mercredi 12 septembre 2012

Les Raiders de Prince Albert et la représentation de l'autre

Un peu d'actualité et pas en même temps...

Voici l'uniforme des Raiders de Prince Albert tel que porté par l'équipe notamment en 1985 lorsque l'équipe remporta la Coupe Memorial. Ce présentoir se retrouve au Temple de la Renommée du hockey de la Saskatchewan situé à Swift Current.


Ce qui m'a toujours fasciné avec ce chandail, c'est bien certainement le logo. J'ai toujours été surpris de cette image de guerrier arabe stéréotypée avec des patins et un bâton de hockey comme le logo d'un équipe d'une petite ville de Saskatchewan. (Vous remarquerez également les fameux pantalons Cooperall.)

En fait, en connaissant un peu mieux l'histoire du hockey, je me suis apperçu que ce n'était pas la première représentation du monde arabo-musulman dans un logo ou un nom d'équipe. Dans l'ancienne WCHL (Western Canada Hockey League) qui compétitionnait contre les équipes de la NHL et de la PCHL dans les années 20 pour la Coupe Stanley (jusqu'en 1926), une équipe se nommait les Sheiks de Saskatoon. En fait le nom de l'équipe fut les Crescent de Saskatoon, mais elle porta officiellement le nom Sheiks lors de la saison 1925-26. Durant cette dernière saison où cette ligue pût disputer la Coupe Stanley et portait le nom "Sheiks", le gardien de l'équipe était le légendaire Georges Hainsworth, futur gardien vedette du Canadien.

Bon, revenons aux Raiders de Prince Albert...

C'est lors de la saison 1982-83 que les Raiders firent leur entrée dans la WHL. L'équipe fut fondée en 1972 dans une ligue junior de deuxième niveau nommée la Saskatchewan Junior Hockey League (SJHL). Ça explique peut-être un peu mieux l'origine du logo caricatural représentant un personnage arabo-musulman. Il est quand même drôle qu'une équipe ait décidé de prendre ce type d'image pour représenter un "raider", un personnage qui attaque d'une manière vive et qui menace son assaillant, mais il est peut-être signe de son temps. 

L'idée de représenter un personnage arabo-musulman retourne à une image presque millénaire de la symbolisation de ces derniers. Les arabo-musulmans représentent, pour l'Occident, l'idée de l'autre, de ceux qui menacent la civilisation, notamment depuis les incursions maures dans la péninsule Ibérique. La manière dont les Raiders utilisent donc cette image retourne à une image très stéréotypée de l'autre, du barbare.

(C'est probablement une question de commanditaire, mais je n'ai jamais compris le pourquoi des télévisions sur les photos des vainqueurs de la Coupe Memorial des années 80-90.)

Ça me rappelle beaucoup la représentation que Walt Disney par exemple dans la manière de représenter les autres culture comme une image figée dans le temps. Regardez ce vidéo de Donald Duck de 1940 par exemple, et remarquez comment on y représente les russes et les amérindiens :


Il n'y a pas si longtemps que des pensées aussi caricaturales de l'autre ont été abandonnées dans la culture populaire, ne serait-ce que parce que le monde est de plus en plus en intercommunication et que cet autre revendique une image plus actuelles et non-stéréotypée de sa culture. Au Québec par exemple, on dit souvent que les québécois se sont ouverts sur le monde lors de l'Expo 67, ce qui est assez récemment en considérant l'histoire du monde. Mais encore dans les années 80, dans des émissions de télévision comme Rock et Belles Oreilles, on avait au Québec des représentations assez stéréotypées de l'étranger. D'ailleurs, RBO ont souvent affirmé qu'ils n'auraient jamais pu faire ce qu'ils ont fait comme humour de nos jours, les sensibilités quant à la représentation de l'autre étant plus mises de l'avant de nos jours.



On ne se surprendra pas dans cet ordre d'idée de voir qu'une équipe de hockey d'une petite ville de Saskatchewan a décidé dans les années 70 d'utiliser comme emblème un guerrier arabo-musulman afin de montrer qu'ils sont une troupe de valeureux guerrier qui peuvent détruire tout sur leur passage. L'idée n'était mauvaise à l'origine, mais elle retourne au final à une idée stéréotypée des peuples arabo-musulmans. On ne se surprendra pas non plus de savoir que l'équipe a abandonné dans les années 90 ce logo en tant que logo principal pour adopter un logo représentant un pirate qui n'est pas sans rappeler le logo "Bruce Bucs" des Buccaneers de Tampa Bay et se rapprochant plus de celui des légendaires Raiders d'Oakland de la NFL, le pirate faisant des raids étant moins chargé au niveau des significations que l'autre logo : 

Ce changement de logo entre dans un mouvement en Occident d'atténuation des représentations stéréotypées de l'autre. Si je reviens par exemples aux représentations caricaturales de Disney. Dans les DVD qui ont été publiés il y a quelques années avec tous les courts métrages de Disney, lorsqu'on retrouve des représentations de l'autre qui peuvent choquer certains auditeurs par leurs aspects caricaturaux comme dans le film présenté plus haut, un petit avertissement fait par l'historien Leonard Maltin est faite avant le film. Collection de DVD très intéressante, en passant...

Pour illustrer autrement ce changement dans les représentations de l'autre dans le sport, prenons l'exemple de l'iconographie de l'autochtone dans le sport. Dans les années 80, beaucoup d'équipes sportives ayant des amérindiens comme iconographie (Redskins de Washington, Indians de Cleveland...) ont été fortement critiquées. C'est pourquoi les Black Hawks de Chicago, par exemple, ont changé le nom de l'équipe de Black Hawks à Blackhawks afin de décharger le nom de l'équipe de la représentation éréotypée des amérindiens, Blackhawks ayant été le nom du bataillon du fondateur de l'équipe, Frederic McLaughlin, durant la Première Guerre mondiale et non le nom du chef le la nation Sauk et Fox, tribu de l'Illinois, au 19e siècle lorsque les deux noms sont séparés. 

Ce sont des signes du temps. Nous sommes à une époque où en un clic une allusion à l'autre peut occasionner des crises, vous n'avez qu'à regarder l'actualité d'aujourd'hui. Je ne suis pas ici pour dire si c'est pour un bien ou pour un mal, mais on voit que la représentation de ce qui est différent de nous a changé depuis quelques décennies. Il n'est donc plus accepté socialement de représenter une culture d'une manière stéréotypée parce qu'elle est souvent erronée ou exagérée... 

Vous n'êtes d'ailleurs pas un bûcheron québécois vivant dans le fond des bois en manches courtes se gavant de sirop d'érable entre deux coups de hache... (En fait, si vous l'êtes, vous avez plus que mon respect, en tant que fier descendant de bûcherons du Saguenay!)



En ce sens, l'histoire sémiotique des Raiders de Prince Albert est très représentative de ce changement des mentalités en Occident...

Ah, et oui, les Raiders portent toujours le vieux logo sur leur épaule...



2 commentaires:

Guillaume a dit…

Dans les années 80, la TV était donnée a un joueur méritant (MVP ou autre, faudrait je regarde mes vieux magazines à la maison).

Anonyme a dit…

put put trouble