lundi 12 décembre 2011

J'abdique avec le livre de Georges Laraque...



Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais j'écris un peu moins ces temps-ci. C'est que j'ai un nouvel emploi et que j'ai eu quelques autres trucs dans ma vie qui ont gobbé du temps que je mets sur le blogue. Vous savez, c'est la vie... Mais bon, j'ai plus de temps présentement, mais, vous savez, dans la vie, on se doit d'être sélectif sur ses temps libres...

Justement...

Il y a quelques semaine, alors que j'écrivais à temps plein sur 25Stanley, je me suis tété une copie du Livre de Georges Laraque... Vous savez, c'est un ancien joueur du Canadien qui passe à la télé de nos jours... Je lisais ce livre un soir il y a quelque semaine et ma femme m'a passé le commentaire que je n'avais pas l'air d'aimer ce livre parce que d'habitude je lis plus rapidement. En effet, j'ai réalisé que lisait très lentement le livre de BGL... En fait j'ai décidé au bout d'un moment que j'abdiquais...

Vous savez, je n'ai rien contre Georges Laraque, surtout depuis qu'il ne joue plus avec le Canadien. En fait, je ne m'intéresse pas à ce que qu'il fait. C'est surtout que son côté messianique m'énerve pas mal... Je m'explique... Tout de suite en commençant à lire le livre, on apprend que l'ancien numéro 17 du Canadien a décidé de jouer au hockey alors qu'il était meilleur au football (selon lui) parce qu'il voulait faire changer le sort des noirs au hockey... Dès sa jeunesse, il dit qu'il a été influencé par Jackie Robinson (tout en prenant une page pour dire qu'il déteste le baseball) en lisant le livre Grolier à propos de ce grand joueur de baseball. Marqué par le racisme dont il fut victime dans sa jeunesse passée à Sorel, il a décidé de changer les choses pour les autres... En fait ce qui est tannant avec le livre de Georges Laraque, c'est qu'il met une signification à tout et qu'il interprète souvent des choses comme ayant été des événements dont lui seul a eu le contrôle et où il s'est sacrifié pour la bonne cause...

Quelques exemple...

-Il explique qu'il était au Collège Brébeuf, notre ami jouait dans une ligue intra-murale et s'emmerdait car il était "trop fort pour la ligue". Ainsi, pour se faire mettre dehors de l'école et jouer dans une meilleure ligue, il aurait volontairement travailler fort pour avoir des mauvaises notes pour s'en aller à l'école publique et jouer changer de programme de hockey... Parce qu'en plus, Georges aime beaucoup nous mentionner qu'il était le meilleur dans tout, à l'école, au hockey, blablabla...

-Bien que son père fut un homme sévère et autoritaire qui usait bien du ceinturon pour élever ses enfants, Laraque a décidé qu'ils allaient, lui, sa soeur et son frère, aller demeurer chez ce père plutôt que chez leur mère plus conciliante et permissive. Ainsi, ils allaient être plus disciplinés dans la vie...

-Lors de son premier camp d'entraînement avec les Oilers, Laraque aurait eu une place avec l'équipe. Toutefois, c'est lui qui a refusé d'avoir cette place, préférant passer une saison de plus dans le junior. Il a dû devenir du même coup le premier joueur de l'histoire de la NHL à cracher sur sa sacro-sainte chance d'évoluer dans la NHL...

Et ça n'arrête pas

En fait, je me fous de la vérité des faits, mais cette attitude de "gagner son ciel en passant par l'enfer" est un peu ennuyante. Je peux voir une forte empreinte d'une culture assez religieuse chez lui, probablement étant très empreinte du christianisme. L'idée de se projeter et de se sacrifier pour faire avancer les choses, c'est selon moi un peu condescendant et prétentieux pour si peu... C'est pour ça que j'ai décidé que j'étais peut-être pas digne de lire le parcours d'un être aussi vertueux... Donc j'ai abdiqué après 120 pages... Heureusement, je ne me suis pas rendu à la partie où il explique qu'il a flirté avec plein de religions... Mais j'ai quand même pu sentir le côté messianique de Laraque.

Tout doit avoir un sens et tout doit être là pour donner un exemple. Je me rappelle quand il disait il y a quelques temps en entrevue qu'il s'impliquait en politique (faut le dire vite) pour ceux qui ne le font pas... Une mentalité comme ça, ça me fait royalement chier, ça implique que l'on se croit meilleur que les autres, surtout quand ça vient que quelqu'un qui est indépendant de fortune (tout comme de la part de François Legault quand il dit qu'il est incorruptible parce qu'il est indépendant de fortune)... Mais en fait, Georges nous montre qu'il est toujours dans une quête de personnalité, comme si il se garrochait toujours d'un endroit à l'autre comme si il ne pouvait pas vivre sans se lancer avec un zèle un peu douteux dans n'importe où, dans n'importe quelle quête d'absolu, souvent au prix de sa réputation... C'est mon impression et c'est pourquoi je n'ai pas voulu lire le livre au complet...

Mais vous savez, je comprends bien qu'il n'y a pas de malice rien dans cette attitude. Je trouve que George Laraque fait une très belle job en tant que personnalité publique en s'impliquant dans diverses causes, jusqu'à un certain point. Apparemment, il est toujours très open pour être porte-parole pour diverses causes et tout (rappelez-vous les pubs de Teksavvy et Octane, ah ouais, c'était pas de sa faute). On sait bien ce que ça peut aider, ce n'est pas nécessairement lui qui mène les choses de front, du genre sur le terrain, mais son image publique peut peut-être aider des cause... Reste à savoir quelle est l'image publique de Georges Laraque... Parce que quand par exemple j'ai dit à mes amis que j'avais reçu le livre de Laraque, ils ont tous ri. En fait, je me demande s'il a des fans en dehors de Jean-Charles Lajoie... Parce qu'à en juger de ses démarches disons sociales et de la réaction des gens, on entend souvent plus de sarcasmes que d'autres choses à son endroit...

Conclusion, lisez Rabelais, La Boétie, Nietzsche ou Érasme à la place... La vie est trop courte pour passer du temps avec un aussi mauvais livre que ça...

Ça respecte une de mes maximes préférées qui guide ma vie : "Rien ne vieillit plus vite que les nouvelles choses..."


6 commentaires:

Daneault a dit…

En effet, BGL est accepte de faire à peu près n'importe quoi en tant que «porte-parole»: http://www.youtube.com/watch?v=NC7YTIRWT74

Anonyme a dit…

St-Georges, je sais pas si il s'en souviens mais il a deux enfants à élever à Edmonton. Au cas qu'il se chercherait de quoi à faire.

Sébastian Hell a dit…

@anonyme: Ouch!

Alex a dit…

parlant de Georges Laraque...
http://www.torontosun.com/2011/12/12/laraque-mad-over-bloody-trading-cards

Anonyme a dit…

Socrate et Platon itou...

Anonyme a dit…

son prochain livre vas parlé de la bouffe végé, et il vas passé à kampaii