Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

jeudi 27 juillet 2017

Critique culinaire - Dilallo chez Meloche



Ceux qui nous lisent depuis un moment savent à quel point nous vouons un culte aux Golden Seals de la Californie, équipe pathétique des années 1970 et aux Barons de Cleveland, l’équipe aux superbes chandails qui leur ont succédée.  Et parmi les rares joueurs qui se sont illustrés dans leurs uniformes, on retrouve bien sûr le gardien Gilles Meloche.
 
Ce même Meloche possède avec d’autres membres de sa famille un restaurant dans le quartier St-Henri de Montréal.  Faisant partie de la petite chaîne Dilallo (4 sites), on peut aussi voir sur l’affiche de l’établissement situé au coin de Notre-Dame Ouest et Charlevoix l’inscription « Chez Meloche ».
 
Malgré l’affection particulière que nous avons pour Meloche, nous n’étions pourtant jamais allés à son restaurant.  La division montréalaise de LVEUP (Martin Itfor, Keith Acton et Pete Peeters) a donc décidé de corriger la situation et de faire une Marie-Claude Lortie (critique culinaire de La Presse) d’elle-même.
 
Dilallo fait sa renommée avec ses burgers servis à l’envers, avec un pain cuit vapeur.  On peut également sentir les influences italiennes de l’origine de la bannière (qui date de 1929) en voyant au menu des options avec de gros morceaux de piment fort mariné ou de capicollo dans votre burger.  On peut aussi choisir de recevoir son pain « wet », soit arrosé du jus de cuisson ou du jus de piment fort.  Personnellement, j’ai choisi le burger avec piment fort, servi « wet ».  La texture est différente et s’harmonise bien avec la viande, fraîche et bien juteuse.
 
On retrouve également au menu des sous-marins cuits « sur la plaque », par opposition à ceux de type sandwich (genre Subway).  Martin a bien aimé le sien, qui contenait du steak et du jambon italien, en plus des oignons frits et des légumes frais.
 
Oups... J'ai remis mon burger à l'endroit...
Pete a de son côté opté pour la poutine, faite avec des frites croustillantes, un peu plus épaisses que des juliennes.  La sauce était crémeuse et pas trop épicée.
 
Nous avons accompagné notre repas d’une bière en fût, puisque quelques produits Molson sont disponibles.
 
Le décor est à l’image de l’endroit, simple et sans prétention.  On y retrouve quelques photos de Gilles Meloche, mais sans exagération.  Le tout demeure discret.  En fait, on en aurait pris un peu plus.  Par exemple, un chandail (des Barons de préférence!) aurait été bien.  D’ailleurs, l’an dernier, lorsque Gilles (maintenant dépisteur pour les Penguins) y a apporté la Coupe Stanley, il a évité de trop ébruiter la chose, pour éviter de créer la cohue.
Une photo au match des étoiles et une autre en début de carrière, avec les Black Hawks
En bref, il s’agit d’un bon petit resto de quartier, où on trouve des classiques, ainsi que des burgers avec de la personnalité.
 
Sources : « Ça sent la Coupe dans St-Henri » d’André Desroches, 31 octobre 2016, La Voix Pop Sud-Ouest (journalmetro.com), dilalloburger.ca.

Meloche est évidemment celui avec les jambières!

Aucun commentaire: