lundi 12 novembre 2012

Brad Marsh

BMarsh 001

(Texte et images de Benoît AKA KeithActon)

Initialement repêché au onzième rang par les Flames d’Atlanta en 1978, Brad Marsh n’avait peut-être pas le plus beau style, mais il remplissait à merveille son rôle de défenseur défensif et ce, avec un grand enthousiasme.

Il suivit le reste de l’équipe vers Calgary en 1980, avant d’être échangé aux Flyers en novembre 1981 contre Mel Bridgman (le futur premier DG des Sénateurs).  C’est à Philadelphie qu’il passa le plus de temps (un peu plus de six saisons).

Par la suite, malgré que sa valeur paraissait basse, il parvenait quand même à trouver preneur.  Les Leafs l’ont réclamé au ballotage en 1988.  Les Red Wings ont donné un fabuleux choix de huitième ronde pour l’obtenir en 1991.  Les Sénateurs de l’expansion (1992-93) l’ont quant à eux acquis pour des considérations futures.

Marsh s’est alors retrouvé au milieu d’une équipe épouvantable, mais qui suscitait un grand enthousiasme chez ses nouveaux partisans.  Contrairement à presque toutes les équipes d’expansion des années 1990, les Sénateurs arrivaient dans un marché traditionnel de hockey, où on les attendait avec impatience.

Étant un des rares joueurs moindrement connus au sein de l’équipe, les partisans se sont rapidement entichés de lui.  De nature affable et approchable, Marsh leur rendait bien.  Il devint soudainement le joueur le plus populaire de l’équipe et eut même un fan club!

Au match des étoiles, qui eut lieu au Forum de Montréal, chaque équipe devait avoir des représentants.  Leur statut de « meilleurs des moins bons » permit à Marsh et à Peter Sidorkiewicz de participer au match, situation qui, dans des circonstances « normales » ne serait jamais arrivée.

Autre fait cocasse, Marsh n’a compté aucun but au cours de l’année.  D’ailleurs, il n’en a compté que vingt-trois, dans une carrière de plus de mille matchs.  Pourtant, il marqua au match des étoiles. Ceci amena Mike Vernon à dire que si même Brad Marsh parvient à compter, comment est-ce que le match peut être pris au sérieux?

À la fin de la saison, il prit sa retraite, pour se joindre au deuxième étage des Sénateurs.  Il opéra également pendant un certain temps deux restaurants du nom de « Marshy’s », incluant un à la Place Banque Scotia.

Sources :  “Marsh, Sidorkiewicz Shining Stars” de Aedan Helmer, 23 janvier 2012 (ottawasun.com), “Marshy’s sports bar closes in Nepean”, 27 janvier 2011 (ctvottawa.ca), legendsofhockey.net.



BMarsh8384 001

BMarsh8384endos 001

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Dans le temps des culottes longues chez les flyers.