Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

lundi 4 septembre 2017

Neil et Mac Colville



L’histoire de Neil Colville est indissociable de celle de son frère Mac.  D'abord, en 1933-34, les deux frères ont aidé l’équipe de leur ville natale, Edmonton, à atteindre la finale de la Coupe Memorial.  Même s’ils se sont inclinés devant les Majors du Collège St.Michael’s de Toronto, ils sont parvenus à attirer l’attention des Rangers, qui les ont assignés aux Crescents de New York de la Ligue Eastern Amateur (EAHL).  Neil fut le meilleur compteur de la ligue et les Crescents remportèrent le titre de la ligue.
 
L’année suivante, c’est avec les Ramblers de Philadelphie de la Ligue Can-Am (un ancêtre de la Ligue américaine) qu’ils s’alignèrent.  Entraîné par Herb Gardiner, les Ramblers remportèrent également le championnat de leur ligue.  En plus d’y contribuer, les frères Colville ont également eu l’occasion de jouer leurs premiers matchs avec les Rangers.  Ils ne mettront pas de temps à s’y installer définitivement, puisque dès 1936-37, ils en devinrent des joueurs réguliers, tout comme Alex Shibicky, qui a suivi le même parcours et avec qui ils ont formé un trio.  Neil, le centre, se portait plus en attaque, alors que Mac, l’ailier droit, restait plus en retrait.
 
En 1938-39, le travail de Neil fut remarqué, alors qu’il fut choisi au sein de la deuxième équipe d’étoiles, derrière Syl Apps des Maple Leafs.
 
Un an plus tard, les Rangers mirent la main sur la Coupe Stanley.  Après une longue traversée du désert, ils durent attendre à 1994 avant de rééditer l’exploit.  De son côté, Neil fut encore nommé au sein de la deuxième équipe d’étoiles, derrière Milt Schmidt des Bruins cette fois.
 
En 1942, les deux frères se retrouvèrent dans les Forces armées.  Stationnés à Ottawa, ils aidèrent alors les Commandos d'Ottawa de la Ligue senior du Québec à remporter la Coupe Alexander, puis la Coupe Allan.
 
À la fin de la guerre, les deux frères retournèrent avec les Blueshirts, mais ayant ralenti, ils changèrent de position pour devenir défenseurs.  Ils devinrent ainsi les premiers frères à composer un duo à la ligne bleue.  Neil fut également nommé capitaine.
 
Mac resta jusqu’en 1946-47.  Il retourna par la suite vivre en Alberta, où il travailla pour la province.
 
Neil continua, pour la première fois depuis plusieurs années, à jouer sans son frère et ce, avec succès.  En effet, en 1947-48, il fut à nouveau choisi pour faire partie de la deuxième équipe d’étoiles, mais comme défenseur cette fois.  Il fut ainsi le deuxième joueur, après Dit Clapper, à recevoir cet honneur autant comme avant que comme défenseur.
 
Malheureusement pour lui, ça ne l’empêcha pas d’être rétrogradé dans la Ligue américaine au cours de l saison suivante par les Rangers, une équipe qui se cherchait à ce moment.
 
C’est en 1950 que Neil revint à New York, comme entraîneur-chef cette fois.  À 36 ans, il devenait ainsi le plus jeune à occuper un tel poste.  La situation ne dura toutefois pas.  De son propre aveu, il fut incapable de sortir les Rangers de leur torpeur, en plus de souffrir de sérieux ulcères d’estomac.  Après un peu plus d’un an, il remit donc sa démission, ce qui mit fin à sa carrière.
 
Au niveau de la LNH, les Colville n'ont donc évolué qu'avec une seule équipe, les Rangers.
 
Il réorienta alors sa carrière en investissant dans un nouveau poste de télé à Whitehorse.  Il y déménagea et en ces débuts de la télévision, il apprit à faire un peu de tout avec des moyens plutôt limités.  Apparemment qu'une vue de la rue principale et un bocal de poisson revenaient fréquemment dans la programmation...
 
Neil mourut en 1987 à 73 ans, alors que Mac rendit l’âme en 2003, à 87 ans.
 
Sources : “Bill Cook Returns to N.H.L. as Coach of Rangers; Neil Colville Steps Out, Frank Boucher Calls In Old Forward Mate”, CP, 7 décembre 1951, Montreal Gazette, p.22, “Mac Colville, 87, a Mainstay for the Rangers” de Richard Goldstein, 2 juin 2003, New York Times (nytimes.com), legendsofhockey.net, wikipedia.org.

Aucun commentaire: