vendredi 23 avril 2010

Les Mariners du Maine

Je vais passer le prochain week-end en Nouvelle-Angleterre, question de faire quelques concerts. Je vais m'arrêter samedi dans la ville de Portland sans le Maine question de croiser le fer avec cette ville pour la première fois afin de littéralement faire du bruit. Portland est bien sûr le lieu où sévissent les Pirates de Portland de l'AHL, le club-école des Sabres de Buffalo. Mais en d'autres temps, la ville de Portland était le siège d'une des équipes les plus puissantes de son époque au sein de ce circuit, les Mariners du Maine.

L'histoire de cette équipe commence en 1977. à Cette époque, la American hockey League, deuxième plus vieux circuit de hockey professionnel en Amérique du Nord, connait probablement la pire période de son histoire. L'ère des expansions et l'avènement de la WHA ont volé à cette ligue beaucoup de joueurs d'impact relevant la qualité de ce circuit ainsi que des marchés qui lui étaient propres. Avec les expansion de la NHL et de la WHA, les gros marchés traditionnels de l'AHL comme Québec, Pittsburgh, Buffalo, Philadelphie et Cleveland avaient quitté la ligue et l'avait forcé à essayer de s'étendre dans des marchés pas toujours ouverts au hockey. Par exemple, lorsque les légendaires Barons de Cleveland quittèrent cette ville en raison de l'apparition des Crusaders de la WHA, l'équipe en fortes difficultés financières alla mourir à Jacksonville en Floride.

Et question de ne pas faciliter la chose, une autre ligue rivale, la North American Hockey League, tentait au milieu des années 70 de disputer le marché du hockey professionnel mineur à l'AHL, surtout en Nouvelle-Angleterre. La ligue avait des équipes comme les Jaros de Beauce, les Firbirds de Philadelphie, les Nordiques du Maine et surtout, les Jets de Johnstown, l'équipe qui inspira les Chiefs de Charlestown de Slapshot.

Ces deux facteurs firent en sorte de faire passer de 1974 à 1977 l'AHL de douze à six équipes : Les Voyageurs de la Nouvelle-Écosse (le club-école du Canadien), les Nighthawk de New Haven, les Reds de Providence, les Bears de Hershey, les Americans de Rochester et les Indians de Springfield. Et comble du malheur, les Reds de Providence, la seule équipe née avec la ligue en 1936, déclara forfait à la fin de la saison 1976-77, ce qui mit en péril le vénérable circuit...

Deux choses virent miraculeusement relancer subitement l'AHL. Premièrement, la North American Hockey League disparut après la saison 1976-77, ce qui fit en sorte que les Firebirds de Philadelphia et les Dusters de Binghampton se joignirent à l'AHL, les derniers en fusionnant avec ce qui restait des Reds de Providence. Les Gulls d'Hampton joignirent également le circuit suite à la disparition de la Southern Hockey League à la même époque. Et à la même époque, les Flyers de Philadelphie décidèrent également d'établir leur club-école dans la AHL et Portland dans le Maine semblait la destination idéale. À la même époque que les Flyers instaurèrent les Mariners du Maine dans la AHL, les Nordiques de Québec, toujours dans la WHA à l'époque, voulaient également déplacer leurs Nordiques du Maine de la NAHL vers l'AHL, mais à Lewiston et non à Portland. Le débat à savoir s'il y aurait deux équipes dans la même ligue venant du "Maine" ne dura pas très longtemps et les Mariners furent la seule équipe portant le nom Maine pour la saison 1977-78 de l'AHL.

Comme les Flyers de Philadelphie étaient une puissance de la NHL à la fin des années 70, beaucoup de joueurs de talent attendait l'appel du grand club, ce qui fit en sorte que les Mariners connurent automatiquement un franc succès à leur arrivée dans l'AHL. Les Mariners remportèrent la Coupe Calder lors de leur deux premières saisons dans la ligue. Deux ans plus tard, avec un jeune gardien suédois nommé Pelle Lindbergh, les Mariners s'inclinèrent en finale contre les Red Wings d'Adirondacks. (Ce n'est pas lui sur la photo mais bien Samuel St-Laurent.) En fait, les Mariners atteignirent la finale e la Coupe Calder à 5 reprises lors de leur 7 première saisons. À la saison 1983-84, bien qu'ils conservèrent leur couleurs oranges, les Mariners devinrent affiliés aux Devils du New Jersey. Même si leur club affilié dans la NHL en arrachait royalement à l'époque, les Mariners remportèrent la Coupe Calder pour la troisième fois de leur histoire au printemps 1984 en défaisant l'équipe qui les avait vaincus la saison précédente, les Americans de Rochester.

Après la saison 1985-86, les Devils décidèrent de déménager leur club-école dans la ville d'Utica dans l'État de New York. Mais aussitôt, les Bruins de Boston décidèrent de faire revivre les Mariners et d'en faire leur club-école. Les Mariners allaient dorénavant porter le noir, jaune et blanc des Bruins au lieu du orange, blanc et noir des Flyers. La période d'affiliation des Bruins fut un peu moins glorieuse que celle avec les Devils et surtout avec les Flyers. Les Mariners affiliés aux Bruins ne feront les séries éliminatoires qu'à 2 reprise durant les 6 saisons que dura cette affiliation. En effet, après 6 saisons à Portland, les Bruins de Boston déménagèrent leur club-école à Providence et en firent les Bruins de Providence que nous connaissons de nos jours. Un an plus tard, le marché de Portland fut à nouveau le théâtre du hockey de l'AHL alors que les Capitals de Washington établirent leur club-école dans cette ville et les nommèrent les Pirates de Portland. S'en était donc terminé des fameux Mariners du Maine...

Les Pirates de Portland sont de nos jours le club-école des Sabres de Buffalo...

Outre le grand Pelle Lindbergh, Ken Linseman, Dave Poulin, Alain Vigneault (oui!), Pete Peeters, Bob Froese, Craig Bilington, Chris Terreri, Greg Millen, Barry Pederson, Stéphane Quintal et Bill Ranford ont porté les différentes couleurs des Mariners du Maine...




1 commentaire:

Nick T. a dit…

Excellent article, Martin. Ça me fait toujours tripper les histoires de ligues mineures...