mercredi 16 février 2011

Henry Boucha

Pour ceux qui collectionnaient les cartes de hockey dans les années 70, Henry Boucha était une drôle de bibitte. Premièrement, la plupart des fans québécois pensaient qu'il y avait une faute sur le nom du joueur, qu'on avait oublié le "rd" de Bouchard. Mais son nom était bel et bien Boucha. L'autre chose qui attira l'attention des fans de hockey des années 70 était le fait que Boucha portait un bandeau lorsqu'il jouait, ce qui le rendait cool parce qu'il portait les cheveux long en plus!

Et non, Henry Boucha n'était pas un francophone. Il est né à Warroad au Minnesota en 1953. Boucha est d'ailleurs d'origine amérindienne, Ojibwe pour être plus précis. C'est dans sa ville natale de Warroad qu'il débuta son hockey junior alors qu'il était au high school. À cette époque, Boucha était un des meilleurs espoirs du hockey amateur du Minnesota et il est toujours reconnu comme un des meilleurs joueurs ayant joué au niveau high school dans cet État.

Après une saison à jouer pour les Jets de Winnipeg de la ligue junior de l'Ouest en 1969-70, Boucha fit son service militaire et se joint à l'équipe nationale américaine d'une manière permanente. En 1971, il participa au Championnat du monde à Berne en Suisse où il empocha sept buts en dix matchs avec une équipe américaine assez faible. Cette performance fit en sorte que les Red Wings repêchèrent Boucha en seconde ronde, 16e au total au repêchage de 1971. En 1972, Boucha se fit remarquer par le monde du hockey professionnel en prenant une très grande part dans la médaille d'argent de l'équipe américaine au Jeux de Sapporo. À noter que les futurs stars Mark Howe et Robbie Ftorek faisaient également partis de l'équipe olympique américaine. À noter également que le Canada à cette époque boycottait les activités de l'IIHF et incidemment des Olympiques en raison de son refus d'accepter des joueurs semi-professionnels, considérant la participation des joueurs soviétiques, de joueurs de hockey de carrière considérés comme amateurs, à ces compétitions...

Après sa performance aux Olympiques de Sapporo, Boucha prit la direction de Detroit afin de terminer la saison avec les Wings. Natif des États-Unis, le joueur au bandeau devint très rapidement un joueur très populaire auprès des fans des Red Wings. Il faut dire qu'à cette époque, les fans des Red Wings n'avaient pas grand chose à se mettre sur la dent. Outre les prouesses du jeune Marcel Dionne, les Red Wings formaient une équipe plutôt endormante... Boucha formait pour sa part un trio assez honnête avec Red Berenson et Bill Collins. Boucha joua deux saisons avec des Red Wings qui n'étaient plus une puissance de la NHL avant d'être échangé à une autre équipe faible, les North Stars du Minnesota.

Henry Boucha fut échangé en août 1974 à l'équipe de son État natal, les North Stars du Minnesota, en retour de Danny Grant. Boucha fut alors pressentit comme étant potentiellement un joueur qui allait être la pierre angulaire de l'équipe. L'idée n'était pas bête, Boucha, un natif du Minnesota, comme vedette de l'équipe de son État natal. Malheureusement, Boucha ne put s'établir comme une pierre angulaire de l'équipe... Le 4 janvier 1975 alors que les Stars affrontaient les méchants Bruins de Don Cherry, Boucha fut victime d'un coup de salaud à la tête de Dave Forbes. Alors que les deux joueurs s'étaient battus plus tôt dans le match, Forbes tenta de relancer Boucha en le frappant avec son bâton au visage, atteignant son œil et continua à le frapper alors que Boucha gisait au sol. Boucha eut le crâne fracassé sous l'œil droit ce qui atteint sa vision et nécessita une chirurgie.

La carrière de Boucha fut très affectée par cet accident. L'année suivante, il tenta de relancer sa carrière dans la WHA avec les Fighting Saints du Minnesota. Comme je l'ai expliqué ailleurs, l'équipe avait comme but à l'origine de se construire avec uniquement des joueurs natifs de cet État. Boucha avait été repêché par cette équipe en 1972 lors de la formation de la ligue. Il fut d'ailleurs le seul joueurs n'étant pas un joueur établis comme Bobby Hull, Jean-Claude Tremblay ou Pat Stapleton qui fut repêché en première ronde... Le passage de Boucha par contre lors de la saison 1975-76 avec les Fighting Saints fut plutôt bref. Après 35 matchs où il récolta une moyenne de près d'un point par match dans la WHA, il fit un retour dans la NHL avec les Scouts de Kansas City où il constata que son talent avait diminué. Lorsque la franchise déménagea à Denver en 1976, Boucha prit le chemin du Colorado. Malheureusement pour lui, il en vit à la conclusion que l'incident de janvier 1975 avait trop affecté son talent pour pouvoir continuer à jouer au hockey d'une manière professionnel. Il prit sa retraite après 9 matchs avec les Rockies du Colorado. Il avait 23 ans...

Pour ce qui est de l'assaut de Dave Forbes, ce geste eut des répercussion assez graves... Forbes fut non seulement à l'époque suspendu par la NHL pour 10 matchs, son geste eut des conséquences légales. Forbes fut accusé d'assaut avec un arme (un bâton de hockey) par l'État du Minnesota. Ce joueur natif de Montréal fut alors le premier athlète qui reçut des accusations criminelles pour un geste qui eut lieu dans une compétition sportive. Heureusement pour lui, le jury fut incapable d'en venir à un verdict et la cause tomba.

Par contre, Boucha intenta une poursuite civile de 3,5 millions de dollars contre Forbes, les Bruins de Boston et la NHL pour dommage et intérêt. Le tout se régla avec une entente hors cours de 1,5 millions de dollars à l'automne de 1980... Il s'agissait à l'époque de la plus grosse entente relativement à des dommages subis lors de la pratique d'un sport...

Il entreprit par la suite une carrière dans l'immobilier...

L'apport de Boucha au hockey américain fut reconnu en 1995 alors qu'on l'intronisa au Temple de la Renommée du hockey américain...

On le surnommait le Chief...


1 commentaire:

petitdelidalida a dit…

"Warroad" Sentier de la guerre... On veut plus de noms de petits bleds perdus comme ça!