Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

mercredi 3 mars 2010

Poul Popiel

Mon ami Antoine m'a fait une demande spéciale, parler de Poul Popiel... Avec un nom comme ça, comment résister... J'avoue que je ne connaissais pas Poul Popiel et je me demande pourquoi, c'est en plein le type de joueur que j'aime. Un joueur qui est né dans un pays scandinave, qui s'est promené beaucoup durant sa carrière et qui a un nom étrange... Bref, le joueur parfait pour être un sujet sur ce blogue. Je remercie mon ami Antoine pour le cue!

Poul Popiel est né en février 1943 à Søllested au Danemark. Sa famille a toutefois immigrée à St-Catherines en Ontario en 1951. C'est d'ailleurs dans son pays d'adoption. Après une carrière junior dans la ligue de l'Ontario avec l'équipe locale, Popiel se joint à l'organisation des Black Hawks de Chicago. Il se joint donc lors de la saison 1963-64 aux Braves de St-Louis de la Central Hockey League lors de la première saison de la ligue où il se mérita le trophée Ken McKenzie remis à la meilleure recrue de la jeune ligue en compagnie d'un certain Garry Peters. La saison suivante, il monta de calibre pour se joindre aux Bisons de Buffalo de l'AHL. Il joua une saison avec l'équipe avant d'être réclamé par les Bruins de Boston lors du repêchage intra-ligue. Si j'ai bien compris, ce type de repêchage annuel où l'équipe devait protéger un certain nombre de joueurs et les autres équipes peuvent repêcher parmi les joueurs non-protéger. C'est de cette manière par exemple que les Bruins firent l'acquisition de Gerry Cheevers en 1965 alors que les Leafs protégèrent Terry Sawchuk et Johnny Bower.

À l'époque des 6 équipes, le travail dans la NHL était très rare et c'est pourquoi bien qu'il changea d'équipe affiliée, Poul Popiel ne trouva pas plus d'emploi dans la grande ligue. En deux saisons dans l'organisation des Bruins, il ne joua que 3 matchs avec l'équipe, passant deux saisons à la ligne bleue des Bears de Hershey. Quand en 1967 la NHL passa de 6 à 12 équipes, Popiel croyait, tout comme une génération de joueurs croupissant dans les mineures, que les portes de la NHL lui furent enfin ouvertes. La chance espérée pour Poupiel de se tailler une place dans la NHL ne se concrétisa malheureusement pas. Ayant été réclamé lors du repêchage d'expansion par les Kings de Los Angeles, Poupiel ne joua qu'un seul match dans l'uniforme pourpre et or. Il passa la fameuse saison 1967-68 toujours dans l'AHL mais avec les Kings de Springfield.

Le défenseur d'origine danoise débuta à nouveau la saison 1968-69 résigné à passer une autre saison dans les mineurs jusqu'à ce que les Kings l'échangèrent aux Red Wings au mois de novembre en retour de Ron Anderson. C'est dans l'uniforme des Wings que Poupiel perça enfin un alignement de la NHL. Il joua 62 matchs avec les Red Wings, terminant avec un différentiel de +10. Lors de la saison suivante, en 1969-70, les Wings eurent moins besoin de Popiel que la saison précédente et le cédèrent sporadiquement aux Barons de Cleveland de l'IHL. Alors que son rôle avec les Red Wings diminua, les Canucks de Vancouver le réclamèrent lors du repêchage d'expansion de 1970. Et contrairement avec la première occasion où il fut repêché par une équipe d'expansion, Poupiel se tailla une place avec les Canucks, jouant 78 matchs avec la nouvelle équipe en 1970-71.

Mais tout comme lors de sa deuxième saison avec les Red Wings, Popiel se vit relégué à la Ligue américaine lors de sa seconde saison avec les Canucks, évoluant avec les Americans de Rochester. Malgré son rôle avec les Canucks ayant diminué lors de la saison 1971-72, une autre opportunité se dressa devant Popiel en 1972 lorsqu'il fut repêché lors de l'encan d'expansion de la WHA par les Aeros de Houston. Popiel allait pouvoir être à un poste régulier pour la première fois de sa carrière. Il passa 6 saisons avec les Aeros, étant même nommé sur la seconde équipe d'étoile de la WHA à deux reprise, en 1975 et en 1977. Toutefois, lorsque l'équipe disparut de la surface de la ligue rebelle, Poul Popiel prit le chemin de l'Autriche.

Contre toutes attentes, lors de la saison 1979-80, alors que l'équipe fut ravagée par les blessures, Glen Sather engagea Poul Popiel afin d'évoluer avec les Oilers d'Edmonton. Pour la première fois depuis 7 saisons, Popiel se trouva à nouveau dans la NHL. Il joua 10 matchs dans l'équipe de Wayne Gretzky avant de prendre le chemin de Houston dans la CHL. Il se retira pour de bon deux saisons plus tard alors qu'il évoluait avec les Mohawks de Muskegon dans l'IHL.

Lorsque Frans Nielsen fit ses débuts dans la NHL en 2007, Popiel fut au centre d'un débat. Alors que les Islanders affirmèrent que Nielsen fut le premier danois à jouer dans la NHL, certains geek comme moi sortirent sur la place publique pour affirmer que Poul Popiel fut le premier danois à jouer dans la NHL. Au centre d'un débat de nerds, Popiel, qui fut formé au Canada et qui possédait sa nationalité américaine, affirma alors en entrevue que Frans Nielsen était vraiment le premier citoyen danois à avoir évolué dans la NHL...

Frans Nielsen n'a toutefois pas un nom aussi cool que Poul Popiel...

3 commentaires:

Jocelyn Turbide a dit…

Merci beaucoup...j'ai toujours cru qu' O-Pee-Chee avait fait une erreur sur sa carte de hockey et que son véritable nom était Paul Popiel!

Jocelyn Turbide a dit…

Un joueur qui m'as toujours intrigué de par son nom et surtout son style est Henri Boucha!
On aurait dit un franco à saveur autochtone...si jamais un jour ça te tente d'élaboré!
En passant j'ai entendu Christian Tétreault faire une capsule sur un certain RUDY BALL...coïncidence ou lecteur assidu!

Martin ITFOR a dit…

Je veux parler d'Henri Boucha depuis longtemps, mais tsé, il faut se garder du stock... Man, un indien avec un bandeau!!!

Bonjour Christian!