lundi 26 septembre 2011

La place de Ron Hextall dans le mythe de Pelle Lindbergh




Petit texte philosophique sur les Flyers de Philadelphie...

Ça a rapport à l'un des sujets les plus intéressant selon moi de l'histoire de la NHL, le problème de gardien des Flyers... Du moins la symbolique que l'entoure et la place de deux gardien dans cette histoire. Vous n'êtes pas sans savoir que les Flyers ont toujours eu un gros problème entre les poteaux, surtout dans les dernières années. La récente acquisition d'Ilya Bryzgalov est déjà perçue comme une brisure avec cette tare qui suit les Flyers depuis... Depuis quand déjà? Ah oui, depuis la mort tragique de Pelle Lindbergh... C'est ce que l'on mentionne régulièrement quand on fait référence au fait que les Flyers n'ont jamais eu un gardien stable depuis des décennies...

L'idée est très romantique. Celle d'un gardien décédé dans la fleur de l'âge, dans la gloire et dont l'équipe ne s'est jamais remis de son départ tragique... Cette mention est souvent selon moi en oubliant un très bon gardien de but, Ron Hextall. Quand ce type de discussion survient notamment dans les médias québécois, et que l'on mentionne ainsi que les Flyers n'ont pas connu de bons gardiens depuis Lindbergh, le nom d'Hextall prend toujours une tournure étrange. Quand on mentionne le nom d'Hextall, on balaye toujours son nom du revers de la main? On répond souvent qu'il a peut-être gagné un Conn Smythe, mais sans plus. C'est souvent en oubliant même que le gardien des Flyers au sang chaud a remporté un trophée Vézina... À celà on peut dire que José Théodore en a déjà remporté un, mais quand même...

J'ai toujours été un grand fan de Ron Hextall, même quand il jouait avec les Nordiques. Après tout, il est un des joueurs les plus singuliers que j'ai pu voir. Je crois qu'il est également considéré comme un des grand joueur des Flyers, du moins un des plus populaire de son histoire. Alors pourquoi ne pas le mentionner que le point de départ du problème de régularité au poste de gardien des Flyers vient après Hextall? Est-ce parce qu'il était un gardien un peu salaud, il est toujours le leader en matière de pénalité pour un gardien, ou bien est-ce mieux de partir le tout d'un histoire tragique?




Dans les deux cas l'histoire est un construit. Sans rien enlever à l'histoitre de ce dernier, la mort de Lindbergh dans un accident de voiture alors qu'il était en état d'ébriété le 10 novembre 1985 n'a rien d'héroïque. C'est l'image en soit du jeune gardien mort en pleine gloire qu'on a retiré pour en faire une image presque mythique dans celle des Flyers qui a porté un ombrage sur la carrière brillante de Ron Hextall au point tel qu'on ne considère plus, du moins ici au Québec, ce dernier comme ayant été un grand gardien. Si on a fait de Pelle Lindbergh une sorte de sacrifié symbolique, une personne qu'on a perdu trop tôt, on a fait de Ron Hextall un gardien sous-évalué malgré le fait qu'il ait connu une carrière où il a remporté non seulement un Conn Smythe, mais un Vézina également... Quoi de mieux que de marquer une traversée symbolique du désert en la commençant avec une perte tragique... Les dramaturges auraient pas pu créer plus brillante trame narrative.

La chose importante dans la création de trame narrative disons mythique (au sens barthien du terme) est de laisser un peu du réel dans la construction. Maurice Richard et son regard de feu qui score des buts avec 4-5 joueurs des Black Hawks sur le dos prime souvent devant le joueur silencieux, tout aussi salaud que ceux qui l'attaquaient et dont la personnalité était effacée. L'important est l'histoire construite avec ce grand joueur pour en faire un mythe. C'est peut-être la même chose dans le cas de Pelle Lindbergh. Sa mort tragique a su occulter les prouesse de Ron Hextall au point même ou sa perte se fait encore sentir de nos jours aux dires de plusieurs.

Tout ça pour dire que j'espère qu'Ilya Bryzgalov apportera une stabilité au poste de gardien des Flyers pour marquer officiellement la fin d'une séquence d'instabilité malgré certains succès des Flyers au poste de gardien des de l'équipe en orange dont l'origine dépend de l'opinion qu'on a de Ron Hextall...

1 commentaire:

Luric a dit…

Excellent reportage. Je suis d'accord avec votre opinion. Ron Hextall un très bon gardien à son époque mais c'est surtout de son comportement belliqueux dont on se souvient.

Un peu comme Ed Belfour finalement...