jeudi 26 août 2010

Quelques faits et règles sur les gardiens...


Quelle belle position que celle du gardien au hockey. Cette position unique nécessite en soi une attention spéciale due à sa nature.

Voici quelques règles et faits à propos du Gardien :

-C'est une dénommé Ed Wildey, entraîneur des Young Rangers de Toronto, une équipe junior de Toronto dans les années 1930, qui eut l'idée de mettre un sixième attaquant à la place du gardien lorsque son équipe perdait...

-Parlant de retrait du gardien... Dans les années 80, la NHL passa une règle interdisant au gardien qui se retirait pour un autre attaquant de laisser son bâton par terre devant le but pour bloquer les rondelles à ras le sol qui pourraient se diriger dans un filet désert. C'est le défunt Roger Neilson qui eut cette idée un peu pas très fair qui devint une interdiction. La chose à retenir c'est que c'est illégal, mais peut-être4 que l'arbitre de votre ligue de garage ne le sait pas, essayez-le si vous voulez...

-Parlant de pas de gardien dans les buts, une autre règle faisait rage ou ne faisait pas rage justement au début du hockey que l'on peut trouver absurde de nos jours. Jusque dans les années 30, croyez-le ou non, le gardien devait purger son temps au banc si ce dernier était pénalisé. Un joueur pouvait alors prendre le bâton du gardien et faire de son mieux pour stopper l'attaque de l'adversaire. Je vous rappelle que ce n'est pas avant les années 60 que les équipes furent dotées de gardien substituts. On raconte que le grand King Clancy, alors qu'il était avec les Senators d'Ottawa durant les années 20, aurait tenu le coup d'une violente attaque des Eskimos d'Edmonton alors que son gardien Clint Benedict était au banc en pleine finale de la Coupe Stanley...
Cette règle ne fait pas beaucoup de sens avec les yeux de gens qui ont vu le jeu rapide de notre époque... Imaginez les Flyers de la période Ron Hextall sous cette règle...

-Parlant de Clint Benedict... Vous savez peut-être que plus tard dans sa carrière il devint le premier gardien à porter un masque durant un match de la NHL. Il est malheureusement reconnu de nos jours que pour cet évènement et non pour ses prouesses devant un filet. En janvier 1930, alors un gardien vétéran évoluant pour les Maroons de Montréal, Benedict se fait casser le nez lors d'un match contre le Canadien par un tir du grand Howie Morenz. Ne pouvant bien récupérer, Benedict décida de porter une pièce de cuir protectrice pour les prochains matchs. Il le porta pour la première fois le 20 février 1930 contre les Americans de New York et durant 4 autres matchs par la suite. Le masque était très inconfortable et Benedict tenta entre chaque match de l'améliorer mais en vain. Lors du dernier match de la saison, ayant parfois la vue obstruée par le masque, Benedict frappa violemment la glace, n'aggravant pas sa blessure au nez. Ce fut non seulement le dernier match de Benedict avec un masque, mais également dans la NHL, lui qui fut mis au ballottage entre les deux saisons sans être réclamé. Il fut intronisé au Temple de la Renommée en 1965.


-Parlant de masque... Vous n'êtes pas sans savoir qu'il fallut attendre presque 30 ans avant qu'un autre gardien, Jacques Plante, ne revêtisse un masque durant un match, mais par contre, la plupart des gardiens portaient, durant les années 50, un masque lors de pratiques. Plante, qui fut un véritable pionnier du masque, allant même jusqu'à avoir sa propre compagnie de fabrication de masque dans les années 60 et 70, expérimenta beaucoup de masques différent lors de ses entraînement lors des années 50 afin de parfaire le masque en tant que protection faciale qui n'obstruait pas la vue. Certain avaient même des airs d'Elephant Man en habit de gardien... Le grand Johnny Bower des Maple Leafs pour sa part ne se compliquait pas trop la vie avec ça, il se fit faire une sorte de masque en plexiglass pour se protéger le visage lors des entraînement. Inutile de dire qu'il ne porta jamais cette baie vitrée lors de matchs...


-Parlant de Johnny Bower... J'ai peut-être déjà expliqué cela ailleurs, mais l'anecdote me fait mourir de rire à chaque fois que j'y pense... Johnny Bower n'a jamais porté de masque, il a prit sa retraite en tant que plus vieux gardien de l'histoire de la NHL sans jamais n'avoir eu le visage couvert. Au début des années 60, le hockey avait drastiquement changé par rapport au temps où Bower débuta sa carrière professionnelle dans les années 40. Frustré de ce nouveau type de tir très dangereux pour un gardien sans masque que l'on nommait le slap shot, Bower alla voir les dirigeants de la ligue afin d'interdire ce type de lancer très puissant... À cet époque, le plus populaire joueur de hockey était un jeune blondinet au tir foudroyant nommé Bobby Hull. Nul besoin de dire que la NHL retourna Bower chez lui en lui recommandant de s'adapter. Après tout Bobby Hull était un joueur plus vendeur pour le hockey que le vétéran gardien des Leafs...

C'est un peu l'équivalent de nos jours d'aller plaider à la NHL à propos d'interdire à Alex Ovechkin de jouer avec la fougue qu'il transporte... Ça peut bien frustrer Don Cherry, mais Don Cherry ne remplit pas les arénas...

1 commentaire:

Bigzilla a dit…

Salut,

J'aime beaucoup tes articles et surtout celles sur les gardiens de buts. Les points que tu amènes sont très interessantes.

VOici un lien qui pourrait t'interresser. Un blog qui a un "Absurd Goalie Monday" tous les semaines. Des gardiens qui te font dire: Ah oui...lui!!!
http://scottywazz.blogspot.com/search/label/Absurd%20Goalie%20Monday

Aussi, j'aimerais savoir ton opinion sur mon article que j'ai écrit sur fanatique, il y a un peu plus d'un an.
http://www.fanatique.ca/lnh/garder-les-buts-au-21e-siecle+3619.html

Merci,
Matthieu (Un lecteur assidu de tes chroniques).