lundi 27 avril 2009

Bill Barilko

L'histoire de Bill Barilko en est une des plus connue en terme d'histoire dramatique de hockeyeurs canadiens. je crois toutefois qu'elle est moins connue ici en terres Bleue-Blanc-Rouge qu'ailleurs au Canada, peut-être que le côté héroïque de l'histoire s'est faite au dépend d'un des gardiens du Canadiens, Gerry McNeil. Les canadiens-anglais se réfèrent souvent à cette histoire, le groupe de rock canadien Tragically Hip, vous savez ce groupe dont on ne comprendra jamais la popularité, a déjà fait une chanson à propos de Bill Barilko. Et il y a de quoi se rappeler de ce récit, ces histoires qui auraient apporté une malédiction sur une équipe sont toujours cool à évoquer, surtout si c'est une malédiction qui s'est abattue sur les Maple Leaf...

Bill Barilko est né à Timmins en Ontario en 1927. Il a commencé sa carrière avec les Wolves d'Hollywood dans la Pacific Coast Hockey League. Il fut invité par la suite à joindre les Maple Leafs en février 1947 et ne quittera jamais cette équipe jusqu'à sa mort. Les Maple Leafs de la fin des années 1940 étaient une des puissances de la NHL. À l'époque, même si il n'y avait que 6 équipes, on peut dire que seulement 3 équipes étaient en mesure de compétitionner, les Canadiens, les Red Wings et les Maple Leafs. Une des raisons les plus connues du fait que Boston, New York et Chicago étaient moins forts que les autres équipes réside dans le fait que le propriétaire des Red Wings, James N. Norris (comme dans le trophée), contrôlait les Black Hawks et les Rangers par le fait qu'il était propriétaire du Chicago Stadium et qu'il avait une bonne partie des actions du Madison Square Garden. Cela veut dire qu'il avait assez de pouvoir en tant que propriétaire de l'aréna de Chicago et que co-propriétaire de celui de New York pour avoir son mot à dire dans la gestion de son équipe et de faire descendre le talent des autres équipes à l'avantage de ses Red Wings.

Mais néanmoins, les Maple Leafs étaient l'équipe à battre à la fin des années 40 et lorsque l'exubérant Conn Smythe fit appel au jeune défenseur Bill Barilko pour agir à la ligne bleue des Leafs, ils en était à l'aube d'une grande dynastie. Barilko allait remporter la Coupe Stanley à ses trois premières saisons dans la NHL. Barilko allait également participer aux trois premiers matchs annuels des étoiles, faisant partie de l'équipe vainqueure de la Coupe Stanley qui affrontait alors les étoiles des autres équipes. La série de Coupe Stanley des Leafs allait s'arrêter à 3 lorsqu'ils furent battus par les puissants Red Wings en demi-finale des séries éliminatoires de la saison 1949-50.

Les Maple Leafs allaient toutefois rebondir à la saison 1950-51 avec l'intention avouée de reprendre le trophée. Et c'est là que le puissant défenseur des Maple Leafs allait être très important dans cette reconquête. La finale de la Coupe Stanley de 1951 opposait les rivaux canadiens naturels, les Maple Leafs et les Canadiens. La série finale était à l'époque une série trois de cinq et cette dernière atteignit le match ultime qui se déroula au Maple Leaf Garden le 21 avril 1951. La série était disputée férocement, s'étant rendu en supplémentaire à tous les matchs et ce match ultime ne fit pas exception. Et c'est Bashing'Bill Barilko qui enfila l'aiguille à 2:53 de la première période de supplémentaire contre le gardien Gerry McNeil du Canadiens, redonnant la Coupe Stanley aux Leafs après l'échec de la saison précédente. Bill Barilko devint automatiquement un héros pour les fans des Maple Leafs.















Ce but sera par contre le dernier de Bill Barilko. Lors de l'été, le jeune défenseur de 24 ans s'envola en hydravion pour le nord du Québec avec un ami nommé Henry Hudson, dentiste de son métier, pour un voyage de pêche. L'avion s'écrasa et l'on ne retrouva jamais sa carcasse. En 1962, quelques jours après que les Maple Leafs remportèrent leur première Coupe Stanley depuis celle de 1951, un pilote d'hélicoptère retrouva la carcasse à 100 kilomètres au nord d'une ville nommée Cochrane en Ontario et avec à son bord les restes de ses deux occupants... Onze ans s'étaient donc écoulés...

Le numéro 5 de Bill Barilko est l'un des deux seuls numéros que les Maple Leafs ont retirés à ce jour...

Voici une photo que j'ai prise au Temple de la Renommée du chandail que portait Barilko lors de la finale de la Coupe Stanley de 1951...



1 commentaire:

Jocelyn T. a dit…

o.k. tout est clair maintenant...Cochrane Ontario, au bord du Lac Abitibi, terre natale du plus célèbre vendeur de beignes en Amérique du Nord...TIM HORTON