Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

vendredi 20 mai 2016

Les misères du sport professionnel à St-Louis



Pour demeurer dans le thème de la ville de St-Louis, voici un billet au sujet des misères du sport professionnel dans cette ville.
 
St-Louis est d’abord la ville des Cardinals.  Avec 19 titres de la Ligue nationale de baseball et 11 Séries mondiales (deuxièmes derrière les Yankees), les Cards prennent beaucoup de place dans une ville qui n’est pas si grande (60e au niveau de la population aux États-Unis).  Ceci en laisse donc peu pour les autres.  Si les Blues sont passés à un cheveu de la catastrophe à plus d’une reprise (voir texte du 19 octobre et du 23 juin 2011) et que les Eagles avant eux ont eu une très courte existence (une saison, 1934-35), ils ne sont pas les seuls à avoir eu des difficultés.
 
Les Browns (1902-53)
 
Les Browns ont existé de 1902 à 1953, où ils ont joué dans la Ligue américaine de baseball, dans l’ombre des Cards.  Ayant déjà appartenus à Bill Veeck (voir texte du 29 juillet 2013), ils ont entre autres embauché Eddie Gaedel (voir texte du 5 juin 2010) pour attirer l’attention.  Il faut dire que ce n’est pas avec leurs performances sur le terrain qu’ils y parvenaient.  Éternels mauvais, ils n’ont jamais remporté la Série mondiale.  En plus de 50 ans d’existence, ils n’ont remporté qu’un titre de la Ligue américaine, en 1944, avant de s’incliner en Série mondiale… devant les Cards.
 
En 1954, ils sont devenus les Orioles de Baltimore.  Ils ont depuis fait sept présences à la Série mondiale et l’ont remporté en 1966, 1970 et 1983.
 
Les Hawks (1955-68)
 
Après avoir joué à Tri-Cities et à Milwaukee, les Hawks se sont retrouvés à St-Louis en 1955.  Menée par Bob Pettit, l’équipe a connu du succès.  Elle a entre autres remporté le titre de la NBA en 1958, dans une période dominée par les Celtics.
 
Par contre, ils finirent par se sentir à l’étroit dans le petit Kiel Auditorium.  Ne voulant pas devenir locataires des nouveaux Blues au St. Louis Arena et s’étant fait refuser un nouvel aréna par la ville, les Hawks prirent la direction d’Atlanta en 1968.
 
Les Spirits of St.Louis (1974-76)
 
Une des franchises bohémiennes de l’American Basketball Association (ABA) a abouti à St-Louis en 1974 pour jouer les deux dernières années de la ligue.  Née en 1967 à Houston sous le nom de Mavericks, l’équipe a déménagé en 1969 à Greensboro pour prendre le nom de Cougars de la Caroline, avant d’aboutir au Missouri.  On salue l’originalité du nom, qui fait bien sûr référence à l’appareil de Charles Lindbergh, avec lequel il a traversé l’Atlantique.  Les Spirits of St.Louis ont cumulé une fiche de 67-101 en deux ans.
 
Un peu comme ce sera le cas en 1979 avec la fusion LNH-AMH, la NBA finit par s’entendre avec une ABA à bout de souffle en 1976.  Et tout comme la LNH quelques années plus tard, la NBA n’accepta que quatre des six équipes restantes : les Pacers de l’Indiana, les Spurs de San Antonio, les Nets de New York et les Nuggets de Denver.  Les Colonels du Kentucky furent rachetés pour 3,3 millions $.  Quant aux Spirits, leurs propriétaires les laissèrent aller contre un pourcentage des droits de télé à perpétuité des équipes qui se sont jointes à la NBA.  Avec l’explosion des droits de diffusion, cette entente s’est avéré des plus lucratives.  Elle est d’ailleurs toujours en place, bien qu’elle ait été rachetée en partie par la NBA.
 
 
Les Cardinals (1960-87)
 
Ces Cards n’ont rien à voir avec ceux du Baseball majeur, puisqu’ils portaient déjà ce nom lorsqu’ils jouaient à Chicago.  Un des clubs fondateurs de ce qui est devenu la NFL en 1920, les Cardinals ont été dans la ville des vents jusqu’en 1959, avant de déménager dans la ville des autres Cards, à St-Louis.
 
Les nombreuses années de médiocrité à Chicago ont été à peine mieux à St-Louis.  En 28 saisons, l’équipe a montré une fiche de 186-202-14.  Elle n’a fait les séries qu’à trois reprises et n’a jamais remporté de match d’après-saison.
 
Elle prit le chemin de Phoenix en 1988.
 
Les Rams (1995-2015)
 
Devant l’impossibilité de se faire construire un nouveau stade, les Rams de Los Angeles sont déménagés à St-Louis en 1995.
 
L’équipe y a eu du succès, faisant deux apparences au Super Bowl, incluant une victoire en janvier 2000.  Mais suite à la saison 2015, il fut annoncé que leur propriétaire Stan Kroenke redéménageait l’équipe à Los Angeles et qu’il y ferait construire un nouveau stade.
 

Aucun commentaire: