Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

jeudi 25 février 2010

Rudi Ball

L'Allemagne nazie n'a pas seulement été l'hôte des jeux olympiques d'été à Berlin en 1936, elle fut également l'hôte des jeux d'hiver à Garmisch-Partenkirchen en Bavière. Encore une fois, l'occasion était parfaite afin de montrer par le sport la suprématie de l'Allemagne. Et bien sûr, des 17 épreuves disputés, y figurait le hockey sur glace. Sachez tout d'abord que ce n'est pas le Canada qui emporta la médaille d'or au hockey lors de ces jeux, mais bel et bien la Grande-Bretagne. Une équipe nationale britannique bourrée de joueurs d'origine canadienne qui surprit les canadiens en ronde des médailles. Ce fut d'ailleurs la seule fois avant l'apparition des soviétiques dans les années 50 que le Canada ne remporta pas la médaille d'or. Mais la chose la plus surprenante de ces jeux si l'on considère le climat politique de l'Allemagne nazie lors des jeux olympiques de 1936 fut un joueur nommé Rudi Ball.

Rudi Ball est né en 1910 à Berlin d'une famille juive. C'est à l'âge de 15 ans que Ball assiste à son premier match de hockey alors que le Berliner SC affronta le Wiener EV. Il y avait dans l'équipe viennoise un jeune canadien étudiant la médecine en Autriche nommé Blake Watson ayant remporté la Coupe Memorial en 1923 avec les Bisons de l'University of Manitoba. C'est en voyant un match de hockey avec une intensité unique de la part du joueur canadien que Ball décida de devenir un joueur de hockey. Son père lui donna alors en cadeau une paire de patin importée du Canada faite pour jouer au hockey. Ses premiers essais au hockey furent un peu hasardeux, lui qui éprouva des maux aux chevilles. Mais voulant persévérer afin de devenir aussi bon que ce joueur canadien qu'il vit en ce soir de décembre 1925, Ball continua sa progression malgré les douleurs que cela lui procurait.

C'est en 1928 que Ball débuta la pratique du hockey au sein de ligues organisées avec le
Berliner SC. Ses talents à manier la rondelle et son tir foudroyant ainsi que sa rapidité d'exécution furent très vite remarqués, notamment lorsqu'il mena son équipe au championnat d'Allemagne en 1929. Il fut très tôt pressenti à représenter son équipe nationale qu'il aida à mener jusqu'à une défaite en finale des championnat du monde en 1930, s'inclinant devant les canadiens. Une défaite en finale contre la Canada montrait relativement une certaine forme de supériorité au hockey international, à cette époque, les représentants du Canada étant presque imbattables. C'est également en 1930 qu'un magazine français nomma Ball le meilleur joueur de hockey en Europe. Lors des Jeux de Lake Placid en 1932, Ball aida à nouveau son équipe nationale à atteindre le podium en se méritant une médaille de bronze. Ball était donc un des éléments important qui faisait briller l'Allemagne au niveau international et c'est ce qui allait poser problème 4 ans plus tard...

En 1936, l'Allemagne est dorénavant sous un gouvernement ouvertement antisémite. Et lors de la constitution de la délégation des jeux de Garmisch-Partenkirchen, les autorités nazies étaient très reluctants à inviter Rudi Ball, un joueur de hockey juif, à évoluer avec l'équipe nationale olympique allemande, même si ce dernier est considéré comme le meilleur joueur de hockey en Europe. Imaginez la consternation si l'Allemagne nazie remporte les honneurs avec un joueur juif à l'avant-plan. Rudi Ball fut donc exclu de l'équipe qui allait représenter l'Allemagne à Garmisch-Partenkirchen. Suite à cette décision, Gustav Jaenecke, ami et coéquipier de Ball, décida de refuser l'invitation à jouer avec l'équipe nationale allemande à moins que Ball ne s'y joigne... Devant la possibilité de ne pas avoir l'un des meilleurs joueurs et de ne pas avoir de succès sans Ball, la direction de la délégation allemande non seulement invita Ball à se joindre à l'équipe olympique, mais le nomma capitaine de l'équipe. On dit que Ball aurait négocié sa participation en retour d'une protection pour sa famille.

Rudi Ball fut donc l'un des deux joueurs d'origine juive à avoir représenté l'Allemagne lors des jeux Olympique de 1936. L'autre athlète juif à avoir représenter l'Alemagne fut l'escrimeuse juive Helene Mayer qui représenta l'Allemagne lors des jeux d'été à Berlin, remportant pour sa part la médaille d'argent. Du côté de Rudi Ball, il fut un élément très important pour sa délégation jusqu'à ce qu'il se blessa après 4 matchs. Sans Ball, l'Allemagne termina au 5e rang...

Ball demeura en Allemagne jusqu'en 1948 alors qu'il alla rejoindre son frère Heinz qui habitait en Afrique du Sud depuis près de 10 ans. Entre 1928 et 1944, année où il quitta son équipe du Berliner SC, Ball prit part à 8 équipes championnes de l'Allemagne. Il a d'ailleurs représenté l'Allemagne jusqu'en 1941, même en étant d'origines juives... Dès son arrivée en Afrique du Sud, il poursuivit sa carrière de hockeyeur dans ce pays où le hockey n'est pas dans les mœurs jusqu'en 1952.

Il mourut dans son pays d'adoption en 1975 après avoir connu une seconde carrière en tant qu'homme d'affaire très respecté...

Son importance dans l'histoire du hockey de l'avant-guerre fut remarqué lorsqu'il fut intronisé au Temple de la renommée de l'IIHF en 2004...

Aucun commentaire: