lundi 15 mars 2010

Quand le hockey se technocratise...


Technocratie (de tekné, technique, art, et de kratos, pouvoir) : La technocratie est un système d'organisation politique ou sociale dans lequel les techniciens exercent une influence prépondérante dans les prises de décision. (source : Wikipédia)

Lors d'une discussion avec des amis sur un forum de discussion, un d'eux a fait part de la situation contractuelle de P.K. Subban suite à son court passage avec le Canadien avant les Olympiques. Il m'a dit, et vous me pardonnerez si je me trompe ici, que "techniquement" (retenez le mot), le Canadien devait retourner notre gentil jeune défenseur P.K. Subban à Hamilton afin qu'il ne joue pas plus qu'un certain nombre de matchs avec le Canadien cette saison afin que cette dernière ne soit pas considérée comme sa saison recrue. Il pourra donc jouer sa saison recrue l'an prochain et donc rester une saison de plus avec le Canadien au terme de ce cycle de contrats de recrue et de deuxième contrat et cie. Ne vous découragez pas, vous comme moi, fans de P.K., il pourra jouer aisément durant les séries éliminatoires parce que le nombre de matchs joués durant les séries ne s'accumulent pas... Encore une fois, je peux me tromper, je ne connais pas la convention collective de la NHL, mais ça me donne à réfléchir sur la condition du hockey contemporain...

Ça me fait penser à un autre détail récent qui est ressorti lors de l'embauche de Pierre Gauthier. Une des caractéristique qu'on a évoqué pouvant légitimer son embauche est le fait que Gauthier connaisse très bien la convention collective. Donc de nos jours, tout comme dans un poste de haut dirigeants dans un appareil gouvernementaux ou dans une compagnie privée, les meilleurs gestionnaires sont ces qui connaissent le mieux la constitution technique d'un organisation. Retenez le mot, technique...

L'une des questions principales qui traverse la philosophie contemporaine est la question de la technique dans la vie de tous les jours. Un des aspects de cette question concerne le degré de dépendance de l'homme face à elle. La technique est une chose qui est intrinsèque à l'homme, c'est l'art d'utiliser son savoir-faire en tant qu'humain afin de parvenir à exécuter une tâche du mieux qu'on peut. Donc depuis que l'homme des caverne a utilisé un morceaux de bois pour briser des choses ou des pierres pour allumer un feu jusqu'à nos jours, la technique fait parti de l'homme. Donc le fait d'utiliser des outils pour faire des tâches et de se rappeler comment les utiliser et d'améliorer ces outils fait parti de ce qui fait en sorte que l'être humain a pu se distinguer des autres animaux

C'est degré de dépendance à cette dernière qui vient inquiéter plusieurs philosophes en ce qu'ils voient l'homme en être de plus en plus soumis, jusque dans les petites facette de la vie. Voici un exemple que j'aime bien, la différence entre jouer de la musique avec un violon et jouer de la musique électronique par ordinateur, c'est en soi différent en ce que l'un possède beaucoup d'impératifs technique (alimentation électrique, amplification, programmation) que l'autre. Bien que le violon possède ses imprératifs technique (boiseries, fabrication méticuleuse, archet...), jouer du violon est plus facile en ce qu'on dépend de moins de faits techniques afin de le pratiquer. Vous pouvez jouer du violon dans le bois, mais si vous voulez jouer de la musique techno dans une forêt, vous devrez trainer avec vous consoles, amplis, génératrices, cablage, etc. Ça ne m'empêchera pas, même à savoir ça, de faire et d'écouter beaucoup de musique électronique... On est tous paradoxaux...

Un des problèmes principaux qu'il peut ressurgir de cette dépendance est dans le changement de la nature d'une chose. Le "méchant" philosophe Martin Heidegger l'explique d'une manière que nous les québécois pouvons très bien comprendre... Le philosophe explique dans son texte classique La question de la technique que les gens construisaient à l'époque des moulins rudimentaires afin de canaliser l'énergie d'une rivière. Les hommes pouvaient donc utiliser l'énergie d'une rivière sans trop peu déranger les poissons et autres trucs qui y vivent... Le problème survient quand on veut plus d'énergie et on y construit des barrages hydro-électriques de par le fait qu'on interfère dans la nature de la rivière. Quand on érige un barrage, et on le sait très bien au Québec, on pertube le courant de cette rivière afin de créer de l'énergie...

Revenons au hockey et vous allez comprendre ce que je veux dire en guise de conclusion à propos de PK Subban... PK Subban est selon moi le meilleur espoir parmi les jeunes joueurs du Canadien et probablement celui qui est le plus apte présentement à évoluer avec le Canadien et à bien s'adapter à la NHL. Il est extrêmement talentueux, il a du charisme, du style, bref, tout pour faire lever les foules du Centre Bell. En plus, on a bien vu cette année comment Yanick Weber et Ben Maxwell ne sont pas encore prêts pour la NHL tandis que PK Subban est prêt selon moi. Et pour l'avoir vu jouer deux fois en personne cette saison, une en tant que Bulldog et une en tant que Canadien, je ne suis pas le seul je crois à avoir été instantanément soulevé par ce jeune joueur abrasif, à chacune de ces deux occasions, la foule scandant avec enthousiasme "PK! PK! PK!" Ce qui m'énerve dans toute cette histoire ce sont ces raisons invoquées (ou non invoquée) pour ne pas garder PK Subban à Montréal comme l'espace dans le plafond salarial ou la situation contractuelle que j'évoquais plus haut. Si ces raisons sont en raison de principes techniques, et bien le hockey est comme bien des choses de la vie, soumis à la technique... Toutes ces clauses de la convention collectives, ces plafonds salariaux, ces équipements hyper-technologiques qui influencent le jeu, ces jeux interrompus pour faire place à des pauses publicitaires et j'en passe viennent influencer profondément le jeu. Alors que tout devrait être une question athlétique, on a affaire plus souvent qu'à notre tour à des questions techniques... Si on engage un homme pour diriger une équipe ce n'est pas parce qu'il est un fin renard pour dénicher les joueurs potentiellement explosif et pour brasser des affaires comme Frank Selke ou Sam Pollock le faisaient jadis, mais parce qu'il connait bien la convention collective...

C'est dans cette ordre d'idée que le hockey est encore une fois à l'image de notre vie de tous les jours...

Ce n'est pas seulement le cas du hockey où des aspects de la vie deviennent à tous les jours un peu plus dépendants à la technique. Avez-vous vu ces émissions de Découvertes à Radio-Canada autour des olympiques où l'on parlait du développement des équipements des athlètes de haut niveau au sein de laboratoires de recherche universitaires? Mais laissons le champs du sport d'élite... Dans votre vie de tous les jours, quand vous êtes considérés comme un dinosaure parce que vous n'avez pas de cellulaires (comme moi) ou de télévision HD (encore une fois, comme moi), quand on vous parle plus des propriétés de la bouffe que de son bon goût (comme à l'émission Kenpai à Radio-Canada), quand vous ne pouvez plus réparer vous-même une voiture parce qu'elle possède un ordinateur et que nos talents de mécaniciens ne suffisent plus... C'est ça la technique qui prend de la place dans votre vie... C'est comme ne pas faire jouer un joueur en raison de détails technique dans une convention collective plus que pour son talent...

Je vous suggère Henri Lefebvre et Jacques Ellul plus plus amples lectures à propos de la technique...

Et vivement, on veut PK...

13 commentaires:

Olivier a dit…

Même sans ordinateur, je suis pas capable de réparer un char.

Je suis capable de réparer un ordinateur par contre.

Ceci étant dit, je penses que tes excellentes réflexions ont un point aveugle: le CH est une business, Subban est un actif de cette business qu'ils cherchent, comme tous leurs autres actifs d'ailleurs, à maximiser. Pour eux ils font le calcul suivant: Subban, au premire jour de la saison prochaine, avec un an dans la LAH, va leur rapporter plus que Subban avec une demi-saison dans la LAH et une autre dans la LNH, il va être meilleur.

On peut être d'accord ou non, mais je penses bien que c'est ça leur idée. Parce que le Kid, l'an prochain, va quand même coûter 0.875 millions. Eux font le pari qu'en procédant ainsi, il va jouer non pas comme un joueur de 1.25 millions, mettons, mais comme un joueur de 2.5.. Grosse valeur ajoutée!

Mais je doute qu'en dehors du moment de signer un contrat le CH se fasse chier avec les histoires de gestion de contrat à long terme. On parle de l'équipe qui a sacré Huet dehors pour laisser la place à Price.

Mais ce que je dis là n'enlève rien à ton point central. Par ailleurs, je trouves que dans ton dernier paragraphe, tu amalgames quand même un peu trop technique et la consumérisation des modes de vie; je suppose qu'on peut voir la consumérisation comme une forme d'expansion de la technocratisation de l'existence (à travers une dépendance accrue à des systèmes de production instituant un rapport planifié à l'obsolescence? Je sais pas, je dis ça de même), mais vu d'ici ça me semble hardi.

Anonyme a dit…

Pk: je crois qu'il y avait aussi la technique de la maturité qui était de mise dans son cas. (ref. Guy Boucher)

Martin ITFOR a dit…

Bien sûr que je sais que c'est une business, mais bon... Et je sais qu'ils savent qu'ils vont en vendre en calisse des gogosses de PK quand il va être là... Parce que c'est un sapré bon joueur...

La consommation, ça fait parti de ce système parce que ça l'alimente. Pourquoi de nos jours toutes les compagnies ont des département de recherche et développement, parce que ça rapporte de rajouter une gadget à des choses pour que le modèle précédent soit désuet. Je dis souvent que bientôt on va pouvoir parler dans un cellulaire. Quand je dis ça c'est que c'est pas nécessairement l'utilité originale de l'objet qui est mise à l'avant plan, mais le gadget technique qui fait qu'on veuille le consommer...

Autre exemple, l'industrie de l'automobile. Ce que je trouve super impressionnant avec l'industrie américaine de l'automobile, c'est la manière dont, après avoir passé près de la faillite parce que personne ne voulait de voiture parce qu'elles ont des racks à bouteille d'eau comme dans la Dodge Caliber, et bien ils sont revenu en disant qu'ils oont comrpis le message et tout, mais Ford par exemple, nous revient avec tout les trucs de Microsoft Sync et tout... Ça veut tout dire... C'est le gadget qui vend...

Celà dit, la consommation est partie prenante du système technicien parce qu'elle fait parti d'un système complexe qu'on appelle le capitalisme... C'est ça l'ère de la "recherche et développement" on recherche et développe plus de gadgets qui vont rapporter que de choses qui vont avoir une utilité pour l'humanité...

Anonyme a dit…

Le capitalisme est un système très simple: voir simplement l'offre et la demande. La complexité vient des humains, qui n'on pas compris que les oeuvres que l'on dit de génie, sont en fait des evidences simple. Ces humains, je ne sais pas pourquoi, ont tedances a vouloir les compliqués. Espece de pensée tordus, d'ou l'on devrait regardé l'origine.

SZY a dit…

boring un peu...

par contre ,je suis en accord pour faire jouer ce PK!!

Martin ITFOR a dit…

En fait, une fois dit, "voir simplement l'offre et la demande" c'est pas si simple, parce que rien de ça n'est autonome et régulé d'une manière naturelle... Ça n'existe simplement pas la "Main invisible", il faut, selon moi, être naïf pour croire à ça...

___________________
SZY, merci du commentaire, j'ai toujours remarqué la baisse d'intérêt des lecteurs pour ce genre de textes que j'aime beaucoup écrire par contre... Je reviens très vite avec plus de sexe, de droye et de rockn'n'roll!

Simon a dit…

Bienvenue dans le monde du sport post-sabermetrics. Billy Beane des A's d'Oakland a vraiment changé la donne en utilisant des études statistiques volumineuse pour prendre des décisions autant athlétiques que financières.

Juste prendre l'exemple du VORP (Value Over Replacement Player) comme valeur de prise de décision c'est un peu malade mental. Maintenant que plusieurs sports utilisent des études statistiques comme celles de 'Moneyball' ce n'étais qu'une question de temps avant que ça atteigne la LNH.

La chance que t'as c'est que la LNH est largement peuplé de vieux croutons qui se fit à leurs instincts (voir les Cliff Fletcher, Brian Burke et autres Darryl Sutter)et très peu de gens qui en font une étude valable de ce qu'ils ont en avant d'eux. Ils ont tous un expert de convention collective par contre, question de pas trop se fourrer.

Après tout, le Canadiens se doit de rester compétitif pour faire le plus d'argent à long terme possible, il y a rien de mal à vouloir l'être le plus longtemps possible. Peu importe s'il vend des chandails cette année, il va en vendre plus dans les 5 prochaines..

Anonyme a dit…

suite de l'offre et la demande....
aussi, il est tout a fait légitime de ne pas laisser l'argent a un innocent les mains pleine. Est-ce que c'est la que ca devient complexe ?

Anonyme a dit…

suite 2... peut-etre que l'on voulait rendre mature PK avant de l'envoyer avec les freres k, carre de riz, et les autres attrait de mtl?

Martin ITFOR a dit…

C'est certain qu'il fallait qu'il aille à Hamilton, mai sje crois qu'il a fait ses leçons vite. POurquoi les équipes font confiance à des Bogosian, Doughty ou Shenn et nous on ne peut pas essayer PK, il va en faire des choses croche, c'Est certain, mais il est tu mieux que Gill ou Mara ou autre Spacek au point où on en est, moi je n'aime pas la défensive du Canadien à part Gorges et Markov, point... O'Burn s'en vient bien et il peut peut-être faire parti du lot, mais les autres... Même Hamrlik, je suis plus capable...

Anonyme a dit…

Alors on revient au sujet du début, c'est probablement une question d'argent et de futur autonomie. C'est de la technocraticriss ca!

Sébastian Hell a dit…

wôwôwô... tu aimes Gorges maintenant?

Martin ITFOR a dit…

Ben je trouve qu'il a prit un peu de cran, surtout à jouer avec MAra et Gill