme directeur-gérant et laissa encore sa place à Boucher.  Après avoir occupé les deux postes pendant un moment, il embaucha plusieurs entraîneurs, dont les fils de Lester Patrick, Lynn et Muzz, ainsi que son ex-coéquipier Bill Cook.  Il effectua aussi un bref retour derrière le banc, mais toujours sans succès.
 
En 1954, on lui demanda sa démission, ce qu’il fit, terminant ainsi une longue association de 29 ans avec les Rangers.
 
Membre du Temple de la Renommée du Hockey depuis 1958, Frank Boucher est décédé en 1977, à l’âge de 76 ans.
 
Sources: hockeydb.com, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: