Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 12 décembre 2009

Dave Keon

De tous les joueurs ayant porté le chandail des Maple Leafs, je crois que Dave Keon est mon préféré. Il représente très bien comment on doit interpréter l'histoire des Maple Leafs. Je parlais cette semaine de Carl Brewer et de son long voyage dans le hockey professionnel suite à une chicane avec l'organisation des Leafs jusqu'à son retour 15 ans plus tard avec l'organisation. Celle de Keon est relativement similaire mais n'a pas la même fin...

Dave Keon est né à Rouyn-Noranda en 1940. Il est donc probablement le plus important joueur de hockey québécois ayant porté les couleurs des Leafs. C'est les Red Wings de Détroit qui se sont intéressés en premier à Keon alors qu'il était âgé de 16 ans. Sa mère toutefois s'objecta au départ de son jeune fils de l'Abitibi pour aller jouer ailleurs au sein du système des Wings. Il passa donc une année de plus dans sa ville natale et c'est à cet effet que les Maple Leafs se sont montrés intéressé à ce jeune anglophone de Noranda. C'est comme ça que ça marchait dans le temps pour les autres équipes que le Canadien, on avait à chercher les talents cachés pour les inclure dans son système.

Donc Keon s'est retrouvé à l'âge de 17 ans à jouer pour le collège St-Michael, une des portes d'entrée pour les Maple Leafs. C'est au sein de cette équipe que Keon qui était un joueur offensif a appris à balancer son jeu afin de devenir un joueur complet. C'est ce qui attira l'attention des Leafs qui le promurent vers le grand club en 1960 lorsque ses études furent terminées. Keon s'adapta très bien avec les Leafs qui devenaient une puissance à cette époque, totalisant 45 points à sa première saison, ce qui lui valut le trophée Calder pour cette saison, en 1960-61. Lors des deux saisons suivante, en plus d'aider les Leafs à remporter la Coupe Stanley (en fait ils en ont remporté 3 d'affilé de 1962 à 1964), Keon remporta le trophée Lady Bing, lui qui ne reçut qu'une seule pénalité à chacune de ces campagnes. Donc à ses quatre premières saisons en carrière, Keon remporta le Calder, deux Lady Bing et trois Coupe Stanley.

Pour les fans des Leafs, la Coupe Stanley de 1967 est mythique, non seulement parce que ce fut la dernière, mais parce que ce fut le chant de cygne de cette formation glorieuse. D'autant plus mythique fut cette conquête fut aux dépends du Canadien qui avait promis de ramener la Coupe pour une troisième saison alors que la métropole était le centre du monde avec son Exposition universelle. Cette finale toute canadienne coïncidait également avec le centenaire de la confédération canadienne. Le gagnant allait être empreint de symbolique. Contre toute attente, les Maple Leafs vainquirent le Canadien pour remporter leur treizième championnat en 6 matchs sur la glace du Maple Leafs Garden. On appelle d'ailleurs souvent les 4 Coupes Stanley du Canadien de la fin des années 60 la "Dynastie oubliée". Pour sa part, Dave Keon fut d'une grande importance lors de cette conquête en ce qu'il eut une tâche difficile : neutraliser Jean Béliveau... Et réussit très bien cette tâche, tant bien qu'il se vit remettre le trophée Conn Smythe suite au triomphe des Leafs. Il est d'ailleurs le seul joueur des Maple Leafs ayant remporté le trophée qui porte le nom de celui qui a pratiquement créé l'âme de cette équipe (si une telle chose peut se faire). Comme j'ai dit plus haut, ce fut le chant du cygne de cette équipe, certains joueurs vieillissants ont quitté le jeu dans les années suivantes alors que plusieurs joueurs comme Frank Mahovlich ou Wayne Carleton quittèrent le navire en se disputant avec l'organisation... Pour ce qui est de Keon, ce n'était qu'une question de temps...

Donc sans aucun doute, Dave Keon était un pilier de l'équipe à la fin des années 60. C'est dans cet ordre d'idée que lorsque George Armstrong, qui était le capitaine de l'équipe de 1957, prit sa retraite en 1969, c'est vers Keon qu'on se tourna pour attribuer le titre. Être le capitaine des Maple Leafs c'est peut-être un des honneur les plus difficile a obtenir au hockey. C'est un titre remis à un joueur exemplaire qui doit transporter l'équipe comme ceux qui l'ont porté auparavant l'on fait. Vous pouvez peut-être détester les Maple Leafs, on ne peut pas nier qu'ils aient eu une histoire glorieuse. Une preuve que le titre de capitaine chez les Leafs est un grand honneur, les Leafs n'ont pas de capitaine depuis le départ de Mats Sundin et ils ont passé une bonne partie des années 80 sans capitaine. Donc Keon accepta de devenir capitaine en 1969 en sachant l'importance d'avoir le C pas très loin de son coeur. À noter qu'Armstrong changea d'idée et revint avec les Leafs deux semaines plus tard, mais Keon demeura le capitaine.

Tout en faisant preuve de leadership et de dévotion pour son équipe, la relation de Keon avec la direction de l'équipe s'envenima petit à petit, notamment avec le propriétaire Harold Ballard. Lors de la création de la WHA en 1972, il fut courtisé par les Nationals d'Ottawa avec qui il passa proche de s'entendre. Toutefois, les Leafs lui offrirent un contrat de trois ans avec une bonne augmentation salariale. Keon accepta et remercia son équipe en connaissant sa meilleure saison en carrière en 1972-73 avec 73 points dont 37 buts.

Alors que son jeu sur la glace était toujours aussi stable, la relation de Keon avec Ballard pour sa part n'alla qu'en s'empirant. Le tout atteignit son paroxysme lors de la saison 1974-75 lorsque Ballard critiqua publiquement Keon en lui reprochant son manque de leadership. Il annonça également à son capitaine que ses jours en tant que Leafs étaient terminés lorsque que le contrat de ce dernier fut expiré. Et ça ne fonctionnait pas comme de nos jours, lorsque le contrat du joueur était terminé il appartenait toujours à l'équipe. À cet effet, Ballard bloqua l'accession de Keon à d'autres équipe en demandant un prix astronomique pour compenser la "perte" de ses services. C'est donc avec une frustration envers les Leafs et son propriétaire qui ne s'évaporera jamais avec le temps que Keon quitta la NHL pour se joindre aux Fighting Saints du Minnesota de la WHA pour la saison 1975-76. C'est comme ça que Keon quitta à 35 ans l'organisation pour laquelle il faisait parti depuis qu'il avait 17 ans.

La première saison dans la ligue rivale de Keon se déroula bien lorsque l'équipe avec lequel il évoluait du fermer les livres après 59 matchs. Keon tenta alors de réintégrer la NHL et il était sur le point d'en arriver à un accord avec les Islanders de New York lorsque le tout foira sous le poids de la compensation exigée par Ballard . Keon se résolut à continuer dans la WHA en se joignant aux Racers d'Indianapolis. Les Fighting Saints du Minnesota reprirent naissance lors de la saison suivante alors que les Crusaders de Cleveland déménagèrent leurs effectifs dans les villes jumelles. Keon se joignit à l'équipe pour débuter la saison, mais avec un léger air de déjà-vu, les nouveaux Fighting Saints du Minnesota déclarèrent forfait à nouveau en plein milieu de la saison. Après avoir été réclamé par les Oilers lors de la disparition de l'équipe, Keon fut échangé aux Whalers de la Nouvelle-Angleterre. C'est avec cette équipe qu'il fit un retour dans la NHL lors de la saison 1979-80 alors qu'il formait un trio avec deux autres légendes vieillissantes, Bobby Hull et Gordie Howe. Lorsque Keon mit les pieds pour la première fois au Maple Leafs Garden, non seulement la foule qui en avait gros sur le cœur contre Ballard non seulement pour la perte de Keon mais pour d'autres gestes tout aussi crève-coeur lui fit une réception chaleureuse, mais il eut même droit aux salutations personnelles du vieux Conn Smythe. Ce dernier entra pour la première fois de sa vie dans le vestiaire des visiteurs au Maple Leaf Garden pour saluer l'ancien capitaine des Leafs...

Lorsque ses vénérables compagnons Hull et Howe prirent leur retraite en 1980, Keon est devenu le plus vieux joueur de la NHL. Il joua encore deux saisons avec les Whalers avant de prendre sa retraite à l'âge de 42 ans après la saison 1981-82.

Après sa carrière il prit le chemin de la Floride pour devenir un agent d'immeuble. Mais une seule chose demeura en lui, sa haine pour les Leafs. Bien qu'il fut un des plus grand gentilhomme sur la glace, Keon n'oublia pas le traitement que la direction des Leafs lui fit au milieu des années 70 et a presque toujours catégoriquement refusé de prendre part à n'importe quelle activité impliquant des anciens joueurs de l'équipe. Il refusa par exemple qu'on "honore" son numéro (rappelons que les Leafs ne retirent pas les numéros, ils les honorent...) et il n'accepta pas l'invitation pour la cérémonie de fermeture du Maple Leaf Garden. Même après la mort de Ballard, Keon entretint une haine viscérale avec l'administration de l'équipe. Après un match d'anciens joueurs en 1991, il en vint à la conclusion que même avec des nouveaux dirigeants, cette équipe était la même.

Il pila sur ses principes pour la première fois en février 2007 pour une cérémonie honorant les joueurs membres de la sacrosainte formation des Maple Leafs ayant remporté la Coupe Stanley en 1967 et il reçut une très longue ovation...

Il fut intronisé au Temple de la Renommée en 1986.

Le numéro 14 n'a toujours pas été "honoré" par les Maple Leafs, Keon refusant toujours de l'être, n'aimant pas la politique des Leafs d'honorer les joueurs au lieu de retirer leur chandails...

L'aréna à Rouyn-Noranda où les Huskies disputent leur matchs locaux porte son nom depuis 1989...

2 commentaires:

Jocelyn Turbide a dit…

Je suis moi-même originaire de Rouyn-Noranda et j'ai savouré cet hommage à Dave Keon qui demeure un exemple de loyauté et de persévérance.
Dave Keon est le Henri Richard des Anglos...Son style me rappelait aussi celui de son compatriote "Hubert "Pit" Martin.
Faudrait raconter l'histoire de cet ancien joueurs malheureusement décédé l'an passé au Lac Kanasuta.

jspider a dit…

archétype du joueur de hockey
un mélange d'un tas de bon joueurs
que j'ai vu depuis plusieurs décennies.
Offensif/défensif/jeu passe/vitesse/coup de patin/fair-play ect...
DAVE KEON:un modèle oublié

jacques fournier
ancienne-lorette