Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

dimanche 9 janvier 2011

Une histoire parmi tant d'autres de hockey mineur...


Ça fait un petit bout que je me renseigne à propos du hockey mineur québécois afin de voir à quel point ce dernier est mal fait, comment il n'encourage pas les jeunes à s'épanouir et à ultimement aimer jouer au hockey... J'étais à un souper hier pour l'anniversaire d'une amie et un couple assis à côté de moi et ma femme nous ont raconté leur aventure dans le merveilleux monde du hockey mineur...

Ça s'est passé il y a quelques années. Le plus vieux des trois enfants du couple étant très doué dans les sports, notamment au soccer, avait manifesté son intérêt à jouer au hockey. Le papa content comme 32 de voir que son fils veuille jouer au hockey l'inscrit au hockey mineur dans la ville où ils demeurent, à Dollard-Des-Ormeaux.

Dès la première journée de la saison, papa est consterné... Comme la plupart des jeunes quand nous étions des marmots, jeune homme ne savait pas exactement patiner. Papa croyant que la majorité était comme ça et qu'il aurait à faire un peu de chaise avant de jouer s'est vu pas mal déçu en apprenant que son fiston était en fait l'un des deux seuls à ne pas savoir patiner... En fait, il fut encore plus sur le cul de savoir que non seulement les autres savaient déjà patiner, mais qu'ils savaient déjà faire des pivots et des patinages en croisée...

C'est là qu'une très charitable personne a expliqué qu'il n'y avait qu'un pourcentage infime de joueurs qui atteignait la NHL, il fallait mettre toutes les chances de son bord et qu'il n'y avait pas de temps à perdre. Dès 4-5 ans, petit homme est inscrit à des cours privés et à des écoles d'été afin d'être ce 0,01% qui va atteindre la NHL... Ne lui demandez pas si il a du plaisir, mais je dis ça comme ça... Et comme l'enfant vient du West-Island de parent assez aisé, il a plus de chance que n'importe qui en région pour atteindre les plus haut niveaux parce qu'il a plus accès aux cliniques ou autres moyens de perfectionnement que papa et maman ont les moyens de lui payer... En retour, les parents se prendront un malin plaisir parmi les autres à se tirer un certain standing à voir leur petit marmot de 5-6 ans être le meilleur comme si c'était leur cheval de course...

Imaginez quand ils auront des agents à 12 ans?

Et bien l'année s'est déroulée et le fils aîné du couple comme j'ai dit plus haut ayant un tempérament très sportif a quand même appris vite et est devenu rapidement le joueur qui s'améliora le plus rapidement. Quant à papa, après un hiver à payer au dessus de 500$ pour aller se faire casser les couilles avec des hockey moms qui ne font que parler des écoles d'été où leur kid de 6 ans ira et de quel machin ils viennent de leur acheter et tout, il a décidé que la niaiserie avait assez duré. Devant le fait que petit bonhomme n'aimait pas non plus l'atmosphère du hockey mineur, il a décidé de concentrer les activités de son fils au soccer... Étant une famille de classe moyenne (maman est enseignante et papa travaille comme chimiste dans un lab), payer une bonne somme du budget familial (famille de 3 enfants) pour aller se faire chier, ce n'est quand même pas un loisir très valorisant...

Je doute que cette histoire soit unique. Le hockey mineur au Québec est en soi un système mal fait qui semble ne pas comprendre qu'il est malade. Quand on voit de nos jours que la santé du football mineur, un sport encadré par les écoles où l'équipement est fournis et où les parents n'ont que peu à faire dans la chaîne de commandement, on voit bien comment le hockey mineur creuse sa propre tombe... Le système demande selon moi d'être mis par terre et refait en grandeur parce qu'il n'y aura plus de joueurs de hockey québécois un jour qui atteindra la NHL à moins d'avoir été une machine dont on a investit des sommes colossales sur le jeune...

Avec une histoire de la sorte, ne vous surprenez pas de voir plus d'Alexandre Daigle, c'est-à-dire de jeunes qu'on a poussé loin qui n'aimaient pas nécessairement jouer au hockey... Selon moi des histoire de la sorte enlèveront le plaisir de joueur aux enfants...

C'est une histoire comme ça, mais j'ai l'impression qu'il y en a plus qu'une de la sorte...

2 commentaires:

Rick a dit…

À lire : http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/progres-dimanche/201101/07/01-4358022-toujours-des-pourris.php

Ça rejoint un peu ton billet sur l' "évolution" des parents face au hockey mineur.

@+

Anonyme a dit…

Ton commentaire est tellement vrai...
Le hockey mineur est rendu une industrie, ou le plaisir n'a plus sa place.
Dès le plus jeune âge, les parents voient déjà leur progéniture dans les ligues majeures.

Dan