Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

dimanche 10 janvier 2010

Les Scouts de Kansas City

Un lecteur assidu de ce blogue m'a récemment contacté afin que je produise un texte à propos des Rockies du Colorado. En fait, il n'est pas le seul à me demander des articles, patience les autres, ça va venir... Je crois que si on doit parler des Rockies du Colorado, il faut y aller avec la genèse de l'équipe, les Souts de Kansas City. Il est d'autant plus intéressant de s'intéresser à cette équipe en considérant que la NHL s'entête à vouloir potentiellement amener une équipe dans cette ville située entre le Missouri et le Kansas. Une petite leçon d'histoire peut nous rappeler que la concession qui évolua dans cette ville il y a environ 35 ans fut tout sauf un franc succès. Il faut dire à la défense des Scouts que le contexte qui a vu cette équipe apparaître dans la NHL ne fut pas à son avantage, au contraire... Ce mauvais timing fera en sorte que cette concession dû attendre au moins 13 ans et 2 déménagements avant de devenir une vrai équipe compétitive...

Nous sommes en 1972. La NHL a presque triplé depuis 1967 et possède maintenant une ligue rivale qui veut lui soutirer des parts de marché un peu partout en Amérique du Nord. Rien de mieux qu'un peu de compétition pour faire brasser les choses... Les deux ligues se lancent alors dans une série de déploiements stratégiques un peu partout aux États-Unis. Lors de cette année 1972 qui marque également l'arrivée de la WHA, la NHL a procédé à une expansion assez stratégique en mettant ses jetons dans des marchés que convoitait la WHA, soit à Atlanta et à Long Island. La NHL voulant donc contrecarrer le déploiement de la WHA, elle s'est rapidement dressée afin de multiplier les nouvelles équipes dans des nouveaux marchés et à une intervalle quand même régulière. C'est pourquoi peu importe le succès des deux nouvelles équipes d'Atlanta et de Long Island, la ligue octroya une franchise à la ville de Washington et à celle de Kansas City pour la siason 1974-75 et elle avait également l'intention de procéder à une autre expansion deux ans plus tard, avec en tête la ville de Seattle et celle de Denver...

La nouvelle franchise de la NHL voulait se nommer à l'origine les "MO-Hawks" de Kansas City. Ce jeu de mot moins subtil que celui des Whalers était un mélange de l'abréviation l'État du Missouri, le MO, et de Hawk, abréviation de jayhawker, nom couramment utilisé pour nommer les habitants du Kansas. On voulais donc souligner le fait que la ville de Kansas City était à cheval sur deux États américains. Les Black Hawks de Chicago ne voulaient toutefois pas que cette nouvelle équipe utilise ce jeu de mot aussi subtil qu'un camion de vidange et se plaint en réclamant l'unique paternité du mot "Hawks" au sein de la NHL. L'équipe opta donc pour le nom Scouts (éclaireur) en l'honneur d'une statue d'amérindien à cheval regardant a loin qui surmonte la ville de Kansas City. On retrouva cette célèbre statue sur le logo de l'équipe.

Ce plan afin de contrecarrer les actions de la ligue rivale était autant plus stratégique qu'il se faisait souvent en parallèle avec ceux de la NBA, également aux prises avec une ligue rivale, la ABA (American Basketball Association). La ABA avait été formée par les mêmes personnes que la WHA et avait un peu les mêmes buts. On affirme souvent que ces deux ligues (WHA au hockey et la ABA au Basketball) avaient été formées avec l'intention de faire entrer des équipes dans le circuit principal par la porte d'en arrière en forçant une fusion avec cette dernière. La ABA fusionna en 1976 avec la NBA de la même manière que la WHA fusionna quelques années plus tard en faisant entrer quatre équipes dans la NBA : les Spurs de San Antonio, les Nets du New Jersey, les Pacers de l'Indiana et les Nuggets de Denver. Je vous suggère de regarder le film Semi-Pro avec le toujours hilarant Will Ferrell où on raconte l'histoire d'une équipe fictive évoluant dans ce circuit lors de la dernière saison de la ligue avec le désir de faire entrer dans la NBA cette formation... J'imagine que l'histoire de la fusion entre la NHL et la WHA est en quelque sorte similaire à celle de ce film...

Tout ça pour dire que les deux circuits principaux, la NHL et la NBA utilisaient les mêmes stratégies afin de contrecarrer les deux ligues. C'est les dirigeants des Hawks d'Atlanta de la NBA par exemple qui poussèrent fort afin d'obtenir une concession dans la ville et la NHL voulant contrecarrer la potentielle expansion dans le Sud de la WHA a pris la décision de s'étendre dans la plus grosse ville de la Georgie. Ce fut la même chose lorsque la franchise des Bullets de Baltimore déménagea dans un nouveau complexe à Landover dans la région de la capitale fédérale, la place était disponible pour une équipe de hockey afin de partager l'endroit et la NHL sauta sur l'occasion. Et c'est idem pour Kansas City... Un nouvel aréna qui allait se nommer le Kemper Arena était en construction et allait aceuillir la franchise de Cincinnati de la NBA pour devenir les Kings de Kansas City (maintenant relocalisée à Sacramento depuis 1985) et il s'avérait du même coups logique d'accueillir dans cet aréna moderne une équipe de hockey et la NHL sauta sur l'occasion de mettre ses pions dans cette ville du Midwest. En passant, c'est au Kemper Arena de Kansas City qu'Owen Hart a trouvé la mort en 1999...

Donc tout de suite avant de parler de la qualité du jeu de l'équipe qui allait se retrouver sur la glace de ces deux villes américaines, une choses allait peut-être entrer en compétition avec chacune des deux équipes de la NHL, le fait qu'ils avaient également à compétitionner avec des nouvelles équipes sportives d'un sport pas mal plus populaire chez les gens du Sud, le basketball... D'autant plus qu'on voulait implanter un sport presqu'extra-terrestre dans ces villes, on voulait le faire avec des équipes d'expansion, contrairement aux équipes de la NBA de chacune de ces villes qui étaient constituées d'équipes moribonde mais établies... Sérieusement, les Royals de Cincinnati étaient vraiment une équipe honteuse lorsqu'elle déménagea à Kansas City... Mais si être en compétition avec un autre spectacle local n'avait été le seul problème de cette franchise, cette dernière aurait peut-être connue une plus longue histoire...

Assez parlé de basketball...

(Ou non, savez-vous qu'il y avait une équipe dans la ABA qui se nommait les Colonels du Kentucky? Wow!)

Retournons au hockey pour vrai...

Je pense que jamais dans l'histoire du sport professionnel nord-américain il n'y eut un moment où l'élite de ce sport évoluait dans un circuit aussi fermé que lors de la période des 6 équipes de la NHL. Une élite qui évoluait au sein de seulement 6 équipes et sur une période de 25 ans, rares sont les sports qui connurent une concentration de talent aussi élevée que le hockey de cette époque. C'est pourquoi l'une des premières critiques qui resurgit de la part des partisans du hockey suite à l'expansion de 1967 fut en ce qui a trait à la dilution du talent. À 12 équipes au lieu de 6, le talent était clairement dilué... Le mouvement n'allait toutefois pas aller vers l'arrière, c'est comme vouloir remettre du dentifrice dans un tube, c'est peine perdu. C'est pourquoi les gens âgés d'un peu plus de 50 se rappellent de ce hockey avec nostalgie. Et je comprends le tous, moi-même je m'ennuie du hockey à 21 équipes...

C'est toutefois avec cet expansion de 1974 qu'on allait atteindre le fond du baril. Lorsque les Scouts firent leur entrée dans la NHL, en 1974-75, la ligue comptait désormais 16 équipes, soit 10 de plus qu'à la fin de la saison 1966-67, 8 saisons plus tôt. Non seulement la ligue avait presque triplé, mais on comptait également 14 autres équipes dans la WHA, ce qui faisait un gros total de 30 équipes professionnelle majeures en Amérique du Nord, soit 24 de plus que 8 ans auparavant. Il y avait clairement une pénurie de talent au sein de la NHL et les deux nouvelles équipes en payèrent très cher le prix...

Les Scouts furent formés tant bien que mal avec des joueurs pris ici et là. Leur premier gardien partant était celui qui fut le substitut de Ken Dryden Wayne Thomas et Michel Laroque lors des deux dernières saisons du Canadien, Michel Plasse. Ce dernier fut échangé quelques temps après le début de la saisons aux Penguins en retour de Denis Herron. Herron demeure l'un des joueurs les plus célèbre ayant porté les couleurs de l'équipe. La plupart de photos que l'on retrouve de cette équipe sont des photos du gardien au masque ligné. Ironiquement, Herron sera échangé deux saisons plus tard à nouveau aux Penguins en retour de Plasse... Un autre joueur connu ayant évolué avec les Scouts fut Wilf Paiement. Ce futur numéro 99 des Maple Leafs fut le premier choix au repêchage des Scouts en 1974, deuxième au total. Les Capitals optèrent à titre de premier choix un défenseur nommé Greg Joly.

Les Scouts débutèrent leur saison inaugurale sur la route, la construction du Kemper Arena n'étant pas terminée. Il faudra attendre leur 10e match, deuxième match à domicile, alors que les Scouts reçurent la visite de leurs frères d'expansion pour qu'ils remportent la première victoire de leur histoire. Les victoires ne seront pas légions pour l'équipe, elle n'en remportera que 15 lors de cette saison inaugurale. L'équipe termina en fait avec une fiche de 15-54-11 au dernier rang de la division Smythe. C'est quand même mieux que la fiche de 8-67-5 des Capitals qui constitue un record de médiocrité du hockey moderne...

Les Scouts tentèrent d'améliorer leur rendement lors de leur seconde saison. À la fin décembre, l'équipe n'était qu'à un seul point des Blues de St-Louis et d'une place en séries éliminatoires. Il s'effondrèrent toutefois durant le reste de la saison, ne remportant qu'une seule victoire victoire à leur 44 derniers matchs de la saison. Ils connaîtront durant cette période une dramatique séquence de 27 défaites d'affilées. L'équipe terminera avec une fiche de 12-56-12, pour un très faible 36 points. Cette fiche constitue la pire de toute l'histoire de la franchise jusqu'à nos jours, en comprenant les Rockies du Colorado et les Devils du New Jersey.

En plus de ne pas avoir de succès sur la glace, l'équipe jouait devant la plus faible foule de la NHL. Après plusieurs promotions afin d'essayer d'attirer les gens aux Kemper Arena et une dette accumulée de plus d'un million de dollars, les investisseurs en vinrent à la conclusion que le hockey n'était pas un sport fait pour Kansas City et ils vendirent leurs parts à des investisseurs du Colorado. S'en était fini du hockey de la NHL à Kansas City...L'équipe déménagea au début de la saison 1976-77 à Dever, devenant les Rockies du Colorado.

Et ça c'est une autre histoire...


1 commentaire:

Sébastian Hell a dit…

C'est drôle, j'ai acheté deux cartes des Scouts sur Ebay hier...

J'aime que leur chandail foncé ait les couleurs des Rockies mais que leur chandail pâle ressemble étrangement, plutôt, à celui des Blues... même pour les couleurs!